Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Timide remise en cause par la Chine de la consommation d’animaux sauvages

En Chine, les éleveurs d'animaux sauvages tels que des civettes seront financièrement encouragés à se reconvertir. ©Pasindu A. /Pixabay

(Avec AFP) - Les agriculteurs de deux provinces en Chine seront incités financièrement à abandonner l'élevage d'animaux sauvages destinés à la consommation, une pratique qui vaut au pays d'être tenu pour responsable de la pandémie de Covid-19. La Fondation 30 Millions d’Amis veut voir dans cette nouvelle mesure prise par les autorités chinoises les prémices d’un changement des mentalités.

Sur la sellette ! Depuis le début de la crise sanitaire engendrée par la pandémie de Covid-19, la consommation chinoise d’animaux sauvages est mise au banc des accusés. Car selon la plupart des scientifiques, l'épidémie est due à la transmission d'un virus depuis l'animal à l'homme. Un marché de la ville chinoise de Wuhan (centre), un temps épicentre de la maladie, a été incriminé car des animaux sauvages vivants y étaient vendus, conduisant la Chine à interdire formellement fin février 2020 la consommation et le commerce illégaux d'animaux sauvages.

Un pas supplémentaire de franchi

2 mois et demi plus tard, un pas supplémentaire est franchi : la province centrale du Hunan (centre) a présenté les grandes lignes d'un programme pour accompagner la reconversion des éleveurs d'animaux sauvages vers d'autres industries comme l'élevage classique, la culture de fruits et légumes, le thé ou les plantes médicinales. Ce plan prévoit un dédommagement financier selon le poids des animaux élevés, qui seront rachetés à un tarif défini.

La province voisine du Jiangxi (centre) a également annoncé la mise en place d'un "fonds de soutien" pour mettre fin à l'élevage d'animaux sauvages destinés à l'alimentation.

Pas de remise en cause des animaux élevés pour la fourrure, la médecine traditionnelle ou le divertissement

Selon l'association américaine Humane Society International (HSI) qui œuvre pour la protection des animaux, le commerce d'animaux sauvages en Chine est estimé à 520 milliards de yuans (67 milliards d'euros). Contacté par l'AFP, Peter Li, en charge du suivi de la Chine pour HSI, estime que ces mesures vont dans le bon sens, mais déplore qu'elles ne concernent pas les animaux sauvages élevés pour leur fourrure, la médecine traditionnelle chinoise ou le divertissement.

Si un changement semble bien amorcé dans l’Empire Céleste, une remise en cause profonde du rapport qu’entretiennent les chinois avec les animaux ne pourra s’opérer que dans la durée.