Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

L’UE pointe la mutilation abusive des cochons dans les élevages français !

Couper la queue des cochons n'empêche pas les animaux de se blesser entre eux sous l'effet du stress. ©Phoenix Han /unsplash

Les queues des cochons sont systématiquement coupées dans les élevages porcins français, révèle un audit mené par la Commission européenne en juin 2019. Pourtant, la réglementation en vigueur impose des mesures préventives pour réduire le stress des animaux afin d’éviter le recours à cette mutilation. La Fondation 30 Millions d’Amis exige du ministre de l’Agriculture Didier Guillaume des mesures pour mettre fin à cette barbarie.

Un simple « soin », aux dires (sibyllins) des éleveurs… Plus de 20 millions de porcelets – soit 99 % du cheptel français – subissent chaque année la « caudectomie ». Cette mutilation consiste à leur couper la queue afin d’éviter de futures morsures entre congénères (en raison des conditions d’élevage). Alors que la directive européenne sur la protection des porcs en élevage (2008/120/CE) interdit le recours systématique à cette pratique, préconisant d’améliorer les conditions de vie des animaux, l’amputation de la queue est pourtant réalisée de manière routinière. L’enrichissement du milieu dans les exploitations est si déficient que la caudectomie n’a même pas l’effet escompté : la plupart des cadavres de cochons à l’abattoir présentent des blessures à l’arrière-train.

Un calvaire pour ces animaux émotifs, curieux et capables d’altruisme

Pour éviter que les animaux ne s’entre-dévorent sous l’effet de la frustration et de l’anxiété, la réglementation exige que ceux-ci puissent « accéder en permanence à une quantité suffisante de matériaux permettant des activités de recherche et de manipulation suffisantes, tels que la paille, le foin, la sciure de bois, le compost de champignons, la tourbe ou un mélange de ces matériaux, qui ne compromette pas la santé des animaux ». Or, 95 % des cochons français sont actuellement détenus dans des bâtiments fermés, sur un sol percé en matériau rigide appelé « caillebotis ». Avec, pour seule distraction… un simple morceau de bois ou de plastique à mâchonner ! Les commissaires européens constatent par ailleurs que les porcs n’ont pas accès à l’eau en permanence… Un calvaire pour ces animaux émotifs, curieux et capables d’altruisme.

 

Souffrances animales : pour une bonne partie de l’opinion, la prise de conscience est déjà là !
Reha Hutin

Entre le manque de formation des éleveurs français sur la directive européenne et l’inefficacité des contrôles – pas toujours inopinés – des inspecteurs des services vétérinaires, rien ne protège réellement les cochons, encore moins les « mesures du gouvernement en faveur du bien-être animal » annoncées il y a quelques semaines. « L’arrêté ministériel promulgué le 24 février [2020, NDLR], sans consultation des associations de protection animale, et censé mettre les élevages français en conformité avec la directive européenne, s’avère insuffisamment exigeant en ce qui concerne les matériaux manipulables, affirme l’association Welfarm pour la protection des animaux de ferme, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis. Ainsi, pour les truies détenues en cases individuelles ou en petit groupe jusqu'à 10 individus, l’arrêté permet aux éleveurs d’utiliser, seule, une chaîne combinée à un morceau de bois tendre. »

81 % des Français rejettent l’élevage intensif : changeons de modèle

« Welfarm déplore cette vision à court terme, fortement préjudiciable aux animaux et demande au gouvernement de faire évoluer globalement le modèle d’élevage porcin vers plus de durabilité en imposant notamment une mise en conformité avec la réglementation européenne dans les plus brefs délais », conclut l’association, qui lutte également contre la castration à vif des porcelets mâles. « Nous voilà devant une nouvelle preuve de l’incapacité du gouvernement à faire respecter les réglementations minimales en matière de “protection animale”, déclare de son côté Brigitte Gothière, cofondatrice et porte-parole de L214. Il est impossible d'espérer de réelles avancées pour les animaux tant que la condition animale dépendra du ministère de l’Agriculture. »

« Alors que 81 % des Français sont pour l’interdiction de l’élevage intensif [baromètre 30 Millions d’Amis /Ifop, janvier 2020], le gouvernement refuse de changer de modèle et préfère satisfaire le lobby de l’agroalimentaire, fustige Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. L’indignation profonde de nos concitoyens face aux souffrances endurées par les animaux se manifestera, tôt ou tard. Pour une bonne partie de l’opinion, la prise de conscience est déjà là. Aux politiques d’être en phase ! ».

Commenter

  1. Emilia324 21/03/2020 à 22:12:15

    C’est si difficile que ça gagner ça vie non je ne pense pas c’est peut-être difficile mais pas au pion d’arriver là ! Punaise récessive vous !! C’est pas ça la vie ! Vous voulez voir votre famille vos amis mourir et voir leurs cadavres chaque jours ?!nn je ne pense pas donc laisser les tranquilles ! Vous pensez à la qualité du produit ou même ça ne va pas bien se vendre donc ça ne sert à rien de continuer à leurs faire du mal ! Stop!!!

  2. AnneV 11/03/2020 à 12:44:51

    Pas compliqué ? Si ! Mais il faudrait cesser d'abord la surproduction (les gens mangent trop de viande et il y a un gâchis révoltant) et petit à petit, revenir à des exploitations à taille humaine. C'est aux chaînes de distribution de faire des efforts afin de ne plus léser les petits exploitants et au Ministre de cesser d'engraisser la FNSEA en oubliant totalement les élevages bio, respectueux de la terre, des animaux et ........de notre santé !!! Toutes ces horreurs m'ont fait devenir végétarienne depuis 18 ans !!!! Quant aux abattoirs, se tourner de plus en plus vers les abattoirs itinérants (cela se fait déjà dans certains pays d'Europe) Plus aucun stress ni maltraitance, l'animal passe du pré au camion ! Bien sûr, c'est pour y mourir (d'où mon végétarisme !! Eux aussi ont droit à une vie digne et longue) mais au moins, plus de souffrances inutiles.

  3. PecheMelba09 11/03/2020 à 08:46:23

    STOP a l'élevage intensif !!!!!!!!!!!!! c est pas compliquer !!!!

  4. guilaine 80 10/03/2020 à 17:42:22

    Pauvre bête comme l humains est mauvais. Ils sont éleveurs c est animaux leurs ramène de l'argent mais ils faut qu'ils les fassent souffrir il y a rien a faire on est incapable de faire les choses bien