Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Interview

« Pourquoi j’ai arrêté la chasse ! »

Lassé des dérives de la chasse en France, Grégoire Trunet explique les raisons qui l'ont poussé à abandonner son fusil au profit de son appareil photo./©Grégoire Trunet

Grégoire Trunet a rangé son fusil de chasse pour se consacrer à la photographie. Devenu particulièrement critique sur les chasseurs, le Bayonnais se livre sans concession pour 30millionsdamis.fr. Mythe de la régulation, élevages, accidents de chasse… tout y passe !

Avant d’arrêter, vous aimiez la chasse…

Grégoire Trunet : Je viens d’une famille de chasseurs et j’ai commencé à pratiquer la chasse avec mon grand-père. L’idée de me balader avec lui, c’est ce qui me plaisait le plus. Mon grand-père n’était pas là pour faire de carton. Il n’avait que 4 ou 5 balles quand on sortait. Dès qu’il voyait un animal magnifique, il ne voulait pas tirer. Il avait une certaine éthique. A la vingtaine, j’ai passé mon permis pour chasser moi-même, mais déjà ce n’était plus pareil…

C’est-à-dire ? 

Quand je me suis retrouvé seul à chasser, ça a perdu de son charme. Je me disais souvent : « Est-ce que ça vaut vraiment la peine de tirer sur ce chevreuil ? » Je n’ai jamais aimé tuer. Quand on est gamins, on ne réfléchit pas trop. Mais là, je ne pouvais plus me cacher. Je ne pouvais plus croire aux contes de fées que nous raconte la Fédération de la chasse notamment sur la régulation des nuisibles.

 

Quand on fait de l’élevage pour tirer à tout va, c’est du ball-trap !

Qu’est-ce qui vous a convaincu d’arrêter ?

Il n’y a pas eu de déclic particulier. Disons que l’idée a fait son chemin au fur et à mesure. En parallèle, je faisais déjà de la photographie. Cette activité me procurait bien plus de plaisir. Je ne détruisais pas la nature. Le dernier animal que j’ai tué était une bécasse. Je me sentais mal car les populations d’oiseaux ne cessent de chuter et je faisais partie du problème. Chasser, c’est violent. C’est brutal.

Qu’est-ce qui vous révolte aujourd’hui dans la chasse ?

Ce qui est catastrophique, c’est le mythe de la régulation. Hormis le sanglier, la faune sauvage se régule très bien toute seule. Les renards font le boulot. Et pourtant, ils sont persécutés partout en France. Or, là où ils ne sont pas chassés, cela se passe très bien. Quant aux populations de sangliers, elles ont été créées de toutes pièces par les chasseurs eux-mêmes. Ils se positionnent en sauveurs d’une situation qu’ils ont initiée. Quand on fait de l’élevage pour tirer à tout va, c’est du ball-trap ! On marche sur la tête…

 

La chasse est surprotégée par le gouvernement.

Êtes-vous surpris par la multiplication des accidents de chasse ?

Ce qui me surprend, c’est qu’il n’y en ait pas plus ! Il y a vraiment un bon Dieu dans nos campagnes… Sur la route, quand vous roulez trop vite, vous êtes puni. Dans la forêt, il n’y a pas de police. Je me souviens d’un chasseur à côté de moi qui avait tiré sur un oiseau. Je lui demande quel animal il avait tué. Il me répond : « Je ne sais pas, j’attends que mon chien me le rapporte ! » Tout le monde sait pourtant qu’il faut identifier l’animal avant de le tirer. La population de chasseurs vieillit et se radicalise.

Les politiques sont-ils trop permissifs envers les chasseurs ? 

La chasse est surprotégée par le gouvernement. Je ne suis en rien un activiste. Mais on leur laisse faire ce qu’ils veulent pour des raisons électorales. Quand on sait que la chasse à courre ou la chasse à la glu persistent en France, c’est terrible. On n’est plus au Moyen-Âge. Pourquoi martyriser un animal comme cela ? La France a 200 ans de retard ! 

© Grégoire Trunet

 

Grâce à la photographie, je m’approprie la nature sans lui nuire.

Vous sentez-vous isolé dans votre démarche ?

Non. Un de mes meilleurs amis n’a pas renouvelé son permis de chasse pour les mêmes raisons. Et j’en connais d’autres qui ont suivi le même chemin. Je crois que la chasse va mourir de sa belle mort. Il y a une prise de conscience de plus en plus importante, notamment chez les jeunes. Et les chasseurs sont de moins en moins défendables. Par ailleurs, beaucoup sont très mauvais naturalistes. Quand j’ai vu leur campagne sur « les premiers écologistes de France », je suis tombé des nues. J’en ai croisé qui ne savaient même pas faire la distinction entre une mésange et un phragmite. Ce ne sont pas des amoureux de la nature. 

Que vous apporte la photographie ? 

Je profite bien plus de la faune sauvage avec mon appareil photo. Tout semble rentrer dans l’ordre autour de moi. Je m’approprie la vie sauvage sans lui nuire. Ce sont de vrais moments de bonheur sans rien prélever, sur la pointe des pieds. Je ne regrette en rien mon choix.

Commenter

  1. Philippe.fenieres@yahoo.fr 20/05/2020 à 17:21:08

    Pourquoi j'ai débuter la chasse ( comme quoi).

     

    d'abord j'ai été élevé à la campagne et toujours vu ma famille chasser, lapin, lièvres perdrix et bien sûr le sanglier qui leur faisait des dégâts.

     

    ayant été élevé dans des fermes, à l'encontre de certaines personnes hypocrites ou qui ne veulent pas le savoir, toute nourriture d'origine animale vient d'un abattage, qu'il soit fait industriellement ou avec un fusil d'une manière raisonnée.

    j'aime aussi la complicité avec mon chien, admirer son travail et son instinct ( en me méfiant puisque maintenant les antichasses veulent tuer les chiens de chasse, pas mal pour des gens contre la chasse!)

     

    j'aime arpenter la nature en plein champs l'hiver , ou je vois peu de monde ,et, entre deux cartouches ramasser les papiers gras et les emballages de barres vitaminées dès amoureux de la nature aux beaux jours, sans se préoccuper souvent de savoir s'ils se trouvent dans un endroit public.

    j'aime aussi rapporter mon gibier, que je respecte, que je mange bien qu'il ne soit pas emballé sous cellophane et qui est la viande la plus saine du monde.

     

    donc certains arrêtent, c'est leur droit et certains débutent, c'est aussi leur droit.

    il y a des imbéciles partout, il suffit de lire certains commentaires pour s'en apercevoir.

     

     

  2. Potironne 20/05/2020 à 12:49:52

    Le gouvernement protège les chasseurs pour des raisons électorales. Ce que le gouvernement oublie, c'est que les non-chasseurs VOTENT AUSSI !! Même s'ils ne sont pas friqués comme ceux de la chasse à courre, leur voix compte... En tout cas, c'est rassurant de lire cet article, de plus en plus de jeunes se réveillent et abandonnent la chasse, tant mieux. Quant à se déclarer "premiers écologistes de France" c'est tout bonement de la publicité mensongère, ces gens là n'ont honte de rien ! La nature se régule très bien toute seule, c'est depuis que l'humain est apparu sur terre que tout se dérègle !

     

  3. alizarine49 22/04/2020 à 10:55:29

    Bravo ! Et je pense qu'il y a de toute façon bien plus de plaisir à chasser avec un appareil photo :

    Après le coup de fusil, c'est fini, après la photo, on peut recommencer... A méditer par les chasseurs !

  4. aniwatata 12/03/2020 à 09:11:15

    Quel courage de la part de Grégoire  et son ami d'avoir arrêté la chasse pour la photographie animalière, quelle sagesse et quelle intelligence de la part de ces ex.chasseurs, quelle belle leçon, malheureusement ce qu décrit Grégoire est la pure vérité pour avoir  entendu autour de moi certains chasseurs qui "aiment" raconter leurs crimes.... cela me fait gerber    

  5. waouf 05/03/2020 à 15:26:10

    quel plaisir de lire ça !

  6. brb 04/03/2020 à 23:29:21

    Un chasseur, quelle que soit sa façon de chasser, est quelqu'un dont l'ADN n'a pas évolué depuis le Moyen Age.

     

  7. nathvds 04/03/2020 à 23:24:50

    Il y a donc de l'espoir ! Il a eu du courage de prendre cette décision et cela pourra encourager d'autres personnes qui pensaient à sauter le pas.

  8. pouguy 04/03/2020 à 18:51:54

    ma famille a été comme la sienne, et  mon père chasse encore, lui qui aime la chasse (la vrai) avec son fusil et surtout pour le plaisir de son chien. quand il voit les chasseurs aujourd'hui, il est dégoutté, des lois sont ridicules qui n'ont rien qui correspondent avec le terrain, et surtout les chasseurs qui ne sont pas les chasseurs d'antan qui eux respectaient le gibier. aujourd'hui, plus il y en a plus on en tue. aussi, il ne faut pas oublier les manouches (si je peux les appeler ainsi) qui chassent et braconnent toute l'année et à qui on ne dit rien, pourtant les autorités sont au courant. l'an dernier, mon père c'est fait engueuler par des chasseurs en fin de saison, ils chassaient le sanglier, il y avait une laie avec ses petits, mon père a dit ne pas la tirer car les petits étaient trop petits, bin non, il y en a qui ont tué la mère et les petits sont morts quelques jours plus tard de faim. il était en colère. aussi, certaines personnes ne devraient pas avoir le permis car elles sont dangereuses c'est à dire elles tirent sur tout ce qui bouge

  9. Littleyorky 04/03/2020 à 18:08:39

    Puisse t'il être entendu et que sa vision de l'arrêt de la chasse de par "sa belle mort" soit rapidement effective car il y a urgence à ce que cette ignoble loisir cesse. Je souhaite aussi que les jeunes initient leurs papys à l'ordinnateur et non que les papys les initient à la chasse pour leur faire "prendre l'air"  , ou alors armés d'un appareil photo comme Grégoire !

  10. corie57 04/03/2020 à 16:47:36

    Oh oui bravo à vous et merci pour ce beau raisonnement et merci à ceux qui font ou feront de-même!!!