Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Le soin des oiseaux prend une nouvelle dimension grâce à une imprimante 3D

Au centre de soin de la LPO, une imprimante 3D permet aux employés et aux bénévoles de gagner du temps pour s’occuper des oiseaux. ©LPO Auvergne-Rhône-Alpes

Un centre de sauvegarde pour oiseaux à Clermont-Ferrand (63) a mis au point une technique pour leur fabriquer des prothèses sur mesure à l’aide d’une imprimante 3D. Un véritable bond en avant en faveur du soin aux animaux, salué par la Fondation 30 Millions d’Amis.

La technologie au service des animaux. Au centre de soin de la Ligue Protectrice des Oiseaux (LPO) Auvergne, une imprimante 3D permet aux employés et aux bénévoles de gagner du temps pour s’occuper des volatiles, comme le rapporte le quotidien local La Montagne.

Un outil extrêmement précis

L’initiative, portée par le soigneur et responsable du site Adrien Corsi, a très rapidement convaincu et fait des émules. « C’est en regardant un reportage sur un aigle pygargue à tête blanche qui avait la mandibule supérieure arrachée que l’idée est venue, relate le soigneur auvergnat. Aux Etats-Unis, on lui avait modelé avec succès une prothèse à l’aide d’une imprimante 3D. Cela permet de créer du matériel de soin pour tous les oiseaux avec une précision importante. Je me suis dit : ‘ce serait pas mal de faire ça chez nous !’ ».  A la suite d’une campagne de financement participatif qui a permis de récolter 6000 euros en 2017, la LPO Auvergne, qui recueille entre 1900 et 2000 oiseaux chaque année, a pu acquérir l’imprimante, l’ordinateur et les filaments permettant l’impression.

Habituée à soigner les oiseaux avec les moyens du bord, l’antenne de Clermont-Ferrand est à présent littéralement entrée dans une nouvelle dimension. « Nous faisions des attelles avec deux bouts de bois ou une paille, évoque Adrien Corsi. Quand nous avons commencé à modéliser, nous en avons immédiatement ressenti les bénéfices. Cela demande de l’investissement au départ mais le temps de préparation d’une prothèse, par exemple, est désormais divisé par trois ou quatre. Pour la pose d’une attelle, là où je pouvais mettre vingt minutes, désormais c’est fait en deux minutes ! »

Certes, une attelle permettant de fixer la patte d’une cigogne met entre 4h30 à 5 heures à être imprimée, un chausson orthopédique 2 heures... Mais le matériel créé est réutilisable. C’est précisément un chausson orthopédique qu’Adrien et son équipe ont conçu pour venir en aide à un milan royal dont la serre gauche se refermait toute seule : « Les radios ont montré qu’il avait de l’arthrose, résume le responsable du site. Cela lui faisait mal car les griffes pouvaient rentrer dans la peau. Nous avons réalisé ce chausson pour lui maintenir la patte et son état c’est bien amélioré. »

Les résultats obtenus grâce à l’imprimante 3D sont tels, que d’autres centres de soins auraient sollicité l’équipe auvergnate pour créer des minerves ou des attelles. Grâce à cet outil salvateur, de nombreux oiseaux pourront ainsi être sauvés.

Commenter

  1. camisha 11/12/2019 à 17:48:27

    UN GRAND BRAVO.

  2. pouguy 11/12/2019 à 17:45:24

    que fait-on pas avec le progrès ?

  3. BOUAITA 11/12/2019 à 16:59:24

    merci merci merci..... enfin...... à développer partout ! maginfique ! 

  4. nous pour eux 11/12/2019 à 15:43:24

    C'est une bonne nouvelles par rapport à toutes les horreurs que l'on peu voir ou entendre. SUPER ! Bonne continuation à vous tous

  5. nathvds 07/12/2019 à 00:05:49

    Formidable ! Il faudrait pouvoir développer ce procédé dans beaucoup de centres de soin. Bravo !