Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Enquête

Attention, danger ! Les selfies mettent en péril les animaux sauvages

Une hausse de 292% de selfies avec des animaux sauvages a été constatée entre 2014 et 2017 sur Instagram. Un boom néfaste pour la faune... /©Capture d'écran Facebook Phuketdamannews

De nombreux scientifiques interpellent les utilisateurs des réseaux sociaux sur le danger que représente la mode des selfies sur la faune sauvage. Maltraitance, stress et exploitation pouvant entraîner la mort, de nombreuses espèces subissent de plein fouet le comportement de touristes irresponsables. La Fondation 30 Millions d’Amis appelle à une prise de conscience générale et à un tourisme éthique.

Se prendre en photo avec un animal sauvage en échange d'une somme d'argent… Le business des selfies fleurit au détriment du bien-être animal à travers le monde.

Boom de 292 % des selfies avec animaux sauvages sur Instagram

D’après l’ONG World Animal Protection, plus de 110 millions de personnes contribuent à ces attractions et 550 000 animaux sauvages sont exploités. Une augmentation de 292% des selfies avec des animaux sauvages a été constatée entre 2014 et 2017 sur Instagram… Une mode que certaines célébrités ont fait grandir en choisissant ce tourisme irresponsable. 

Ce que les touristes ignorent, c’est la maltraitance que subissent ces animaux ; le véritable envers du décor. Des coulisses que la célèbre photographe américaine Kirsten Luce a pointé du doigt à travers une série de photos pour National Geographic, en juin 2019, et qu’elle détaille pour 30millionsdamis.fr. « Nous nous sommes rendus à Phuket, en Thaïlande, pour y rencontrer les ''éléphants de plage'', détaille-t-elle. Nous les avons trouvés via Instagram. Il y avait 5 ou 6 éléphants et un flot constant de touristes européens et russes. Mais la plupart étaient des épouses et des maris chinois, qui aiment prendre leurs photos de mariage avec ces animaux… » Ces pachydermes sont maltraités et enchaînés jour et nuit pour le "bonheur" des touristes. En Thaïlande, près de 3800 éléphants seraient retenus captifs…

« Les touristes n’ont aucune idée du mal qu’ils font »

 

Les touristes ne voient pas le mal qu'ils font.

Kirsten Luce, photographe

Une autre scène a retenu l’attention de la photographe : « A Rio Negro, en Amazonie brésilienne, des dauphins roses à gros nez sont appâtés et manipulés par des bateaux chargés de touristes qui arrivent chaque jour. » Selon la journaliste, « la plupart des touristes n’avaient aucune idée du type d’entraînement nécessaire pour que ces animaux sauvages soient suffisamment dociles pour interagir avec eux. Ils avaient vu des jolies photos sur Instagram, ils aimaient les animaux et voulaient un souvenir numérique à publier sur leurs réseaux. Ils ne voient pas le mal qu’ils font. »

A la Conférence internationale sur les pingouins en Nouvelle-Zélande, des experts sont montés au créneau contre l’impact négatif de cette mode des selfies sur les animaux sauvages. Parmi eux, le professeur Philip Seddon, directeur de l’Université d’Otago, qui a décidé d’interdire à tous ses élèves de poster ce type de photos sur leurs réseaux sociaux. « Nous portons tous un appareil photo dans nos poches et il est extrêmement facile d’en prendre une puis de la poster en ligne, explique ce spécialiste de la faune sauvage. Mais cela encourage d’autres personnes à en faire de même, voire pire. Cela ne fait qu’empirer et donne lieu à des activités touristiques, comme en Asie du Sud-Est, où des tigres sont shootés et détenus dans des conditions épouvantables. »

Tigres, éléphants, loutres, manchots… La faune sauvage en danger partout !

86 tigres ont récemment été retrouvés morts lors d’un transfert dans l’ouest de la Thaïlande. Des animaux qui étaient précisément élevés pour servir d’attraction… De même, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a alerté sur le commerce illégal des loutres d’Asie. Une demande exponentielle de bébés loutres bondit dans certains pays asiatiques comme au Japon et la mode des selfies pèse là-encore sur l’espèce.

Autre aberration de cette pratique, le cas des manchots sur la côte du Sud-Est de Nouvelle-Zélande. « Ce sont des espèces emblématiques et assez tolérantes pour se rapprocher des êtres humains, poursuit Philip Seddon. Cela donne lieu à de nombreuses images de personnes tenant un manchot voire les embrassant ! Ce qui fait naître l’idée que les manchots sont universellement tolérants envers les humains et que leur manipulation est acceptable. Le manchot à yeux jaunes est, pour sa part, extrêmement perturbé par la vue même de l’homme. Or, nous avons des enregistrements de touristes poursuivant des manchots sur les plages, sautant des clôtures pour accéder à des zones de reproduction et se prendre en selfie devant des sites de nidification. Cela perturbe considérablement le succès des reproductions. Aujourd’hui, le manchot à yeux jaunes est en déclin sur le continent et pourrait disparaître des zones clés lors des 30 prochaines années. La perturbation humaine est l’un des facteurs de ce déclin… »

La solution ? « Rendre ces selfies socialement inacceptables »

 

Il faut rendre les selfies de la faune socialement inacceptables.

Philip Seddon, directeur de l’Université d’Otago

Certains sites touristiques ont décidé de prendre les devants comme l’Oamaru Blue Penguin Colony, en Nouvelle-Zélande où prendre des photos avec les manchots pygmées est tout bonnement interdit. « Nous avons une politique de non-caméra depuis 15 ans en raison des perturbations occasionnées, justifie Philippa Agnew, responsable scientifique et environnemental de la colonie. Les animaux sauvages sont stressés quand on s’approche trop. Cela ne vaut pas une bonne photo ! Dans le cas d’un selfie, le pingouin pourrait quitter le nid par peur et ne pas nourrir ses petits. Certains touristes sont mécontents que nous n’acceptions pas les selfies mais la majorité comprend et respecte cette décision. »

Si cette mode des selfies inquiète de plus en plus, les solutions doivent venir des touristes eux-mêmes : « Si les touristes demandent des expériences plus éthiques, où les animaux ne sont pas obligés de faire des mouvements non naturels ou d’être enchainés sans eau, ni nourriture, alors ce type de tourisme responsable deviendra plus répandu », analyse Kirsten Luce. Une idée partagée par Philip Seddon. « Il faut rendre les selfies de la faune socialement inacceptables, avance le professeur. Il faut ainsi éduquer les célébrités et mobiliser les influenceurs. Nous devons encourager les gens à considérer les animaux sauvages dans un environnement aussi naturel que possible. »

Preuve d'un léger changement de mentalité, certaines plateformes comme AirBnB et TripAdvisor ont récemment pris des engagements en faveur du bien-être animal en évitant de mettre en avant les attractions touristiques néfastes aux animaux. De même, le Costa Rica, 7e pays avec le plus de photographies inappropriées, vient de lancer une campagne #stopanimalselfies pour sensibiliser les voyageurs.

Commenter

  1. aniwatata 04/11/2019 à 19:25:12

    QU'ILS SONT TRES CO** CES TOURISTES, CR*****, ILS DEVRAIENT ETRE REDEVABLES D'UNE SEVERE AMANDE ET LEUR CONFISQUER LEUR PORTABLE 

  2. pouguy 30/10/2019 à 18:26:57

    aujourd'hui avec le portable qui évolue de plus en plus on fait n'importe quoi sans réfléchir des conséquences, comme je le dit  souvent c'est beau le progrès, mais là on va trop loin, sans prendre  conscience du danger.

  3. nathalie.contact@gmail.com 29/10/2019 à 19:08:42

    les nuisibles pullulent sur terre et tous appartiennent à cette sa******* d'espèce humaine.... ces touristes narcissiques s'illustrent par leur niveau de stupidité. Ils ne veulent que se gargariser de leur voyage accompagné, loin de s'intéresser à la réalité des pays visités, loin de rechercher l'authenticité, ils ne sont que des crétins nuisibles, pollueurs et destructeurs qui méritent d'exploser en vol ou de couler en mer.

  4. Bandy86 29/10/2019 à 19:01:35

    Quoi de plus beau que d'avoir ces images d'animaux de près ou de loin dans les yeux et non dans un appareil et sur un bout de papier. Le touriste est un friqué qui ne respecte rien, surtout pas la nature !!!!

    Il va falloir beaucoup de temps pour le respect de l'animal qui dans ce cas rapporte beaucoup d'argent.

  5. lotus2003 28/10/2019 à 19:26:41

    touriste, personne sans coeur et sans neurones, mais surtout très co*. les animaux et la nature, celà se respecte. les animaux sauvages doivent être libre et non des machines à fric. c'est pas des objets, c'est des personnes non humains.

  6. animami 28/10/2019 à 14:01:10

    Bonjour,

    le comble que les sensibilisations comme celles-ci n'arrivent malheureusement pas aux oreilles des concernées.

    [***]