Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Tourisme animalier : que valent les engagements d’Airbnb et TripAdvisor ?

Nager avec des dauphins, une activité touristique cruelle bannie par de plus en plus de plateformes de réservation. ©TripAdvisor

Les deux célèbres plateformes de réservation en ligne dédiées aux locations de vacances et aux activités touristiques, Airbnb et TripAdvisor, viennent de prendre des engagements en faveur du bien-être animal. Entre bonnes intentions affichées et motivations réelles… 30millionsdamis.fr fait le tri.

« Coup de com’ » ou engagement sincère ? Airbnb lance "Animals", une nouvelle catégorie d’activités touristiques impliquant des animaux, regroupant environ 500 annonces déjà présentes sur le site et autant « d’expériences » supplémentaires proposées par des hôtes à travers le monde (3/10/2019). « Prendre le thé avec des alpagas au Royaume-Uni, faire du paddle avec des chiens corgis à Miami, observer des renards polaires en Islande », certains exemples ont pourtant de quoi inquiéter – de prime abord – les défenseurs des animaux. Pour parer à d’éventuelles critiques, la plateforme californienne a toutefois pris des précautions.

Une charte de protection des animaux

« Nous savons que les gens aiment les animaux, qu'ils veulent les voir et vivre des expériences avec eux quand ils voyagent. Mais nous savons aussi qu'ils veulent voir les animaux dans un cadre qui respecte leur bien-être », justifie Alesia Soltanpanah, directrice exécutive de World Animal Protection. Basée à Londres, cette ONG internationale a contribué à la « charte de protection des animaux » établie par Airbnb. Parmi les critères que les hôtes s’engagent à respecter : aucun contact direct avec des animaux sauvages dans la nature ; pas de mammifère marin en captivité ; ni dressage violent. Sont ainsi bannis de la plateforme les selfies avec des fauves, les balades à dos d’éléphant ou encore la chasse aux trophées.

« Si nous sommes alertés qu’une expérience ou un hôte enfreint nos règles, nous prenons les mesures nécessaires, y compris le retrait permanent de l’annonce », assure Airbnb sur son site web. Ne réalisant pas elle-même de contrôle, la firme délègue cette responsabilité aux internautes, invités à se montrer vigilants et à signaler toute violation de la charte. Si la firme – qui prévoit d’entrer en bourse en 2020 – cherche avant tout à attirer et à fidéliser les clients, elle a su satisfaire des associations de protection animale telles que PeTA (People for the Ethical Treatment of Animals) et l’Institut Jane Goodall pour la préservation des grands singes. Cette dernière souhaite que l’initiative « serve de modèle pour les autres plateformes et entreprises, marquant un tournant dans la façon dont nous concrétisons nos valeurs par rapport au traitement des animaux non humains, des gens et de l’environnement ».

« La génération actuelle de cétacés captifs devrait être la dernière »

Au même moment, la plateforme TripAdvisor annonçait sa décision de ne plus commercialiser de billets pour les parcs aquatiques qui importent des cétacés capturés à l’étranger, ni ceux qui les font se reproduire en captivité (2/10/2019). Particulièrement visés, le groupe SeaWorld et son vaste réseau d’aquariums à travers le monde. Le site web continuera toutefois de proposer à la vente des activités impliquant des cétacés captifs, uniquement lorsque les établissements développent des sanctuaires naturels – aujourd’hui trop rares – pour réhabiliter leurs animaux sauvés de la captivité.  « Nous pensons que la génération actuelle de baleines et de dauphins captifs devrait être la dernière », a proclamé Dermot Halpin, responsable des expériences chez TripAdvisor, au journal britannique The Guardian.

Une annonce forte qui s’inscrit dans la politique de responsabilité de TripAdvisor vis-à-vis des animaux, mise en place dès 2016 pour cesser de promouvoir des attractions cruelles telles que les zoos dits "de bord de route" aux cages minuscules, ou encore les prétendus "sanctuaires d’éléphants" qui maltraitent les pachydermes. La plateforme ne permet plus de réserver des activités incluant un contact direct entre le visiteur et des animaux sauvages captifs… tout en continuant à lister celles-ci, laissant aux internautes la possibilité de rédiger leur avis. Des opinions censées aider chacun à choisir de s’y rendre ou non en toute connaissance de cause, mais qui restent subjectives : « 8 touristes sur 10 déposent des avis positifs sur ces attractions cruelles sur TripAdvisor parce qu’ils ne constatent pas eux-mêmes les mauvais traitements », avertissait Julie Middelkoop, de la World Animal Protection, dans un reportage (16/07/2017).

Ces dispositifs, s’ils accompagnent un mouvement de l’opinion en faveur d’un renforcement du respect dû aux animaux et sont à saluer en tant que tels, doivent encore prouver leur sérieux et leur efficacité.

Commenter

  1. npagnard@gmail.com 29/10/2019 à 13:56:22

    Il suffit que quelques peoples irreponsables se montrent sur les réseaux sociaux pour que tout le monde les imite. Quand donc les gens réfléchiront un peu avant de faire n'importe quoi. L'humanité devient c.... à un point unimaginable.

  2. BABABIBI 17/10/2019 à 21:33:28

    A traîner de gros plein gras sur l'eau alors qu'ils ont passé tout l'hiver a bouffé des cacahuères sur le canapé devant la TV .

  3. pouguy 17/10/2019 à 19:10:41

    ces plates formes sont américaines, et les américains n'ont aucun respect envers les animaux, je ne trouve pas cette photo amusante plutot répugnante, il existe des bouées si on veut s'amuser comme sur la photo ci dessus

  4. mugiwara76000 17/10/2019 à 16:36:08

    Les gens disent aimer les animaux, mais les respecter c'est encore mieux. Pourquoi vouloir à tout pris les voir le plus près possible, foutez leur la paix.

  5. Bandy86 15/10/2019 à 17:42:25

    En espérant que ces bonnes décisions soient vrais et respectées.

  6. moliktania 15/10/2019 à 14:15:02

    quelle horreur non mais il s est regarde ce gros vilain a se faire trainer par un dauphin il ne peut utiliser ses bras pour nager et lui foutre la paix mais qu on donc les gens dans la tete pour faire des trucs pareil