Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Des requins et des raies menacés d'extinction dans les filets des navires français ?

Prédateurs au sommet des chaînes alimentaires, les requins et les raies sont essentiels aux écosystèmes et leur disparition serait dramatique. ©TRAFFIC

Chaque année, 20 pays pêchent à eux seuls plus de 600 000 tonnes de raies et de requins dans les mers et océans du monde, selon un nouveau rapport de l’organisation TRAFFIC (11/09/2019). La France figure en 13e position de ce classement, remontant dans ses filets des espèces menacées. 30millionsdamis.fr a interrogé le porte-parole de l’ONG sur ce triste record.

Les 20 principaux pays pêcheurs de requin dans le monde représentent, à eux seuls, environ 80 % des prises déclarées sur les 10 dernières années, selon une nouvelle étude de l’organisation TRAFFIC, spécialisée dans la protection de la vie sauvage. En tête de liste figurent l’Indonésie, l’Espagne, l’Inde, le Mexique et les Etats-Unis, devant la France qui arrive en 13e position. Les navires battant pavillon tricolore pêchent en effet près de 17 000 tonnes de raies et de requins en moyenne par an.

« Les requins sont pêchés intentionnellement – par des navires qui les ciblent pour leurs ailerons ou pour leur viande – mais aussi capturés en tant que prises accidentelles, par exemple par des bateaux de pêche au thon ou visant d'autres poissons, explique le Dr Richard Thomas, porte-parole de TRAFFIC, interrogé par 30millionsdamis.fr. D’après les évaluations de l’UICN, près d'un tiers de toutes les espèces de requins sont menacées d'extinction* ». En raison de leur croissance lente et de leur faible fécondité, les squales sont particulièrement vulnérables à la surpêche.

"Des mesures urgentes sont nécessaires !"

« Les navires français, qui pêchent du poisson dans les eaux intérieures et en haute mer, peuvent capturer accidentellement des espèces menacées telles que les requins marteaux, les requins-taupes et les requins longimanes, précise le Dr Richard Thomas. Il arrive également qu’ils rencontrent des espèces de raies menacées telles que les raies manta et les raies-guitares ». Ces dernières viennent d’être inscrites à l’annexe II de la CITES [Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, NDLR] afin d’améliorer leur protection, de même que les requins mako menacés par la surpêche.

« Des mesures urgentes sont nécessaires pour lutter contre la surexploitation et le manque d'informations précises concernant la pêche et le commerce de requins et de raies, déclare Nicola Okes, co-auteur du rapport, dans un communiqué. Prédateurs clés au sommet des chaînes alimentaires, leur bien-être est essentiel à la santé globale de nos océans. Les principaux pays qui réalisent la pêche doivent assumer leurs responsabilités et mettre en place des mesures de surveillance et de gestion afin d’enrayer leur déclin ». Parmi les espèces les plus pêchées se trouve le requin bleu – avec plus de 100 000 tonnes extraites des océans en 2017, alors que sa population est aujourd’hui en déclin.

Le terme flou de "saumonette" cache en réalité du requin

Si les ailerons de requins sont principalement exportés vers l’Asie de l’Est (Hong Kong, Malaisie, Chine et Singapour) pour y être consommés en soupe, la viande de requin et de raies alimente principalement le marché européen et américain. Le Brésil, l’Espagne, l’Uruguay et l’Italie totalisent plus de la moitié des importations dans le monde. La France se trouve en 10e position, important chaque année plus de 2000 tonnes de viande de requins et de raies… qui se retrouvent dans les cantines scolaires – sous le terme flou de "saumonette" – et sur les étals des poissonneries. La Fondation 30 Millions d’Amis s’est récemment insurgée de la vente de requin-renard par l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer (25/07/2019), alors que l’espèce est menacée d’extinction en Méditerranée.
 
* Environ 17 % des espèces de requins et de raies sont inscrites sur la liste rouge de l’UICN dans les catégories "en danger critique d’extinction", "en danger de disparition" et "vulnérable". 13 % supplémentaires se classent dans la catégorie "quasi menacée", et 47 % dans la catégorie "données insuffisantes".

Commenter

  1. pouguy 18/09/2019 à 18:35:09

    c'est la peche industrielle qu'on laisse faire partout dans le monde, ce n'est pas quand il y aura plus rien qu'il faudra réagir, comme le dit une citation un peu groteste, "c'est quand on voit les cou***** qu'on sait que c'est un male", je ne sais pas de qui elle vient par contre

  2. Milka73 17/09/2019 à 18:23:27

    Malheureusement tant que l'humain n'aura pas compris qu'il faut arrêter la pêche, la chasse et l'élevage le monde ira de plus en plus mal

  3. guilaine 80 16/09/2019 à 15:06:19

    Mais quand ils vont se rendre compte qu'il sont entrain de tout détruire sur terre comme en mer j ai vu un reportage c est inimaginable se qu'on peut martyrisé aussi tout c'est pauvres animaux qui vivent dans la mer. On leurs coupes se qu'on a besoin et on les rejete vivant jamais j aurait pensé qu'on faisait des choses aussi horrible. Pourquoi temps de haine envers tout les animaux. Tout sa me répugne

  4. AnneV 13/09/2019 à 18:22:55

    Requins, raies, des animaux d'une intelligence supérieure et que fait l'humain, il les piège avec leur filets dérivants (toujours pas interdits ?) et les asiatiques qui finiront par mourir de leur inconscience à détruire tout ce qui bouge pour leur petit confort imbécile. L'ennuyeux est que nous mourrons avec ! Les forêts, l'océan, les glaciers : jusqu'où irons nous avant de s'apercevoir qu'on se jette dans le mur ?