Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Rodéos au Canada : une souffrance inacceptable pour les animaux !

La prise de veau au lasso est sans doute l'épreuve la plus cruelle pour l'animal. / ©flickr.com

La saison des rodéos bat son plein au Canada. Une fois encore, le besoin de divertissement des humains prime sur le bien-être animal. 30millionsdamis.fr revient sur cette pratique qui fait souffrir les animaux.

Peur, stress, blessures, mort… Au Canada, les rodéos causent aux animaux une souffrance physique et psychologique intolérable. Pourtant, ces spectacles sont toujours prisés par les Canadiens et les touristes. Cet été 2019, six animaux sont morts lors du rodéo de Calgary, l'un des plus grands au monde. L’an dernier, un éminent Professeur de droit de l’Université de Montréal a publié l’analyse d'un vétérinaire concluant à l’illégalité de ces évènements par rapport à la loi québécoise. Mais le Gouvernement du Québec n’en a toujours pas tiré les conclusions qui s’imposaient.

Des épreuves cruelles…

En juillet de chaque année a lieu le « Stampede de Calgary », un évènement d’une dizaine de jours au cours duquel des animaux sont régulièrement blessés ou tués. L’édition de 2019, qui a réuni plus d’un million de personnes, a été marquée par la mort de six chevaux. Quatre d’entre eux sont morts pendant des courses de chariots. Très proches les uns des autres, les chariots sont tirés par des chevaux qui galopent à grande vitesse, dans des virages particulièrement serrés. 

Pour obliger les animaux à performer sous le regard du public, les cavaliers utilisent divers instruments douloureux (aiguillons électriques, sangles…). Plus particulièrement, pendant l’épreuve du « terrassement », des bœufs sont souvent blessés - parfois tués - par les cavaliers qui se jettent sur les animaux et leur tordent le cou pour les faire tomber. Lors de l’épreuve de « monte de taureaux ou de chevaux sauvages », l’animal est gêné et blessé par le cavalier qui met tout en œuvre pour l’inciter à ruer. Mais l’épreuve la plus cruelle, parfois mortelle, est celle de la « prise du veau au lasso » où un jeune veau est poursuivi par un cavalier qui l’attrape au lasso avant de le jeter au sol et de ligoter ses pattes.

Aux accidents survenus lors de ces événements, s’ajoutent les blessures intervenues lors des entraînements, mais également, les nombreux abattages des animaux qui, élevés pour la compétition, ne se sont pas qualifiés.

… et illégales au Québec

En 2018, le Professeur Alain Roy a remis un rapport au « Comité consultatif sur le bien-être et la sécurité des animaux utilisés dans les activités de rodéo », créé par le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec. Ce rapport constitue une analyse détaillée des images collectées lors des vingt rodéos de Montréal et de St-Tite par le vétérinaire anesthésiste Jean-Jacques Kona-Boun.

Selon ce rapport, les rodéos constituent une pratique illégale, incompatible avec la Loi québécoise de 2015 sur le bien-être et la sécurité de l’animal qui - s'inspirant des travaux de la Fondation 30 Millions d'Amis concernant le statut juridique de l'animal et sa traduction législative française - reconnaît la « sensibilité » des animaux. Ce texte interdit les abus et mauvais traitements pouvant affecter la santé des animaux ainsi que les actions ou omissions les exposant à la détresse. Or, « les activités qui ont cours dans le cadre des rodéos soumettent les animaux à des risques de lésions », explique le Dr Jean-Jacques Kona-Boun. La détresse psychologique est également bien réelle ». Dès lors, « le traitement réservé aux chevaux, taureaux, veaux et bouvillons utilisés dans le cadre des rodéos est inconciliable avec les dispositions de la loi », conclut Alain Roy. 

Mais alors qu’il était « censé rendre son propre rapport au printemps dernier, le Comité consultatif accuse visiblement du retard », nous confie le Professeur.

La Fondation 30 Millions d’Amis s’indigne que de telles pratiques perdurent. Il y a quelques jours, elle s’insurgeait contre « la Fête du Sang », une tradition péruvienne d’une particulière cruauté, mettant en scène un combat sanglant entre un condor et un taureau. Elle a lancé une pétition pour abolir cette tradition.

  

Commenter

  1. phoenix35 18/08/2019 à 13:10:21

    Ignoble !

    Il faut arrêter de faire souffrir les animaux pour se divertir !

    Il existe d'autres moyens pour se divertir, sans avoir recours aux animaux.

  2. Loveanimals69 18/08/2019 à 12:39:18

    Mais l'homme restera t-il tojoirs aussi bête pour ne pas voir la misère qu'il enjendre ?

  3. BABABIBI 17/08/2019 à 16:23:38

    Pourquoi ne pas faire des essais d'aiguillons électriques sur les cavaliers ? Les élus ne font rien pour interdire ces supposés amusements en raison de visions életoralistes, tout comme en France.

  4. guilaine 80 15/08/2019 à 21:40:55

    Guilaine 80\nC\'est quand qu\'il vont arrêter de se servir d animaux pour des jeux et des coutumes barbares pourquoi on prend pas des humains pour tout c\'est jeux de *** tout c\'est pauvres bêtes on leur demande pas leur avis c\'est honteux sa me dégoûte

  5. pouguy 13/08/2019 à 17:48:39

    il n'y a pas d'autres choses pour s'amuser, mettons des humains à la place des animaux et ils verront se que l'animal ressent, l'homme aujourd'hui est la pire chose qui puissent exister sur terre

  6. chatmama 13/08/2019 à 11:58:14

    L'être humain est l'espèce d'animal le plus violent qu'il soit sur la terre parce que sa violence envers les autres espèces est uniquement soit pour l'argent, soit pour son plaisir.