Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Emotion

Faire le deuil de son animal : une étape douloureuse peu considérée

Perdre son animal est extrêmement douloureux, d'autant qu'il est difficile d'en parler. © Pixabay.com

La perte d’un animal a beau être un événement extrêmement douloureux, il est toujours difficile de communiquer sur son deuil. 30millionsdamis.fr a échangé sur ce thème avec Pénélope Bonnaud, auteure du livre « Ces animaux qui nous parlent », sélectionné pour le Prix Littéraire 30 Millions d’Amis.

« Perdre son animal peut être un énorme traumatisme. Et le deuil est un problème fort méconnu dans notre société. » Pénélope Bonnaud, comportementaliste et communicatrice animalière, sait de quoi elle parle, elle qui est régulièrement au chevet de personnes souvent désespérées.

« Pour certaines personnes, c’est comme si elles perdaient leur enfant, souligne celle qui est également thérapeute. La mort d’un animal a beau être logique, dans le sens où nos amis ont une vie plus courte que la nôtre, elle suscite un drame à ne pas minimiser. Par rapport à la perte d’un être humain, celle d’un animal relève d’un ordre plus intime. »

Une réelle difficulté à en parler

La minimisation de la mort d’un animal, c’est une réaction à laquelle se heurte de nombreux maîtres et maîtresses. « Beaucoup vont dédramatiser et proposer de prendre un nouvel animal comme si on remplaçait un objet, regrette l’auteure de Ces animaux qui nous parlent (éditions First, avril 2018). Il faut faire prendre conscience aux gens qu’il doit y avoir du respect. La déconsidération du deuil de l’animal est une erreur. De nombreuses personnes ont besoin d’en parler et se retrouvent dans l’incapacité de le faire. Mais j’ai bon espoir que cela s’améliore au fur et à mesure des années. »

Le choc de l’euthanasie

Le traumatisme peut être d’autant plus profond lorsqu’il s’agit d’une euthanasie car la culpabilité peut entrer en compte. Le maître ou la maîtresse intervient dans la mort de son animal. « Le deuil est évidemment différent selon la façon qu’a l’animal de partir, note Pénélope Bonnaud. L’euthanasie est une action traumatisante. Il est certes vrai que le deuil ouvre la porte à une thérapie rapide. Mais mettre fin à la vie de son animal, c’est quelque chose de brutal. Quand on perd un animal, on perd une partie de soi-même. »
 
En réaction à un tel événement, le temps et le dialogue restent les seules remèdes au deuil. Un deuil qui mériterait d’être davantage considéré tant la douleur peut être importante. « Les consciences s’éveillent, promet l’auteure. Nous constatons que les animaux prennent une place de plus en plus importante dans notre société. C’est pourquoi il sera désormais peut-être plus facile d’en parler autour de nous. »

>> Pour parler de la perte de votre animal avec des gens qui vous comprennent, rendez-vous avec la communauté 30 Millions d'Amis sur le site amonami.fr

A lire aussi :

Comment faire le deuil de son animal de compagnie ?

Commenter

  1. emiliepets 11/12/2018 à 19:38:25

    Bonjour.. J ai perdu ma jument (de vieillesse) et cela fais bientôt 1 ans le 23 décembre.. Depuis je pleure tout les soirs je me demande si elle pense toujours à moi et si elle est heureuse de lavoir connu.. elle me manque énormément et j'aimerai savoir si un animal décédés peut vouloir nous communiquer parfois ?

  2. Chopinou 07/12/2018 à 16:32:37

    En juillet 2011, j'ai dû faire euthanasier mon croisé B.A. de 17 ans. En octobre 2015, j'ai perdu mon fils, car je ne peux pas dire mon chien à l'âge de 8 ans 12 (pure race B.A. à poils longs). En août 2016, j'ai perdu le fils de mon 1er chien. Il avait 15 ans. En mars 2017, j'ai perdu un de mes 2 chevaux (23 ans) où la vétérinaire l'a euthanasié devant moi et en février 2018, j'ai perdu ma chienne pure race B.A. à poils longs. Elle allait avoir 9 ans, 3 jours après ! Pour les 3 premiers, j'ai assisté à la piqûre d'anesthésie puis je suis partie. Pour ma chienne, c'est mon ami qui a eu la lourde responsabilité de la faire partir. Depuis, je les pleure très régulièrement malgré la présence de 3 autres croisés B.A. à la maison. J'ai accepté de les prendre pour les sauver mais ils sont arrivés trop tôt et j'ai du mal à leur donner autant d'amour que j'ai donné aux autres. Surtout à mon fils. Je déplore que les cliniques vétérinaires ne mettent pas à disposition un ou une psychologue qui pourrait nous écouter lors de la disparition de nos compagnons.

  3. Boubounet 29/11/2018 à 11:27:28

    Moi aussi! Euthanasie traumatisante, dépression. Je m’en veut de ne pas avoir ‘lu’ les signes de la maladie plus tôt, de ne pas avoir demandé un deuxième avis médical. Je souffre d’avoir fait subir tout cela à mon cher compagnon Boy.

  4. fannielle77 27/11/2018 à 19:55:44

    J'ai perdu beaucoup de loulous par vieillesse et j'ai été très peinée de perdre ce(s) compagnon(s) qui ont partagés ma vie. Je me suis toujours senti incomprise par le fait du manque de leur(s) présence(s), bêtises.... Et perso, le deuil depuis maintes pertes ne fera pas. Bien que j'ai 5 chiens à l'heure actuel dont deux monstrosaurus qui sont en fin de vie.. je redoute le final. J'ai malheureusement été confronté à l'euthanasie il y a un an et pour moi le droit à la vie à la mort est très complexe.. d'ôter la vie.. parce qu'on ne plus rien faire que votre compagnon vous le demande par ses yeux d'arrêter votre combat notamment contre un AVC avec x changement de protocole fut très dur. Tous mes loulous ont été accueillis dignement car ils sont issus de maltraitance et de la bêtise humaine... et malgré ma peine et mon non deuil.. je me suis toujours conforté sur le fait que je l'ai accueilli, je leur est offert une vie digne et à la hauteur de leur espèce et qu'ils ont tous bien vécu dans le respect. C'est ma force de convraincre mon coeur qu'au moins malgré ma peine interne j'ai été reponsable de mon chien ou ma chienne. Et rien ne soulegra notre peine face à la mort mais nous devons avancer et continuer à offrir à d'autres loulous la chaleur de notre foyer. Papouilles à vos loulous présents et pensées à ceux qui nous ont quittés mais sont chers dans nos coeurs

  5. Do92 27/11/2018 à 18:05:00

    La meilleure chose est d'adopter tout de suite un nouvel animal et cela bien-sûr à la SPA!

    Ce n'est pas une trahison pour votre animal que vous venez de perdre (il y a des gens qui pouraient le penser) car vous l'avez aimé, choyé, entouré de toute attention méritée et surtout vous ne l'avez jamais abandonné!!! Et il vous l'a bien rendu! 

    Donc reprendre un animal assez rapidement voire tout de suite, je le recommande vivement. Il ya en a tellement qui attendent... 

  6. PADDINGTON 27/11/2018 à 17:48:05

    Bonjour, nous avons perdu, notre Vidocq, le 9 septembre 2018, une superbe york agé de 14 ans, en 3 semaines, emporté, par une insuffisance rénale aigue, que nous avons essayé, de soigné, pour cela nous l'avons veillé jour et nuit, apppris à posé des perfusions, malgré une légère, amélioration, il s'est éteint dans sa maison sur son coussin préféré, nous étions près de lui, nous avons refusé l'euthanasie, trop douloureux, de donner la mort a notre petit compagnon, c'était notre 3ème york, aujourd'hui nous avons de nouveau un petit york mais notre coeur, n'en n'a oublié aucun, ils seront toujours, près de nous, chaque jours nous pensons à eux, et les souvenirs, nous mettent souvent les larmes aux yeux, mon souhait est que dans cette période, de Noel il ne soit pas acheté des petits chiots, ou chats, ou autres petits animaux ce ne sont pas des jouets, c'est pour moi une souffrance de voir ces affiches, de ventes chiots, chats, etc pardon pour mon commentaire aussi long, pleins de bonheur à tous avec vos petits compagnons

  7. pouguy 27/11/2018 à 17:42:02

    pour moi, bien que ce soit des animaux, le deuil d'un animal est aussi dur que celui d'un humain 

  8. Cannellou 27/11/2018 à 14:16:55

    Ma petite chienne que j'ai dû faire euthanasier en janvier dernier pour abréger ses terribles souffrances est toujours présente dans ma vie et je la pleure encore mais beaucoup de personnes ne comprennent pas ce chagrin incommensurable !

  9. totoml 25/11/2018 à 17:05:47

    J’ai vécu cela. Beaucoup ne comprennent pas, certains pensent que ce n’est qu’un animal. J’ai vécu l’euthanasie et ce sentiment de culpabilité. Cela fait plus d’un an et je n’arrive pas à m’en remettre. J’ai peur de vivre encore une fois la même chose avec un autre chien. Cela fait six fois que je le vis. trois se sont succédés en moins de deux ans....Il faut que le regard des gens changent et il ne faut pas minimiser les choses. Un animal, c’est une partie de soi-même. Le lien qui nous unit est solide et fort.

  10. cerbere.k9 25/11/2018 à 13:39:42

    exactement ce ki m\'est arrive le 10juin 2017 et tjrs dans cet etat de depression