Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Menaces sur le bélier des champions de lutte bretonne

Une association de défense des animaux a porté plainte auprès du procureur de Brest contre la fédération de lutte bretonne (gouren), lui reprochant d'offrir un bélier vivant en trophée au vainqueur de ses tournois, a-t-on appris de sources concordantes.

BREST, 3 déc 2009 (AFP) - Une association de défense des animaux a porté plainte auprès du procureur de Brest contre la fédération de lutte bretonne (gouren), lui reprochant d'offrir un bélier vivant en trophée au vainqueur de ses tournois, a-t-on appris de sources concordantes.

"Je n'ai rien contre cette fédération. Je ne fais que demander l'application de la loi", a expliqué à l'AFP Stéphane Lamart, président de l'association de défense des animaux Stéphane Lamart, en confirmant des informations de France bleue Breizh Izel et du Télégramme.

Une audience doit avoir lieu au tribunal de grande instance de Brest le 14 décembre, la plainte ayant été déposée en décembre 2008.

Stéphane Lamart réclame l'application de la loi L214-4 du code rural qui interdit l'attribution en lot ou en prime de tout animal vivant en dehors des animaux d'élevage lors des fêtes, foires et concours. "Nous avons relevé plusieurs infractions, mais pas de mauvais traitement bien que prendre un animal sur son dos par les pattes puisse être assimilé à un mauvais traitement", souligne M. Lamart.

"C'est ridicule! C'est ce que font tous les bergers dans les alpages. Jamais un berger n'a été assigné" pour mauvais traitement, rétorque l'avocat de la fédération de gouren Yann Choucq qui compte plaider la relaxe en droit.

Me Choucq souligne que l'attribution du "maout" (bélier en Breton) comme lot, "une tradition qui remonte au 18e siècle sans interruption" est un autre argument face au juge de proximité brestois chargé du dossier.

La fédération de gouren encourt une amende de 4e classe (135 euros) par infraction.