Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Sauvetage

Deux louveteaux confiés à la Fondation

Deux loups âgés de 8 mois ont été pris en charge par la Fondation 30 Millions d'Amis à la suite de la condamnation du propriétaire du zoo du Bouy par le TGI de Clermont-Ferrand (63).

Deux loups âgés de 8 mois ont été pris en charge par la Fondation 30 Millions d’Amis à la suite de la condamnation du propriétaire du zoo du Bouy par le TGI de Clermont-Ferrand (63).

Deux louveteaux détenus au zoo du Bouy (Puy de Dôme) ont été retirés définitivement à leur propriétaire pour « défaut de certificat d’origine ». Ce retrait, ordonné par le parquet de Clermont-Ferrand, s’est déroulée en présence de l’ONCFS*, des gendarmes d’Ambert et d’Arnauld Lhomme, enquêteur à la Fondation 30 Millions d’Amis. Ils ont été acheminés au Natuurhulpcentrum - une structure spécialisée dans l’accueil des animaux sauvages située en Belgique, au terme d’un voyage d’une durée de 9 heures.

Précédents de maltraitance

Malgré des mises en demeure successives, le propriétaire n’avait pas procédé à la mise en conformité de toutes les installations, pourtant exigée par le code rural et par le code de l’environnement, qui régit les conditions de détention des animaux sauvages captifs. Le loup est en outre une espèce protégée et une preuve de son origine licite est indispensable pour vérifier qu’il n’est pas détenu illégalement.

Mais au-delà des irrégularités administratives, la justice s’est surtout appuyée sur un rapport des services vétérinaires faisant état de conditions de détention des animaux particulièrement sordides : un cadavre de loup, des restes de Cobe de Lechwe - une antilope originaire d’Afrique - avaient été découverts à l’intérieur de la chambre froide où étaient stockés les aliments des autres animaux. Le cadavre d’un bison découpé en morceaux a également été retrouvé ans un congélateur. D’autres animaux vivaient dans des cages trop petites et inadaptées aux besoins de ces espèces. Deux mangoustes prostrées l’une contre l’autre étaient enfermées dans une cage posée à même le sol, tapie d’excréments, dans l’obscurité la plus complète.

6 mois d’emprisonnement avec sursis

Jugé en novembre 2012, le propriétaire a été reconnu coupable d’actes de cruauté et condamné par le TGI de Clermont-Ferrand à 6 mois d'emprisonnement avec sursis, à 1 800 euros d'amende et à une interdiction d'exercer toute activité en lien avec les animaux pour une durée de 1 an avec exécution provisoire. Le verdict a rendu définitive la confiscation de quatre lémurs bruns, deux mangoustes, un pygargue à tête blanche et deux loups au profit de la Fondation 30 Millions d'Amis.

*Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

Photo : © Natuurhulpcentrum