Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Evénement

La PMAF et la Fondation au Salon de l'Agriculture 2012

La PMAF et la Fondation au Salon de l’Agriculture 2012

Du 25 février au 4 mars 2012, le Salon International de l'Agriculture ouvre ses portes à Paris. L'occasion pour la PMAF* et la Fondation 30 Millions d'Amis d'aller à la rencontre du public afin de mieux le sensibiliser sur les conditions d’élevage des poules pondeuses.

Du 25 février au 4 mars 2012, le Salon International de l’Agriculture ouvre ses portes à Paris. L’occasion pour la PMAF* et la Fondation 30 Millions d’Amis d’aller à la rencontre du public afin de mieux le sensibiliser sur les conditions d’élevage des poules pondeuses.

La PMAF et la Fondation au Salon de l'Agriculture 2012La 49e édition du Salon International de l’Agriculture (SIA) investit une nouvelle fois le centre Paris Expo, Porte de Versailles. Cette année, un stand un peu particulier met l’accent sur l’élevage des poules pondeuses, dont les conditions de vie - bien qu’améliorées grâce à une nouvelle directive européenne, appliquée depuis le 1er janvier 2012 - restent inacceptables : « Notre objectif est de sensibiliser le public mais aussi le monde agricole sur les différents modes d’élevage en France » précise Jonathan Fleurent, chargé de campagne PMAF et co-responsable de ce stand. Pour les plus jeunes, des jeux et des quizz seront proposés au sein d’un espace dédié. Une façon ludo-éducative de les sensibiliser à la prise en compte du bien-être animal car « les enfants doivent savoir que les produits comme les œufs et le lait proviennent des animaux, et pas du supermarché » poursuit-il.

Boom des poules élevées en plein air

Grâce à des campagnes menées par les organisations de protection animale - dont la Fondation 30 Millions d’Amis - la consommation des oeufs est un marché en pleine évolution. Les acheteurs sont en effet plus informés sur les numéros figurant sur la coquille et les boîtes, qui indiquent le mode d’élevage des gallinacées. Les oeufs codés 0 ou 1 (premier chiffre sur la coquille devant FR), assurent que les poules ont été élevées en plein air, et donc dans de meilleurs conditions. Quant aux numéros 2 et 3, ils sont à proscrire, car ils stipulent que les poules ont été élevées en batterie*.

Pour Jonathan Fleurent, la consommation des œufs de poules élevées en cage « est passé de 80 à 77,7 % en quelques mois », tandis que « le chiffre d’affaires des élevages de plein air ne cesse d’augmenter ». Des indicateurs économiques qui attestent que le consommateur, informé avec la plus grande transparence, cherche des produits respectant davantage le bien-être animal.

93 élevages français en cause

Mais malgré cette évolution, les éleveurs de poules pondeuses sont toujours montrés du doigt. Il y aurait encore 93 structures - soit 3 millions de poules - qui n’appliquent pas la nouvelle directive européenne. Un constat qui étonne Jonathan Fleurent : « Les éleveurs ont eu 13 ans pour appliquer cette directive, adoptée en 1999. L’Etat a également alloué des subventions pour les aider à financer les aménagements réclamés par Bruxelles. » Cette nouvelle réglementation prévoit que les poules pondeuses puissent bénéficier de cages dites « aménagées », dotées par exemple d’un nid et d’un perchoir pour pouvoir exprimer leurs besoins naturels. « Les éleveurs ont encore trois mois pour se mettre aux normes » rappelle-t-il. Un message qui sera également diffusé lors de ce Salon de l’Agriculture, et qui permet d’informer les professionnels désireux de s’orienter vers des modes d’élevage plus respectueux du bien-être des oiseaux que sont les poules.

La Fondation a financé ce stand d’informations, situé au pavillon 1, emplacement T36. Des experts - éthologue, ingénieur agronome, vétérinaire - se tiennent à la disposition des visiteurs.

Salon International de l’Agriculture
Du 25 février au 4 mars 2012, Paris Expo, Porte de Versailles (XVe arrondissement, Paris)

*Protection Mondiale des Animaux de Ferme

Photo © Fotolia / Fondation 30 Millions d'Amis

Commenter

  1. CianOcéane 24/02/2012 à 22:25:24

    C'est une très bonne initative, car je peux voir de mes propres yeux que ce genre de démarche porte ses fruits. Dans mon entourage, j'entends les personnes dire "ah quel chiffre est inscrit sur l'oeuf ?" avant il ne se posait même pas la question, c'est donc une bonne chose.

     

    Le point qui me gêne énormément c'est les produits industriels. Très peu, trop peu de marques utilisent des oeufs de plein air dans leurs produits, je ne trouve pas cela normal. Par exemple, j'aimerais que sur les paquets de "pâtes aux oeufs frais" il soit précisé que se sont des oeufs de catégorie 2 ou 3, donc de batterie, qui sont utilisés. Car malheureusement, même si bon nombre de consommateurs se dirigent vers les oeufs de plein air (ou bio s'il en a les moyens car ce n'est pas donné) quand ils en ont besoin, ils ne font en général pas attention aux produits "tout prêts" qu'ils achètent, comme les pâtes aux oeufs donc, les pâtisseries, les mayonnaises... Comme l'oeuf n'est pas forcément l'élément principal du produit, les gens ont tendace à ne pas y faire attention, et malgré le fait qu'ils achètent des oeufs marqués 0 ou 1, ils consomment des oeufs de batterie quand-même, sans s'en rendre vraiment compte. Et même quand on veut y faire attention, il est extrêmement difficile de trouver des produits certifiant qu'ils ont utilisés des oeufs de plein air... On commence à voir quelques mayonnaises mais le reste... à moins de prendre des produits bio, mais ce n'est vraiment pas à la portée de toutes les bourses, surtout par les temps qui courent... Même les produits de qualité médiocre deviennent hors de prix, et cela n'aide pas du tout le combat pour le bien-être animal.