Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Interview

Avec les animaux, la vie est belle !

La présence d'un animal est bénéfique pour chacun d'entre nous. Un constat - partagé par la Fondation 30 Millions d'Amis depuis de nombreuses années - que démontre avec force Jean-Luc Vuillemenot, spécialiste des relations homme/animal, dans son dernier ouvrage*.

Jean-Luc Vuillemenot

Fondation 30 Millions d’Amis : En France, la médiation animale est encore marginale. Pensez-vous qu’elle peut se développer, à l’exemple des pays anglo-saxons ?
Jean-Luc Vuillemenot :
Aux Etats-Unis et au Canada - où est née cette pratique - la médiation animale fait l’objet de nombreuses expérimentations. En France, nous avons encore trop peu d’études validées scientifiquement, et cela explique en partie le retard que nous accusons. Si la machine est indéniablement en marche et que les thérapies assistées par l'animal gagnent progressivement du terrain, il reste encore beaucoup de progrès à faire, notamment en termes de formation des intervenants, bénévoles ou professionnels. Il doit y avoir davantage de maisons de retraites qui acceptent les animaux, les animaux dits visiteurs doivent être plus nombreux, notamment en milieu hospitalier. Comme le dit très justement l’un de mes amis, « si le chien déclenche ne serait-ce que le sourire d’une personne, nous avons gagné ».

F30MA : Pour  votre livre, vous avez recueilli un grand nombre de témoignages qui illustrent les bienfaits de la relation homme/animal, dont certains ont une vraie valeur thérapeutique. Quel est celui qui vous a le plus touché ?
J-L. V. :
J’ai rencontré un jeune homme très introverti du fait des conséquences d’une maladie rare : obésité, perte d’équilibre, incontinence… Nous avons fait le pari qu’un chien, préalablement formé, pourrait s’adapter à la pathologie du jeune homme. Les résultats ont été très impressionnants : ce jeune est aujourd’hui plus sociable et n’hésite plus à évoquer sa maladie. L’animal l’aide à communiquer, et la relation qu’ils entretiennent ensemble lui renvoie une image positive de lui-même. Cette expérience témoigne des innombrables qualités et facultés dont sont dotés nos compagnons, et dont j’ai pu me rendre compte depuis mon plus jeune âge : leur patience, leur compréhension, leur faculté d’adaptation, leur capacité de deviner nos intentions, leur vigilance...

F30MA : Quelle est la place de l’animal de compagnie dans notre société aujourd’hui ?
J-L. V. :
Elle a suivi l’évolution de notre mode de vie. Il y a une quarantaine d’années, le chien était attaché dans la cour de la ferme, et le chat n’était toléré que parce qu’il chassait les rongeurs. Depuis, la France rurale a laissé la place à la France urbaine, où « l’utilité » des animaux s’est effacée au profit de l’attachement affectif qu’ils nous procurent. Nos contemporains ne craignent plus d’être démonstratifs avec leur animal. Plus d’hésitation à dire que l’on aime son chien ou à lui témoigner de l’affection. Nous manifestons notre empathie sans la moindre gêne, ce qui n’était pas le cas des générations précédentes. On amène son animal dans les transports en commun, en voyage... Certaines entreprises vont même jusqu’à octroyer une journée de congé à leur employé à la mort de leur animal.

F30MA : Est-il pour autant totalement reconnu ?
J-L. V. :
La société n’a pas évolué aussi rapidement que les individus, et ne lui donne pas encore toute la place qu’il mérite. Notre code civil considère toujours les animaux comme des « biens meubles » et ils ne sont dotés par conséquent d’aucun statut juridique ! Mais paradoxalement, on voit que les élus commencent à prendre des mesures pour que l’animal de compagnie trouve sa place en milieu urbain. Les recherches pour comprendre les effets que sa présence exerce sur nous se multiplient et cela constitue une véritable avancée.

*« Un animal et la vie et plus belle »
De Jean-Luc Vuillemenot
Ixelles Editions (mars 2011)
Prix indicatif : 19,90 euros
Consulter la revue de livres

Commenter

  1. clarine3873 12/04/2011 à 14:37:02

    La vie est plus belle avec les animaux, ceux qui les aiment sont déjà des gens avec qui on peut plus facilement communiquer.

    Prenons l'exemple d'une salle d'attente dans un cabinet vétérinaire : les gens discutent, parlent de leurs animaux. Avez vous vu la même attitude dans la salle d'attente des médecins???

     

     

  2. Divine 11/04/2011 à 14:09:45

    Les chats comme les chiens demandent et vous donnent beaucoup d'affection. Leur présence m'est indispensable et je ne pourrais envisager de vivre sans eux. Même si certains jugent que l'on en fait trop avec nos animaux, ils ne savent pas ce qu'ils perdent...

  3. margotte79 10/04/2011 à 20:53:05

    Ca c'est bien vrai moi personnellement je ne peux pas vivre sans eux . Il y a 7 ans je me suis paralysé et le jour ou j'ai pu revoir mon amour mes membres ont recommencés a bougé un peu ensuite ma réeducation a fait le reste mais il est pour beaucoup dans ma guérison, je lui dit souvent qu'il est" mon sauveur a moi" . Je t'aime mon coeur Kiss

  4. laros 09/04/2011 à 07:41:00

    bien sur que la vie est belle avec les animaux!!!!

    malheureusement il ya tellement de maltraitances dans ce monde de brute,

    moi qui est perdue mon mari il y a peu de temps mon chien a été une thérapie et le sera toujours ; lui au moins il est fidéle et sincére ;

    je dédie ce message a tous les animaux de cette belle planéte...

  5. melchen29 08/04/2011 à 22:27:14

    Tout à fait d'accord. Je vis seule avec mes chats et je sais qu'ils ressentent mes émotions comme je ressens les leurs. Ils me comprennent quand je leur parle. J'ai vraiment l'impression de vivre une relation fusionnelle avec eux. Bien souvent, les gens me prennent pour une dingue quand je dis ça. Et c'est pour cela que ça m'exaspère que l'on prenne encore trop souvent les animaux pour de vulgaires objets sans âme.