Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Evénement

Rencontres Animal et Société : la déception de la Fondation

Rencontres Animal et Société : la déception de la Fondation

La Fondation 30 Millions d'Amis a été reçue par Bruno Lemaire, ministre de l'Agriculture, dans le cadre du suivi des Rencontres Animal et Société (25/3/11). En dépit des attentes légitimes des organismes de protection animale - notamment concernant l'abattage des animaux de ferme - aucune mesure concrète n'a été annoncée. Une absence de volonté politique regrettée par la Fondation.

La Fondation 30 Millions d’Amis a été reçue par Bruno Lemaire, ministre de l’Agriculture, dans le cadre du suivi des Rencontres Animal et Société (25/3/11). En dépit des attentes légitimes des organismes de protection animale - notamment concernant l’abattage des animaux de ferme - aucune mesure concrète n’a été annoncée. Une absence de volonté politique regrettée par la Fondation.

Rencontres Animal et Société : la déception de la FondationOrganisées en 2008 par Michel Barnier, alors ministre de l’Agriculture, les Rencontres Animal et Société ont réuni pendant plusieurs mois élus locaux, parlementaires, scientifiques et représentants des organismes de protection animale dans le but de définir des pistes d’amélioration en matière de bien-être animal. Pour la première fois depuis sa prise de fonction et dans le cadre du suivi de ces réunions, Bruno Lemaire a reçu les différents participants*, parmi lesquels la Fondation 30 Millions d’Amis (25/3/11). L’objectif : débattre des points fondamentaux relatifs aux animaux, et plus spécifiquement de l’abattage sans étourdissement, une pratique qui condamne les animaux de ferme à une mort dans la souffrance, et qui a fait l’objet de longues discussions.

Un manque flagrant de transparence

Dénoncée avec force par les organisations de défense des animaux depuis de nombreuses années, l’abattage sans étourdissement - autorisé dans le cadre d’une dérogation spécifique aux abattages dits rituels (article R 214-70 du Code rural, NDLR) - tend à se généraliser en France. A ce jour, aucune mesure n’a été prise, ni vis-à-vis des animaux, ni vis-à-vis des consommateurs : l’étiquetage de la viande n’est pas soumis à la moindre réglementation obligeant les industriels à préciser les conditions dans lesquelles l’animal a été abattu. Un manque flagrant de transparence, que cette réunion n’a malheureusement pas permis de combler.

Les Français se sont pourtant exprimés très clairement sur ce point : dans un sondage**, 72% d’entre eux se sont déclarés opposés à la dérogation permettant d’abattre les animaux sans étourdissement préalable. Et bien que l’étiquetage ne supprime pas cette dérogation, il permettrait à chacun de choisir la viande qu’il achète en accord avec ses principes. Les parlementaires européens ont par ailleurs présenté un amendement en ce sens (13/6/10) ; mais cette démarche n’a pour l’instant pas abouti du fait du désaccord au sein des ministres européens de la Santé.

Une absence de volonté politique

La Fondation 30 Millions d’Amis, qui attendait beaucoup de cette première entrevue avec Bruno Lemaire, exprime sa déception et pointe une absence de volonté politique de progresser sur ces questions. Dans l’attente de décisions significatives, elle demande à chacun d’exprimer sa position sur le site officiel des Rencontres Animal et Société du ministère de l’Agriculture (www.animal-societe.com) qui devrait être accessible dans les prochains jours.

*Oeuvre d'Assistance aux Bêtes d'Abattoir (OABA), Protection Mondiale des Animaux de Ferme (PMAF), Fondation Brigitte Bardot, SPA, Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO), Confédération nationale des SPA de France, Fondation Assistance aux Animaux, Fondation Droit Animal Ethique et Sciences, France Nature Environnement, Société Nationale pour la Défense des Animaux (SNDA), Fondation 30 Millions d’Amis.

**Sondage Ifop réalisé du 8 au 10 décembre 2009 sur un échantillon de 1 015 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Commenter

  1. berno 15/03/2012 à 15:06:54

    Bonjour amis des animaux, je lance un appel à vous tous et aux autres:

    si nous voulons défendre la cause des animaux et la notre aussi (nous sommes des consommateurs aussi) nous avons déjà plusieurs actions à entreprendre qui toutes sont positives: certains comme  nous ici, soutiennent la fondation et la cause animale en demandant l'étiquetage et l'abattage avec étourdissement. D'autres, de libre choix et de façon individuelle ne mangent plus de viande .De leur côté, les associations de culte musulman et juif demandent un abattage rituel dans le cadre de  leurs croyances et cela peut être considéré comme légitime.Nous les respectons. Mais pour de sales raisons de profit, les industriels nous trompent. 

     Alors  je vous propose   une  autre action collective : la fondation agit et nous avec,  sur le versant des droits des animaux. Il faut également agir sur le versant des droits des consommateurs. En adhérant en masse, comme pour 30 millions d'amis (j'en fait partie) à  une association de consommateurs (par exemple 60 millions de consommateurs)  nous pèserons lourds auprès des politiques pour exiger l'étiquetage et la traçabilité de tout type d'abattage. Car regardez bien comment cela se passe: les associations cultuelles sont écoutées car elles représentent des électeurs. La fondation est partiellement écoutée et obtient des grandes victoires mais pas assez car la cause animale n'intéresse pas les politiques  tant que cela  ne représente pas  un poids      électoral. Alors , lions      les intérêts des animaux avec nos intérêts de consommateurs et nous ferons avancer la cause animale plus vite . Je persuade de mon côté, tous mes ami(e)s d'adhérer à 30 millions d'Amis et à    60  millions de consommateurs pour peser de tout notre poids de deux façons complémentaires et efficaces.Réfléchissez bien à cette proposition et adhérez, faites adhérez en réclamant aux associations de défendre ce projet là. Bon courage et merci à tous car en aimant et en défendant le vivant, l'humain est plus qu'humain. Bernadette.

  2. anonyme 12/04/2011 à 00:37:00

    @CianOcéane tout le monde sait que Stéphane Guillon ne fait rire personne sinon que lui même,les comiques actuelles sont plutôt à zapper tu vois.

  3. CianOcéane 09/04/2011 à 22:14:37

    Je voulais vous faire part d'une chose, assez en rapport avec ce sujet.

    Le samedi 2 avril 2011 à 19h, j'ai regardé, comme à mon habitude, "Salut les terriens" sur Canal +. J'ai été malheureusement choquée par les paroles de Stéphane Guillon (dont j'apprécie beaucoup l'humour d'habitude, il ose dire des choses que d'autres n'osent pas dire et s'en prend généralement à des gens pas très honnêtes...) mais là, il s'est exprimé sur une déclaration de la Fondation Bardot qui parlait de la souffrance des animaux d'abattoirs, qui agonisent inutilement pendant un quart d'heure avant de mourir... Stéphane Guillon a ironisé la chose et a donc sous entendu que ça n'avait aucune importance puisque il y avait des innocents en Lybie qui mouraient d'une balle dans la tête...

    J'ai été profondément peinée par sa bêtise... C'est triste que des innocents lybiens meurent bien entendu, mais ce n'est pas une raison pour ignorer la souffrance animale... C'est comme si une association avait parlé de la souffance de certains handicapés atteints d'une X maladie et qu'il avait dit qu'à côté des lybiens ce n'était pas la mer à boire !

    Pour moi, il n' y a pas de petite souffrance, des lybiens souffrent oui, et ce n'est pas normal d'accord, mais des tas d'autres gens souffrent dans le monde, et si ça ne passe pas au JT tout le monde s'en fout, et ça ce n'est pas normal. Toute souffrance, toute injustice doit être combattue ! Et ne vaut-il mieux pas mourir sur le coup d'une balle dans la tête plutôt qu'agoniser pendant de longues minutes ? Alors la souffrance de ces animaux n'est pas minime face à celle des lybiens, mais oui, oui j'oubliais, ce ne sont QUE des animaux, suis-je bête !

    S'en prendre au cri d'alerte poussé par la Fondation Bardot sur un massacre atroce je trouve ça vraiment bas. Jamais la Fondation Bardot n'a déclaré que la souffrance des lybiens était sans importance et qu'elle passait après celle des animaux d'abattoirs ! non ! Alors pourquoi s'en prendre aussi idiotement à une cause juste ?

    Cela m'a vraiment blessée et déçue...

    Sommes-nous si peu nombreux à posséder un vrai coeur ? 

  4. clarine3873 04/04/2011 à 14:32:46

     

    On n'avance pas dans ce débat si important pour le relatif bien-être des animaux que nous consommons, et on a un gouvernement qui s'en fiche...

    Il faut absolument obtenir une transparence au niveau des OBLIGATIONS de l'étourdissement avant  abattage des nimaux , comme pour les oeufs, quand on en achète on sait s'il viennnent de ces horribles cages ou si les poules ont été plus correctement traitées.

    A quand un grand débat sur ce sujet, mais avec qui, sauf si on a enfin quelqu'un qui s'en occupe sérieusement.

     

     

  5. anonyme 01/04/2011 à 01:51:53

    il y a eu un débat sympa ce soir dans l'émission sur France3 ce soir ou jamais qui concernait les animaux.

  6. anonyme 31/03/2011 à 01:18:11

    il faut éjecter Bruno Lemaire et mettre une personne qui LUI prendra les bonnes décisions,et je ne parle pas de Nathalie Kosciuszko morizet qui est bien futile également.

    Réha Hutin au gouvernement,ce serait bien je trouve.

  7. corina 30/03/2011 à 16:09:18

    Non seulement le gouvernement français ne s'intéresse pas, mais pas du tout, à la cause animale, mais il cède à certaines pressions que je ne listerais pas, qui aggravent le traitement réservé aux animaux et notamment à ceux qui nous donnent leur vie pour que nous puissions, nous, nous nourir et vivre . C'est une vaste hypocrisie!!!

    Si vous voulez vraiment que le sort des animaux s'améliore, prenez vous responsabilités: n'achetez pas vos animaux de compagnie en animalerie mais adoptez les, ne mangez que très peu de viande et de préférence bio (l'abattage se fait encore AVEC ETOURDISSEMENT mais pour combien de temps...), ne portez pas de fourrure...bref, toujours les mêmes recommandations que trop peu de gens suivent, malheureusement.

     Ne comptez pas sur le gouvernement français pour améliorer le bien-être de nos animaux, au contraire....il y a trop de fric en jeu...Comptons sur nous tous, qui les aimons.

  8. wiwige 30/03/2011 à 12:49:04

    Eux ce qui les interessent c est le fric!!! Le bien etre animal ils s en foutent pourvu qu ils se goinfrent!!ils ne valent rien!

  9. PILLOD 30/03/2011 à 12:23:45

    Dés que le site du ministère de l'agriculture sera ouvert il faut que les tous les amis des animaux protestent contre les conditions d'abattages dans les abattoirs Moi je ne veux pas de l'étiquetage sur la viande je veux l'interdiction totale des abattages sans étourdissements il faut cesser de faire souffrir autant les animaux même pour une religion. Je pense qu"aucun dieu n'a jamais demandé cela


  10. Sofy1711 30/03/2011 à 12:21:17

    La France devient un pays où la religion rentre en vigueur. Pour que la viande soit consommée par tous ( toutes religions ) l'abattage ce fait d'une façon d'antan pour que toutes religions confondues s'accordent à la " bouffer "......la souffrance animale n'est pas la priorité dans le grand commerce de la viande. La barbarie est à ce prix....maintenant il faut savoir que la viande qui est en vente est faite pour être cosommable par toutes les diverses " sensibilités " religieuses......la mienne est de ne pas faire souffrir et j'y pense lorsque je vois les étales......je les entends presque pleurer et pourtant je ne suis pas malade psychiquement.......cette forme de sensibilité est passible d'être prise pour cela ( maladie mentale ) je suis juste née avec un peu plus d'humanité que certains en ce monde friand de guerres et d'agonies......