Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Le vautour, nouvelle cible après le loup ?

Des vautours font l'objet de tirs malgré le statut d'espèce protégée en France.../Photo d'illustration - Adobe Stock- cocomat95

Début août, un vautour fauve a été retrouvé criblé de plomb dans une commune du Parc national des Cévennes (8/8/2021). Protégés par la loi française, ces rapaces se retrouvent toutefois dans le viseur de certains éleveurs les accusant de s’attaquer à leurs animaux. 30millionsdamis.fr rappelle leur rôle important dans les écosystèmes.

Après « haro sur le loup », « haro sur le vautour » ? Alors que le journal Le Monde fait état de vives tensions autour des vautours dans le monde agricole (29/8/2021), les associations de protection animale volent au secours de ces rapaces essentiels pour la biodiversité. 

Des espèces fragiles

Son statut d’espèce protégée n’a malheureusement pas empêché un vautour fauve d’avoir été pris pour cible par un tir au Parc national des Cévennes (8/8/2021). L’animal a été victime « d’un tir certainement à faible distance du fait du nombre de plombs dont il a été criblé : 20 », informe la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).

Sur le territoire des Grands Causses, l’association recense pas moins de « 20 vautours victimes de tirs depuis 2013 »Sur le territoire du Parc National des Cévennes au sein duquel a été découvert ce dernier vautour, « 8 autres vautours ont été victimes de tirs sur cette même période ». Si les tirs sur les espèces protégées peuvent être punis de 3 ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende, « il persiste un sentiment d’impunité du fait que la plupart des enquêtes n’aboutissent pas et sont classées sans suite », regrette Pascal Orabi, chef de mission à la LPO, contacté par 30millionsdamis.fr.  

Si les populations de vautours fauves, l’une des 4 espèces en France, ont pu être restaurées, les 3 autres espèces de vautours « ont un statut beaucoup plus préoccupant et vulnérable », rappelle le spécialiste. Ainsi, les vautours moines, les percnoptères et les Gypaètes barbus ont des « populations à faible effectif » et « toute perte d’individu peut avoir des conséquences dramatiques sur leur dynamique et leur viabilité ». 

Un animal menacé par la désinformation

 

Les vautours sont fondamentaux au cycle de la vie.

Pascal Orabi - LPO

Si certains éleveurs ciblent les vautours parce qu’ils s’attaqueraient à leurs animaux, les spécialistes de l’espèce rappellent que le rapace ne s’attaque pas aux animaux en pleine santé. « Il y a un problème d'interprétation des comportements naturels des vautours, balaye l’écologue Olivier Duriez dans Sciences et Avenir. Certains éleveurs se plaignent d'attaques de vautours sur des animaux vivants et en pleine santé mais ces preuves sont souvent ténues et sans expertise d’un vétérinaire indépendant spécialement formé à déterminer les causes de la mort de l’animal ». 

Le chercheur au Centre d’écologie fonctionnelle est évolutive de Montpellier (CEFE) martèle que « le vautour fauve est opportuniste, un animal en pleine santé n'a rien à craindre », la seule exception pouvant intervenir avec « un animal immobile ou qui saigne fortement et qui est condamné à une mort certaine ». 

Le vautour, un recycleur naturel

En tant qu’oiseaux nécrophages éliminant les cadavres d’animaux, ces rapaces jouent un rôle essentiel dans les écosystèmes. « Globalement les vautours ont toujours suivi les parcours des herbivores qu'ils soient domestiques ou sauvages que ce soit en Asie, en Afrique, sur le continent américain comme en Europe, souligne Pascal Orabi. Ils ont un rôle important dans les écosystèmes montagnards et parcours pastoraux en débarrassant l'environnement des cadavres d'animaux morts. Par leur action, ils assurent un service inestimable d'équarrissage naturel, préservant ainsi la qualité des parcours utilisés par les herbivores, la santé animale et humaine ». 

En somme, les vautours participent au « recyclage de la matière organique » et sont ainsi « fondamentaux au cycle de la vie ». 

A l’occasion de la journée internationale de sensibilisation aux vautours (4/9/2021), la Fondation 30 Millions d’Amis souligne l’importance de poursuivre les efforts pour la préservation de ces rapaces essentiels à nos écosystèmes.

Commenter

  1. epam90 04/09/2021 à 09:44:47

    nous sommes entrain de perdre en France des animaux incroyable, le loup, l\'ours, le lynx, les Vautour maintenant tout sa à cause des chasseur..

  2. AnneV 03/09/2021 à 18:03:16

    Recyclage ? Allez faire comprendre cela à des gens, au QI déficient, que ces animaux ne sont pas des ennemis mais des amis de la nature !!!! Le problème de la préservation n'est pas l'animal mais une fois de plus, l'humain !!!!!