Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Le blaireau décrété indésirable : tollé des associations

Le blaireau décrété indésirable : les associations s'opposent

Le Préfet de la Côte d'Or incite dans deux arrêtés les chasseurs à exterminer tous les blaireaux, porteurs supposés de la tuberculose bovine. Une mesure qui soulève l'indignation de la Fondation 30 Millions d'Amis, cosignataire d’une lettre adressée au représentant de l'Etat (24/06/10).

Le Préfet de la Côte d’Or incite dans deux arrêtés les chasseurs à exterminer tous les blaireaux, porteurs supposés de la tuberculose bovine. Une mesure qui soulève l’indignation de la Fondation 30 Millions d’Amis, cosignataire d’une lettre adressée au représentant de l’Etat (24/06/10).

Les associations de protection animale sont consternées. Deux dispositions préfectorales (04/03/10) ordonnent en effet la capture et la destruction des blaireaux, susceptibles de porter et transmettre la tuberculose bovine. En Côte d’Or, les chasseurs sont donc autorisés à détruire les populations de ce mustélidé pourtant nécessaire à l’équilibre de l’écosystème. Une directive que ces derniers ont visiblement prise très à cœur puisque plus de 2 000 animaux auraient déjà péri depuis le mois de mars.

Le blaireau décrété indésirable : les associations s'opposent

Contredit par les scientifiques

Les autorités ont pris cette mesure afin de lutter contre la propagation de la tuberculose bovine, une maladie bactérienne dangereuse pour le bétail. Dans une lettre commune adressée au Préfet (24/06/10), les associations de protection animale rappellent cependant que de récentes études scientifiques ont pointé l’inefficacité d’une telle destruction. Pour Pierre Athanaze, Président de l’ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages), la décision préfectorale est donc étonnante à plus d’un titre : « C’est une véritable éradication, s’insurge-t-il. Et les mesures habituellement conseillées pour combattre efficacement cette maladie n’ont pas été prises. C’est absolument incohérent. »

Dans des conditions dites « normales », les populations de blaireaux augmentent seulement de 10 % en 10 ans. Un renouvellement des générations difficile, que la mortalité causée par la chasse, la circulation routière et la destruction de l’habitat n’aide guère. « Le problème, poursuit Pierre Athanaze, c’est que nous ne disposons d’aucune donnée précise sur le nombre de blaireaux dans cette région. On ne peut donc pas chiffrer précisément les conséquences de cette décision, qui seront sans doute dévastatrices. »

Le blaireau, une espèce fragilisée

Le blaireau est pourtant protégé dans la plupart des pays européens. En France, il n’est plus considéré comme un nuisible depuis 1988, mais il continue d’être chassé. Les femelles gestantes ne sont d’ailleurs pas épargnées, et la date de l’arrêté pris en mars dernier correspond étrangement à la période de reproduction. Les bébés livrés à eux-mêmes vont mourir de faim. Pourquoi un tel acharnement ? « C’est un nouveau cadeau offert aux chasseurs, s’indigne Pierre Athanaze. Le déterrage est une pratique à la mode, et la période de chasse du blaireau est plus longue que pour les autres gibiers. On assiste à un clientélisme à outrance. »

La Fondation 30 Millions d’Amis, l’ASPAS ainsi que des dizaines d’associations appellent à cesser immédiatement cette véritable tuerie organisée, alors que 2010 a été décrétée « Année Internationale de la Biodiversité » par les Nations Unies.

Lire la lettre commune


Photo : © Richard Blackbourn

Commenter

  1. scootifle 23/04/2011 à 18:15:19

    lES gens ont qu'a bouffes de l'herbe au lieu de la viande ils n'en creverons pas,ils crevent plus de leurs clopes et d'alcool et ils coutent chers à la société, je parle pour les BLAIREAUX, soyez hônnetes vous le savez tous très bien que ses vos clopes et l'alcool qui vous tuent et non les animaux. 

    Ne serais ce que dans les grandes surfaces , on interdit les chiens, mais quand les gens mettes leurs mistons dans les chariots, alors qu'ils viennent de marcher à l'instant dans la merde et après vous les foutez dans les chariots avec la nourriture,ET BIEN BRAVO L'HYGIENNE.

     

  2. horusbo 07/07/2010 à 19:03:40

    Et bien juste pour dire que malgré le fait que je n'aime pas les doubles sens donnés à certains mots,s'il faut éradiquer les "blaireaux" qu'ils commencent par eux-mêmes et il ne restera pas grand monde!!!....va-t-on aussi éradiquer les chiens qui portent (par je ne sais quel miracle?) plus de microbes que nos souliers ou nos cheveux,les fourmis qui nous embêtent quand on pique-nique,les chouettes qui font du bruit la nuit à la campagne...remarquez c'est déjà bien commencé.En effet les loups,lynx et autres ours nous faisaient paraît-il concurrence.....j'ai honte d'être un Homme parfois...

  3. Divine 01/07/2010 à 18:07:17

    Après le blaireau, quel sera le prochain animal visé ? La nature est déjà fortement en danger et l'homme en est responsable. Les animaux sauvages vont malheureusement disparaître petit à petit.

  4. Phébus des Tours 01/07/2010 à 10:58:38

    Évidemment, les blaireaux se font rares mais ça, tout le monde s'en fout ! Moi j'aime bien ces grosses bêtes avec leur trogne rayée noir et blanc mais qu'on voit si peu... Mais tout est fait pour favoriser des chasseurs ! On n'arrête pas de leur faire des fleurs, il faut absolument que cela cesse ! Quant à la prétendue "régulation" dont les chasseurs se croient chargés... que dalle ! Les carnivores qui régulent les populations d'herbivores le font parce qu'ils ont faim, non pas pour s'amuser ! Voilà bien le nombrilisme de l'homme qui se croit indispensable partout !

    De toute façon, c'est bien connu que le lobby des chasseurs est très puissant et fait sans cesse pression sur les députés qui, de leur côté, ne sont pas assez courageux pour leur faire face. Ce sont les petits favoris des autorités... qui leur font toujours des cadeaux et sont prêtes à avaler n'importe quelle salade dès lors qu'elle vient des chasseurs !

    "Un jour, ce sra un crime de tuer un animal comme c'est un crime de tuer un homme."

    Le pauvre Léonard de Vinci, auteur de cette citation, doit se retourner dans sa tombe. Surtout quand on sait que l'on tue ces pauvres bêtes... par amusement.

  5. modérateur 01/07/2010 à 10:56:41

    Bonjour,


    Aucune pétition en soutien à ce courrier ne circule.


    En revanche, l’ASPAS a mis en ligne une pétition contre le déterrage des blaireaux, une technique de chasse dénoncée à plusieurs reprises par la Fondation 30 Millions d’Amis.


    Vous pouvez la signer en cliquant sur ce lien : pétition


    La Fondation


  6. mapidenice 30/06/2010 à 16:22:13

    N'y a-t-il pas une pétition à signer pour soutenir la lettre ?

    Merci.

     MP