Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Le centre de soins Faune Alfort se mobilise pour secourir les animaux sauvages !

En quelques semaines, deux Martins-pêcheurs ont été confiés au CHUV-FS, à Maisons Alfort (94), après avoir subi un choc contre des vitres. ©cgriline

Au Centre Hospitalier Universitaire Vétérinaire – Faune Sauvage (CHUV-FS) de Maisons Alfort (94), dont la Fondation 30 Millions d’Amis est partenaire, les animaux sauvages blessés affluent. Grâce au dévouement des soigneurs, cette petite faune pourra retrouver sa liberté, en bonne santé ! 30millionsdamis.fr a rencontré l’un de ces sauveurs

Martins-Pêcheurs, hérissons, pigeons ramier, ou encore renards… De nombreux animaux sauvages secourus en Île de France sont remis au centre de soins Faune Alfort, dans le Val de Marne. Blessés ou malades, ils y sont soignés pour être relâchés, en pleine forme, dans leur milieu naturel.

Des Martins-pêcheurs blessés après des chocs contre des vitres

Un magnifique Martin-pêcheur vient tout juste d’être confié aux mains expertes des soigneurs (14/10/2020). Le pauvre animal était légèrement sonné, à la suite d'un choc contre une vitre d’observation du zoo de Vincennes. « A son arrivée, on lui a diagnostiqué une fracture au coracoïde – l’os de l’épaule – constate le soigneur sur 30millionsdamis.fr. Il devra donc rester au centre, en captivité, pendant 2 à 3 semaines, le temps que l’os se consolide. » Ce type de blessure est malheureusement courant chez les oiseaux victimes de collisions puisque le choc frontal est généralement responsable de fractures à l’os des épaules, voire aux ailes ou au crâne. Une mauvaise nouvelle pour cet oiseau piscivore – qui se nourrit de poisson – et, par conséquent, difficilement alimenté en captivité. « Des stickers spéciaux contribuent à empêcher de tels accidents en permettant aux oiseaux de voir l’obstacle et de l’éviter, préconise Pierrick. Les haies qui entourent les baies vitrées peuvent également inciter les oiseaux à les contourner. »

©cgriline

Cet été, le centre a accueilli un autre Martin-pêcheur adulte, totalement déboussolé et victime d’un traumatisme crânien dû, là-aussi, à un choc contre une baie vitrée. Le petit vertébré a immédiatement été placé sous oxygène. Il importe d'éviter de réchauffer les animaux victimes d’un tel traumatisme, au risque d’aggraver leur hémorragie, à moins d’une hypothermie : « Il faut agir au cas par cas, ce qui n’est pas toujours facile, précise le soigneur. Heureusement, notre Martin-pêcheur n’avait pas de fracture ; en deux jours, il était donc complètement rétabli ! ». Aussitôt relâché dans son milieu naturel, il n’a donc pas eu le temps de subir le stress lié à la captivité. « Chaque année, nous soignons généralement 2 à 4 oiseaux de cette espèce, ajoute Pierrick. Recueillir deux Martins-pêcheurs en si peu de temps est extrêmement rare. »

Des renards, hérissons et pigeons ramiers victimes d’infections

En cette période automnale, de nombreux hérissons sont également confiés par des particuliers au CHUV-FS, la plupart amaigris et parasités. Or, ce moment de l’année est crucial pour ces petites boules de pics qui doivent s’engraisser avant d’entrer en hibernation. Un hérisson trop maigre – dont le poids serait inférieur à 600 grammes – ne survivrait pas à l’hiver. Par ailleurs, la rentrée est tristement synonyme de Pox Virus chez les Pigeons Ramier : une infection virale très difficile à soigner, de plus en plus fréquente, et susceptible de provoquer chez certains pigeons des lésions irréversibles.

©cgriline

Autre fait très surprenant : l’arrivée inhabituelle de renards malades de la gale, une infection de la peau causée par un certain parasite, le sarcopte. « Nous en avons accueilli 3 en une seule semaine », déplore le soigneur. Parmi eux : un jeune goupil, couvert de croûtes et très maigre, trouvé dans un abri pour chats errants. Sa guérison sera longue : « Il faudra attendre qu’il se refasse une beauté avant de retrouver le chemin de la liberté ! », prévient le CHUV.

Au milieu de l’été, les soigneurs ont relâché Alfox, un renardeau orphelin secouru par la Fondation 30 Millions d’Amis alors qu’il était livré à lui-même, sur le bord de la route, près du corps inerte de sa mère et de son frère, tous deux fauchés par une voiture (28/05/2020). Sa remise en liberté a été le fruit d’un long processus d’apprentissage au cours duquel le goupil a été élevé et nourri au centre, avant d’être transféré, aux côtés d’autres congénères, dans un enclos d’une dizaine de mètres carrés, à Mandres-Les-Roses (94). Lorsqu’il a atteint son poids d’adolescent – 2,5 kilogrammes – il a continué d’évoluer dans un vaste enclos de 800 mètres carrés, ouvert au bout d’un mois pour lui permettre de s’émanciper, petit à petit, dans son milieu naturel.

En 2018, la Fondation 30 Millions d’Amis avait soutenu l’agrandissement du centre de soins en finançant en grande partie la construction de 11 volières et 4 enclos pour mammifères.

©cgriline

Commenter

  1. AnneV 16/10/2020 à 18:24:40

    Notre goupil en milieu naturel ? A moins qu'il ne soit relâché dans un sanctueire, les chasseurs vont s'occuper de lui vite fait ! Il est triste de constater que les milieux naturels soient investis par des chasseurs qui, n'ayant plus de "chair à flinguer" en viennent à faire des élevages pour satisfaire leurs envies de carnage !!!! Politique à la "Macronnienne". Je ne pense pas pas que ce soit du goût de la majorité des français !!!