Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

Saisie de grands singes vivants sortis illégalement de RDC au Zimbabwe

Les trafiquants ont utilisé de faux documents pour sortir les chimpanzés de République Démocratique du Congo, avec l'objectif d'aller jusqu'en Afrique du Sud. ©Zan /unsplash - Image d'illustration

Kinshasa, 11 sept 2020 (AFP) - Au moins 26 grands singes vivants, illégalement sortis de République démocratique du Congo (RDC) ont été saisis au Zimbabwe, où quatre trafiquants présumés ont été arrêtés, ont indiqué vendredi les autorités des deux pays, qui étudient la possibilité de rapatrier les singes.

Le ministre congolais de l'Environnement a aussi annoncé la saisie mercredi de 56 kilos d'écailles de pangolin dans le parc national de la Garamba dans le Nord-Est de la RDC, à la frontière avec le Soudan du Sud et de l'Ouganda.

Des chimpanzés transportés vivants par camion

"Il y avait environ 26 singes dans un camion. Deux Congolais, un Malawite et un Zambien ont été arrêtés (...) mercredi au poste-frontalier de Chirundu" avec la Zambie, a déclaré à l'AFP Tinashe Farawo, porte-parole de l'Autorité zimbabwéenne pour les parcs et la vie sauvage (Zimparks). "Nous avons pris les singes (...) dans l'optique de les rapatrier en RDC", a ajouté le porte-parole, précisant que les trafiquants présumés avaient été présentés à la justice après leur arrestation lors d'un contrôle de routine.

Dans un communiqué, le ministre congolais de l'Environnement, Claude Nyamugabo Bazibuhe, a lui indiqué que la saisie portait sur "32 spécimens vivants de chimpanzés en provenance de la province du Haut-Katanga" dans le Sud-Est de la RDC, à la frontière avec la Zambie.

Un rapatriement envisagé

Les trafiquants ont utilisé de "faux documents" pour les sortir de RDC et traverser la Zambie, avec l'objectif d'aller jusqu'en Afrique du Sud, avant d'être arrêtés à leur entrée au Zimbabwe. Le ministre a lui fait état de trois Congolais et un Malawite qui "sont aux arrêts et doivent répondre de leurs actes devant la justice zimbabwéenne".

"L'enquête se poursuit (...) pour identifier exactement les spécimens" saisis au Zimbabwe "avant d'envisager leur rapatriement", ajoute le ministre. Le communiqué indique également que les écailles de pangolin saisies dans le parc national de la Garamba "étaient stockées dans la résidence d'un particulier en vue de leur exportation" via l'Ouganda vers une "destination non encore connue".

La RDC, l'un des derniers refuges d'espèces menacées d'extinction

"Tous les grands singes (gorilles, bonobos et chimpanzés) et tous les pangolins sont intégralement protégés", rappelle le ministre. La RDC est l'un des derniers refuges au monde d'espèce de singes menacée d'extinction, comme les gorilles des plaines de l'Est ou les gorilles des montagnes.

Le pangolin est l'animal le plus pourchassé par les braconniers et les trafiquants dans le monde. Ce petit mammifère à écailles est soupçonné d'avoir été l'hôte intermédiaire ayant permis la transmission du nouveau coronavirus de la chauve-souris à l'espèce humaine.

La Chine a retiré les ingrédients issus du pangolin de la liste officielle des produits de la pharmacopée traditionnelle. Le monde a perdu plus des deux-tiers de ses populations d'animaux sauvages en moins de 50 ans, principalement à cause de l'activité humaine, a indiqué jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF) dans un rapport-choc.