Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Un chevreuil abattu en pleine ville !

Le 20 avril 2020, un jeune chevreuil a été abattu par un louvetier pour s'être aventuré dans la ville de Pau (64). ©Flickr /Bernard Pez (photo d'illustration)

Depuis le début du confinement, la faune, à la ville comme à la campagne, semble souffler un peu, épargnée par nos comportements. Malheureusement, certains animaux restent victimes de décisions arbitraires radicales. En témoigne l'abattage d'un chevreuil dans les rues de Pau (64). 30millionsdamis.fr dénonce un acte unilatéral cruel qui aurait pu être évité.

Si le confinement permet à la nature de retrouver un semblant de répit, certains animaux restent victimes de nos agissements. Profitant du calme pour rejoindre de nouvelles contrées, plus urbaines, un cervidé âgé d'environ un an s'est malheureusement retrouvé dans une mauvaise posture, coincé dans un grillage, sur un parking de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Cette aventure lui aura coûté la vie, par la faute de l'Homme.

Un abattage cruel...

Face à l'animal sauvage prisonnier des grilles, des habitants du quartier alertent la police. « Nous ne savions quoi faire. Nous pensions que les policiers pourraient aider le pauvre chevreuil à sortir de ce calvaire », explique l'un deux. Malheureusement, l'intervention des autorités sera fatale à l'animal. Une fois sur place, la police se contente de sécuriser les lieux et de contacter le lieutenant de louveterie. Deux heures plus tard, ce dernier décide d'abattre le pauvre cervidé... « J'ai entendu la détonation. Je suis descendue, d'autres habitants de l'immeuble aussi, témoigne Nathalie. Nous étions tous très en colère. C'est lamentable ce qu'ils ont fait ! ». Sur les réseaux, les internautes fustigent : « assassins », « honteux », ou encore « pitoyable ».

 

Le chevreuil ne présentait aucun danger pour la population ni pour la circulation, fortement diminuée.

Benoît Thomé - Animal Cross

Le code de l'environnement attribue aux lieutenants de louveterie, de façon ponctuelle et sur ordre de l'autorité préfectorale, une mission de « destruction des animaux susceptibles d'occasionner des dégâts ». Or, la préfecture des Pyrénées-Atlantiques nie avoir donné l'ordre de tuer l'ongulé sauvage. La décision d'abattre l'animal aurait été prise sur place par le louvetier lui-même (agissant sans ordre de la préfecture, NDLR), selon le compte-rendu écrit de l'intervention que 30millionsdamis.fr s'est procuré : « Une fois sur les lieux, vers 18h, avec les policiers, nous avons tenté plusieurs fois : moi de le prendre dans le filet que j'utilise habituellement et eux de l'approcher pour le neutraliser avec une arme à impulsion électrique. Face à notre inefficacité due aux obligations de distanciation liées aux règles sanitaires, et pour éviter que l'animal ne resurgisse dans les rues au risque de provoquer un accident, j'ai profité qu'il se soit dissimulé dans une zone sécurisée pour le tuer »...

Christophe Duvignacq, le président des lieutenants de louveterie du département tente de justifier cette décision unilatérale : « Je suis désolé que certains aient pu être heurtés mais mon collègue, dans cette situation exceptionnelle, a privilégié la sécurité publique. Nous ne disposons pas de beaucoup de matérielNous n'avons pas de cartouche hypodermique pour endormir les animaux. ». Mais alors, pourquoi les autorités n'ont-elles pas contacté un vétérinaire qui aurait pu calmer l'animal avec une dose anesthésiante et, ainsi lui laisser la vie sauve ?

... qui aurait pu être évité !

En cette période de confinement, « le chevreuil ne semblait présenter aucun danger pour la population, ni pour la circulation fortement diminuée en ce moment, ajoute Benoît Thomé, le Président de l'Association paloise Animal Cross. La lâcheté et la cruauté ont prévalu ». « Quand la nature reprend ses droits, l'homme sort son fusil pour tuer », a condamné fermement la Fondation Brigitte Bardot sur Twitter. Il n'est d'ailleurs pas rare que des cervidés se perdent hors des forêts. Dans ce genre de situation, l'animal est généralement sauvé et remis en liberté, sans trop de difficulté ! Dans le Lot, les gendarmes de la brigade de Figeac l'ont bien compris en secourant un petit cervidé qui s'était aventuré dans un jardin privé (20/04/2020). « Après l'avoir emmitouflé dans une couverture, ils ont pu, à l'aide d'une brouette, le transporter jusqu'à la lisière d'un bois où l'animal a repris ses esprits et poursuivi sa route », témoigne la gendarmerie. Deux jours plus tôt, les gendarmes de Montendre (17) portaient - eux-aussi -secours à un jeune chevreuil qui s'était introduit dans un enclos communal (18/04/2020). 

« Le confinement a ce mérite de faire revenir la vie sauvage au plus près de la civilisation humaine, de manière apaisée. Il est bien triste d'en arriver là, regrette Jérôme Marbot, le chef de l'opposition à Pau, sur 30millionsdamis.fr. Si les animaux reviennent en ville alors que nous sommes confinés, c'est que notre mode de vie est habituellement incompatible avec le leur. Nous devons absolument instaurer une cohabitation harmonieuse avec la faune ; mais de larges progrès restent à faire ». « Alors que beaucoup espèrent un "monde d'après" différent, il est évident que nombreux sont ceux qui souhaitent que rien ne change, ajoute B. Thomé. Pour eux, un animal de plus ou de moins ne fait pas de différence ».

La Préfecture des Pyrénées-Atantiques a ouvert une enquête interne. Si cette dernière venait à conclure à une négligence ou un abus, le lieutenant de louveterie ne pourrait être sanctionné que par le retrait de ses attributions, sur décision préfectorale (article R. 427-2 du code de l'environnement). 

Commenter

  1. Emilia324 12/05/2020 à 15:22:44

    Juste pourquoi ? Ils pouvaient appeler des gens pour emmené ce chevreuil et le mettre dans les bois ! Mais non c’est mieux de l’abattre sérieusement c’est quoi cette mentalité ?!

  2. fred et Sylvie 07/05/2020 à 01:57:18

    Un chevreuil, houuuuulala un des animaux les plus féroce qui soit comme chacun sait!

    Tant que des incompétents detiendront le pouvoir et la gâchette rien ne changera !

  3. AnneV 02/05/2020 à 18:08:42

    J'ai entendu des coups de feu aujourd'hui dans la forêt (Oise) les tontons flingueurs sont à l'oeuvre grâce à leur protecteur béni = Macron !!!!!!!!!!!!!!!

  4. gavroche69 27/04/2020 à 15:09:28

    Je ne serais pas surpris que cette m***e se soit pisser dessus au moment de presser la détente tant il devait prendre son pied...

    Ces types ne sont rien d'autre que des parasites qui prennent du plaisir à tuer juste pour se croire supérieurs alors qu'ils sont moins que rien.

    Le pire c'est que beaucoup n'hésitent pas à déclarer qu'ils "aiment" les animaux...

    Ah si seulement le ridicule pouvait tuer !!

    J'espère qu'ils n'aiment pas trop leurs enfants...

    Le chevreuil est un animal complètement inoffensif. Un jour j'ai eu l'occasion d'en croiser un lors d'une balade dans un bois, il s'est arrêté quelques instants à quelques mètres de moi, on s'est regardé pendant quelques secondes, il n'y avait aucune agressivité dans son comportement puis il a tranquillement continuer son chemin. C'est un instant que je n'ai jamais oublié d'autant que c'est un animal magnifique.

  5. AnneV 23/04/2020 à 18:16:14

    Girafifi ! Complètement d'accord avec ce commentaire ! Mais nous connaissons tous l'amour de notre "président" pour les chasseurs......ils ont tous les pouvoirs.....tant qu'il sera là !

  6. chatmama 23/04/2020 à 14:03:03

    C'est à pleurer et à vomir. Les chasseurs sont des assassins favorisé par les autorité et ce gouvernement !

  7. frimousse 23/04/2020 à 10:49:53

    C'est à vomir ! ! Je déteste de plus en plus les hommes ! Bande de S......ds !! Et si je pouvais j'écrirai toute ma haine sur cette page, malheureusement on n'est pas libre de dire ce que l'on pense. ...

  8. Girafifi 23/04/2020 à 00:18:05

    Je ne comprends vraiment pas une telle attitude. Le chevreuil aurait pu être sauvé. Il ne présenté pas de danger. Donc aucune raison d'en arriver là. Si seulement l'être humain pouvait cohabiter avec l'animal partager en toute sérénité ! Mais non. L'humain préfère les moyens les plus simples. Envahir. Placer son monde. Certains veulent la planète toute a eux. Repose en paix petit chevreuil.

  9. kenzoamour 22/04/2020 à 22:04:54

    sincèrement j'espère qu'il va le payer très cher !! ce pauvre chevreuil !!! il n'y avait pas de danger on pouvait le mettre dans une caisse de transport et le relâcher dans la nature ! quel cr**** cet individu !!

  10. AnneV 22/04/2020 à 17:59:29

    Pour tuer, ils savent faire !!!! Ils appellent cela de la "préservation" !!!! Vive les rois de la nature !!!!!!