Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Le lynx boréal, victime du braconnage

Des cadavres de lynx probablement tués par des braconniers ont récemment été découverts dans le Jura et les Vosges. © /AdobeStock

Déjà victimes des collisions routières, les lynx sont également la cible des braconniers. C’est ce que révèle la découverte de cadavres ces derniers mois dans le Jura et les Vosges. La Fondation 30 Millions d’Amis déplore ces actes de malveillance perpétrés à l’encontre d’une espèce menacée. Elle en appelle à des contrôles accrus et à une répression exemplaire et dissuasive.

« Des cloisons osseuses internes du crâne cassées et désaxées »… Trois mois après la macabre découverte, dans un gouffre du Prévalot dans le Jura, d’ossements d’animaux, sept associations ont demandé au Procureur de la République de Lons-le-Saunier l’ouverture d’une enquête (06/02/2020). D’après le rapport des spéléologues, un crâne a été identifié parmi les ossements comme celui d’un lynx. Sur ce dernier, plusieurs blessures ont été relevées. « Nous craignons un ancien acte de braconnage, confie Olivier Guder, coordinateur Lynx chez FERUS. Quelle que soit l’ancienneté des faits, tous les moyens judiciaires devraient systématiquement être mis en œuvre pour faire la lumière sur chaque suspicion de destruction illégale de lynx ». 

En ce début 2020, c’est sur la commune de Fellering, au cœur du parc naturel régional des Ballons des Vosges, qu’un cadavre de lynx boréal a été découvert (16/01/2020). « Une autopsie réalisée par le laboratoire vétérinaire départemental du Haut-Rhin a révélé l’origine probable de la mort de l’animal par arme à feu », relate le Préfet Haut-Rhinois, dans un communiqué de presse. Une enquête judiciaire a été ouverte par les inspecteurs de l’environnement de l’Office Français de la Biodiversité du département. « De nombreuses associations de protection de la nature ont condamné fermement cet acte de destruction illégale qui s’ajoute à la triste liste des autres cas connus, sans compter tous ceux que l’on ignore », déplorent les organisations signataires du courrier adressé au ministère public.

Une marche blanche pour protéger le lynx

Le lynx a été exterminé des Vosges au milieu du 17ème siècle. Si 21 lynx y ont été réintroduits entre 1983 et 1993, l’espèce a de nouveau quasiment disparu puisque le département compte seulement 4 ou 5 individus (dont 3 issus du programme de réintroduction mené dans le Palatinat allemand). Au total, le territoire métropolitain ne comptabilise plus que 120 individus, dont une centaine dans le seul département du Jura. Les causes de ce déclin ? Les collisions routières mais aussi le braconnage qui sévit, depuis les années 2010, dans le massif des Vosges, dans le massif Jurassien et dans les Alpes.

Pourtant, le lynx est une espèce protégée par la Convention de Berne de 1979 relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l’Europe. Classé en danger d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature depuis 2017, sa destruction est interdite sous peine de sanctions pénales. Malheureusement, très peu de procédures judiciaires aboutissent à l’identification et à la condamnation des auteurs d’actes de braconnage.

La Fondation 30 Millions d’Amis demande donc aux pouvoirs publics de prendre leurs responsabilités en renforçant la répression pénale contre les responsables. À cet égard, le Plan National d’Actions Lynx, actuellement en cours d’élaboration, devrait permettre de renforcer les moyens d’investigation et de lutte contre la destruction illégale de lynx, à travers la création d’un groupe d’intervention spécial formé à la criminalistique en faune sauvage. Le Plan prévoit également d’encourager la mise en place d’une nouvelle politique pénale pour améliorer l’application de la réglementation vis-à-vis de ces perturbations et destructions. Enfin, il entend sensibiliser le système judiciaire à la gravité de ces actes. « Il nous paraît essentiel sinon crucial que les pouvoirs publics mettent en œuvre tous les moyens nécessaires pour faire avancer les enquêtes pour cas de destruction illégale avérée et de faire de même pour les cas suspectés », déclarent les ONG.

Près de 500 personnes se sont réunies lors d'une marche blanche le 15 février 2020 à St Amarin, dans le Haut-Rhin, pour réclamer une protection du lynx dans les Vosges.

Commenter

  1. Emilia324 15/02/2020 à 15:38:55

    A quoi ça sert vraiment?! Puis-je rappeler que ce n’est plus du tout la mode et heureusement grâce à internet les jeune d’aujourd’hui son sensibiliser ce qui diminue la vente de vêtements ou même d’Accessoires etc donc je ne voit pas l’intérêt