Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Le lynx, nouvelle cible des chasseurs ?

En France, le lynx est une espèce menacée classée en danger d'extinction par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature. / ©AdobeStock

Protégé par la Convention de Berne, le lynx est une espèce menacée en France depuis 1999. En 2018, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a classé cet animal en danger d’extinction. Pourtant, un projet initié par une Fédération de chasseurs fait peser un risque sur sa population. 30millionsdamis.fr fait le point.

Félin le plus menacé d’Europe, le lynx pourrait disparaître en France métropolitaine. Pour preuve, notre pays ne compte plus que 120 individus. En cause : le braconnage et les collisions routières. Définir des priorités pour la préservation de cet animal sauvage apparaît donc indispensable. Tel était l’objet du Plan National d’Action (PNA) pour la conservation du lynx, souhaité par l’ancien ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie Nicolas Hulot, et toujours en cours d’élaboration. Mais les chasseurs français ne l’entendent pas ainsi.

« Un risque énorme pour la population de lynx »

Le PNA pourrait en effet intégrer le Programme Prédateur Proie (PPP), proposé par la Fédération des Chasseurs du Jura, qui vise à capturer 10% de la population du lynx sur dix ans, pour l’équiper de colliers émetteurs destinés à comparer le prélèvement des chasseurs à celui des félins… « L'objectif non exprimé en clair est sûrement d'essayer de démontrer que le lynx tue trop de chevreuils au goût des chasseurs et qu'il est donc nécessaire de prévoir sa régulation… », fustige Olivier Guder, Vice-Président Coordinateur Lynx de FERUS

Ce projet exclut donc, par définition, toute action de conservation. « Sa visée est purement cynégétique », déplore Gilles Moyne, directeur du Centre de soins Athénas qui a déjà pris en charge plusieurs lynx orphelins dont les mères ont probablement succombé aux tirs de braconniers. « Il fait peser un risque énorme pour la population de lynx », eu égard aux captures et anesthésies qu’il implique. C’est l’une des raisons pour lesquelles le projet de PPP a été rejeté à deux reprises par le Conseil National de Protection de la Nature (CNPN) : dangereux pour l’espèce, il n’a par ailleurs fait l’objet d’aucune concertation sur le terrain.

« Les services de l’Etat font la part belle aux chasseurs »

Malgré ce double refus, « les services de l’Etat font la part belle aux chasseurs, imposant sans discussion possible le Programme Prédateur Proie comme composante incontournable du Plan National d’Action, s’indigne Perrine Crosmary, Vice-Présidente de Rewild, auprès de 30millionsdamis.fr. La DREAL Bourgogne Franche Comté a déjà procédé au versement de 50 000 euros d’argent public aux chasseurs pour ce projet ». « Les services de l’Etat tentent de faire passer le projet en force, tempête de son côté G.Moyne. Le lobby de la chasse est omniprésent ! ». 

 

Le lobby de la chasse est omniprésent 

Gilles Moyne - directeur du Centre Athénas

Toujours est-il que le but recherché par les chasseurs pourrait être atteint par des méthodes moins intrusives et moins dangereuses. En effet, « le régime alimentaire du lynx pourrait être identifié par recherches ADN des résidus de proies présents dans leurs excréments, confie Perrine Crosmary. Cette méthode présente l’avantage, non négligeable, de ne pas être invasive et ne nécessite que du travail de collecte sur le terrain (…) ; de plus cela réduit les coûts pour l’Etat de façon considérable ». Cet axe de recherche est actuellement étudié par des associations, en concertation avec un laboratoire indépendant de recherche. Au surplus, à la suite des réintroductions de lynx dans la biosphère Allemande du Pfalzerwald-Palatinat, une étude de l’impact du lynx sur le gibier est déjà en cours de réalisation. « Elle répondra tout à fait aux questionnements des chasseurs », précise la Vice-Présidente de Rewild.

  « Le lynx joue parfaitement son rôle de régulateur » 

En tout état de cause, le lynx ne fait en aucun cas disparaître les chevreuils, toujours bien présents sur l'ensemble du massif jurassien alors que le félin y est présent depuis 30 ou 40 ans. « Ce prédateur joue parfaitement son rôle de régulateur en dispersant les ongulés et en prédatant en priorité les individus faibles ou malades, évitant ainsi le développement d'éventuelles maladies, précise O. Guder. Mais ces ongulés deviennent plus farouches, et sans doute moins faciles à chasser… ». Du reste, « les chasseurs avouent eux-mêmes se détourner des chevreuils », note P. Crosmary, ce qui laisse d’autant plus songeur quant au motif invoqué par les chasseurs pour capturer ce félidé. Il faudra attendre le prochain Comité de Pilotage prévu fin janvier 2020 pour savoir ce qu'il en sera vraiment.

Pourtant « dans de nombreux pays, les chasseurs eux-mêmes sont parties prenantes de la conservation du lynx », explique la Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères*. « C’est malheureusement loin d’être le cas en France où les chasseurs clament la régulation du lynx qui, parce qu’il se nourrit d’ongulés sauvages, est vu comme un concurrent », tance Gilles Moyne.

La Fondation 30 Millions d’Amis regrette que les intérêts cynégétiques priment, une nouvelle fois, sur la conservation des espèces menacées et demande au Gouvernement d’exclure le Programme Prédateur Proie (PPP) du Plan National d’Action pour la conservation du lynx.

* Drouilly M., Comment conserver le Lynx boréal en 21 actions ? Priorités pour la conservation du Lynx boréal en France. SFEPM, avec le soutien financier du WWF France (2019)

Commenter

  1. Chloé et les animaux❤️ 12/12/2019 à 17:21:12

    Je n’es pas de mots pour définir se que je ressent. La nature es bien faite, pourquoi la dévaloriser et la détruire comme ça? J’ai toujours dit, et tout le monde le sais, le monde irais bien mieux sans l’espèce humaine. Se sont des cadeaux de dieu, des perles innocentes et magnifiques, tout les animaux méritent une vie belle et longue. Après tout, ils sont comme nous, ils font tout comme nous la seule chose qui les différencie des humains c’est le physique. Arrêtez ses massacres !

  2. Hélène d 11/12/2019 à 20:11:03

    c est une honte de la part du gouvernement de soutenir une telle action de destruction des lynx dans notre pays.. laissez les vivre tranquillement. c est toujours la même chose avec les chasseurs

    eux d abord !!

  3. nadia41 09/12/2019 à 11:17:29

    ils ne savent plus sur quoi tirer,tout est bon pour satisfaire leur cruauté!!ils en arrivent meme a tirer sur les promeneurs.Oui Macron les protege,permis reduit,donc plus de chasseurs et bientot plus d'animaux a admirer dans la nature.Je n'aime vraiment pas notre epoque,elle est triste!!

  4. AnneV 06/12/2019 à 16:21:44

    Macron les sur-protège alors !! Je crois que ce "président" est le pire qu'on ait jamais eu !!!!

  5. gavroche69 06/12/2019 à 13:03:03

    [***]

    Rappellons qu'un certain thierry coste, lobbyiste bien connu de la chasse en France, est un conseiller officieux de notre cher président qui comme chacun sait est un "farouche défenseur du bien-être animal"...

    Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c'est bizarre... 

  6. legopolo24 05/12/2019 à 20:45:58

    la chasse est une pratique plus que honteuse qui ne devrait plus exister, on chasse pour suivre et non pour s'amuser. Et l'état qui devrait nous permettre de vivre en harmonie avec tous ne fait rien contre pire il l'ecourage!! A quand les manuels scolaires pour apprendre a chasser et a avoir plaisir de tuer et de voir souffrir !! Je ne supporte juste pas de penser que nous faisons souffrir jusqu'aux animaux sauvages qui devrait être à l'abri de la doctrine humaine qui nous donne un droit que nous ne possédons pas

  7. guilaine 80 05/12/2019 à 17:50:37

    Rien à faire il faut qu'ils tue tout. Je comprends pas qu'on laisse tout faire. C'est écœurent