Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Série d’empoisonnements en Martinique : 9 animaux morts près d’une plage

En Martinique, les chats de la plage de Madiana auraient été tués avec de l'anti-limace. ©Bénévoles chats Madinina

Les cadavres de 8 chats et d’un chien, victimes d’empoisonnement, ont été retrouvés ces dernières semaines aux alentours de la plage de Schoelcher, en Martinique. Une plainte a été déposée pour acte de cruauté. 30millionsdamis.fr tire la sonnette d’alarme.

Une agonie ! Entre le 17 et le 31 décembre 2019, les deux bénévoles de l’association martiniquaise « Bénévoles Chat Madinina » – qui prennent en charge la stérilisation, les soins et l’alimentation d’une cinquantaine de chats libres sur l’île – ont découvert, jour après jour, les cadavres de leurs petits protégés. « "Shrub" était un très gentil chat roux, qui venait dans mes jambes le matin pour avoir des caresses, confie Dorothée Boulain, responsable de l’association, à 30millionsdamis.fr. Le jeudi matin, je l’ai aperçu sur le flanc, immobile, en me garant sur le parking ». Au total, 8 félins ont succombé aux alentours de la plage de Madiana à Schoelcher – proche de Fort-de-France à l’ouest de l’île – ainsi qu’un chien appartenant à un propriétaire voisin et qui venait régulièrement s’y promener.

« C’est la première fois qu’on s’en prend à nos chats »

Selon la bénévole, les gamelles des chats étaient remplies d’escargots morts, de même que plusieurs boîtes de sardines retrouvées à proximité, autant d’indices suggérant l’utilisation d’un produit anti-limace pour empoisonner les animaux. Un rapport préliminaire d’autopsie, réalisé par un vétérinaire sur demande de l’association, confirme l’utilisation d’une substance toxique. Des analyses toxicologiques confiées à un laboratoire de métropole ont ensuite permis d'identifier la nature exacte du poison : les prélèvements contenaient une dose importante d'Aldicarbe, composant du ®Temik, un pesticide foudroyant interdit à la vente mais que certains particuliers possèdent encore. « La personne qui a fait ça a non seulement tué des animaux, mais aussi mis en danger des vies humaines, s’indigne Dorothée. Un enfant aurait pu prendre des escargots intoxiqués dans ses mains et les porter à sa bouche ! ».

Alertant également la mairie de Schoelcher, la responsable de l’association a déposé plainte pour acte de cruauté. « J’avais eu des menaces verbales, mais c’est la première fois qu’on s’en prend à nos chats », s’inquiète la bénévole, qui confirme avoir reçu, au début du mois de décembre, un « avertissement » : « Sur un point de nourrissage, on m’avait enlevé toutes les gamelles, remplacées par un bac contenant des granulés bleus ». En septembre 2019, une vingtaine de chats avaient été retrouvés morts dans un quartier de la ville de Gros Morne. « En Martinique, le poison est notamment utilisé en cas de conflits de voisinage. Plutôt que d’aller voir son voisin pour régler les problèmes, on préfère tuer ses animaux, explique-t-elle. D’autres font cela par pure méchanceté. »

Des lois pas ou peu appliquées

Pour faire cesser définitivement cette série noire, un collectif de 7 organisations de protection animale – dont l’association RSP (Respecter Soigner Protéger), soutenue par la Fondation 30 Millions d’Amis – a lancé une pétition, qui a déjà recueilli plus de 10.000 signatures. « Des lois existent pour protéger les animaux, mais elles ne sont pas ou peu appliquées ici. Les empoisonneurs profitent de cette impunité, affirme la responsable de "Bénévoles chats Madinina", à l’origine de la mobilisation. Nous demandons également de véritables campagnes de stérilisation des chats errants, afin que ce travail ne repose plus seulement sur les associations. »

L’enquête suit son cours et les amis des animaux continuent à prendre soin quotidiennement des félins de l’île… malgré leur traumatisme. « C’était psychologiquement très dur, avoue Dorothée avec opiniâtreté. Mais ce qui me fait me lever le matin, c’est qu’il y a d’autres chats à protéger. »

Commenter

  1. Krys35 07/05/2020 à 20:41:04

    Alors que certains font tout pour réguler la population féline, les chats dérangent encore!!! Ras le bol de tous ces actes de méchanceté gratuite. A quand les vraies peines? Il est temps que nous dirigeants se réveillent

  2. Emilia324 08/02/2020 à 16:06:39

    J’était de très bonne humeur je me suis dit que des gens on fait des choses incroyables qu’il on aider des animaux mais non je vois juste ça c’est triste dans quelle monde on vit empoisonnements de 9animaux c’est énorme et inadmissible honteux !

  3. AnneV 04/02/2020 à 18:59:01

    La Martinique, Guadeloupe etc.....bref ! Les îles françaises sont un caucehemar pour les animaux et ceux qui tentent de les protéger. Demander au gouvernement actuel de faire quelquechose ? Peine perdue ! Je n'ai jamais aimé Macron et sa clique et je savais pourquoi !! Du blabla en veux tu en voilà mais le bien être et le respect animal n'est pas rentré dans son (petit) logiciel. J'avais encore raison !!