Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Etude

« On n’est pas des pigeons » ? L’intelligence méconnue de ces oiseaux mal-aimés

Les pigeons brillent par leurs capacités cognitives insoupçonnées. ©Jeanne Menjoulet /Flickr

Orientation, rapidité, reconnaissance, abstraction... Les pigeons possèdent des capacités cognitives étonnantes ! 30millionsdamis.fr a décrypté 4 pouvoirs insoupçonnés de ce volatile qui peuple nos villes.

Se faire prendre pour un pigeon, une insulte ? « Absolument pas ! » nous disent les spécialistes du comportement animal. Il suffit d’observer attentivement les pigeons pour prendre la mesure de leurs capacités... qui égalent – voire surpassent – les nôtres !

1 - Un sens de l’orientation exceptionnel

Lâché dans un lieu inconnu à plusieurs centaines de kilomètres de chez vous, sauriez-vous retrouver votre chemin ? Pendant plus de 3000 ans, les pigeons voyageurs ont porté nos messages sur de longues distances, notamment en temps de guerre. « Il y a de plus en plus de preuves pour dire que le pigeon a un véritable système de navigation dans la tête, comme un GPS : il est capable d'enregistrer des valeurs de champ magnétique », explique à l’AFP le neuroscientifique Hervé Cadiou (CNRS).

Si cette "boussole interne" des pigeons a bien son importance, plus cruciale encore serait leur utilisation des odeurs pour se repérer. Selon Tim Guilford, Professeur d’éthologie à l’université d’Oxford dans The Conversation, « les pigeons mémorisent la composition des molécules volatiles atmosphériques de leur région d’origine, et la façon dont celle-ci varie en fonction des vents provenant de différentes directions ». A proximité de leur pigeonnier, ils utilisent également des repères visuels.

2 – Une étonnante agilité d’esprit

©William van der Vliet

Les pigeons sont aussi performants que les humains pour mener deux tâches simultanément ("multitâche"), se montrant même plus rapides pour passer d’une tâche à l’autre ! C’est l’étonnante conclusion d’une étude allemande qui a mis à l’épreuve 15 humains et 12 pigeons. Cet avantage de l’oiseau serait dû à une densité neuronale élevée – les pigeons ont six fois plus de cellules nerveuses que les humains par mm3 de cerveau, ce qui permettrait aux signaux de s’échanger plus rapidement.

Les pigeons peuvent également trier des ensembles dans l’ordre croissant, ce qui constitue la base du calcul mental ! Ce sont des chercheurs néo-zélandais qui ont appliqué à trois pigeons le principe d’une expérience – totalement indolore – appliquée aux primates en 1998. Au bout d’un an d’entraînement à trier des lots de 1 à 3 figures géométriques, les volatiles ont été capables d’ordonner des lots contenant jusqu’à 9 figures (photo ci-contre).

3 - Une reconnaissance faciale hors pair

Aviez-vous remarqué les préférences des pigeons vis-à-vis de la gent humaine ? Une équipe française s’est amusée à nourrir quotidiennement les pigeons du Jardin des Plantes à Paris, l’un des chercheurs se montrant neutre tandis qu’un autre chassait les oiseaux, chacun revêtu d’un manteau d’une couleur différente. Les pigeons ont rapidement fait la différence, évitant celui qui avait eu par le passé un comportement hostile envers eux – et ce, y compris lorsque les humains ont échangé leurs habits !

4 – Un don pour les concepts abstraits

Si les pigeons n’ont pas de cortex cérébral, ils n’en sont pas moins capables d’abstraction. Des chercheurs américains ont montré que le "pallium" – une structure très dense en neurones – servait de base aux oiseaux pour percevoir le temps et l’espace. Ainsi, lorsque des pigeons sont entraînés à évaluer la longueur d’un trait à l’écran et la durée pendant laquelle celui-ci s’affiche, ils associent le concept de "petit" (espace) avec celui de "bref" (temps) et inversement, ce qui suggère qu’une même zone de leur cerveau gère ces deux concepts.

Malgré leurs capacités hors normes, les pigeons sont les mal-aimés de nos villes et finissent trop souvent empoisonnés ou blessés. Chacun peut leur venir en aide en évaluant d’abord la situation, puis en contactant la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO France) ou bien le centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche.

Commenter

  1. papy77 19/07/2019 à 08:05:36

    Étant originaire du Nord j aime comme les autres  ch’timi. les pigeons...

    Désormais dans le 77 , lorsqu un pigeon de pose dans le jardin il a droit à graines et eau ,Ce sont des pigeons voyageurs qui se posent pour récupérer...

    On ne mange pas de pigeon non plus.

    À Lille ils ont droit à leur monument militaire . Ils ont sauvé tant de vies. leur sens de l orientation nous étonne toujours. Petit,un voisin en élevait je pouvais les approcher...alors qu on copain de mon âge qui habitait plus loin,ne pouvait pas...il doit être vrai qu ils reconnaissent les personnes..

     

     

  2. phenixmalika 18/07/2019 à 17:13:06

    La LPO de l'Hérault débordée ne prend pas les pigeons des villes, ni les tourterelles des villes. J'ai moi-même sauvé une tourterelle, sortie du nid mais pas encore en possibilité de voler de ses propres ailes , et relachée quand elle s'est suffue à elle même.

  3. guilaine 80 16/07/2019 à 18:56:18

    Pour trouver quelque chose qui ne jaine pas l humains sa va être dur il y a des gens tout les dérange moi j en ai 4 il rentre il sorte comme ils veulent dans leur volière

    Il faut surveiller quand il font des œufs pour pas en avoir trop moi je trouve qu'il sont intelligent et j'aime les regarder quand ils sont dans notre pelouse et tout le monde s entend bien chats comme chiens