Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Transports d’animaux vivants : des règles plus protectrices ?

Les animaux transportés de la ferme à l'abattoir pendant de longues heures subissent stress et souffrance. © We Animals / The Ghosts in our Machine

Au Parlement européen, les députés ont réclamé davantage de contrôles et des sanctions en cas de non-respect des règles visant à protéger les animaux transportés de la ferme à l’abattoir. La Fondation 30 Millions d’Amis s’élève régulièrement contre ces longs transports – sources de stress et de souffrance pour les bêtes, notamment en cas de fortes chaleurs – et milite également pour que les animaux soient abattus sur leur lieu d’élevage.

Une commission d'enquête sur le bien-être des animaux transportés au sein et en dehors de l'Union européenne (UE) pourrait être mise en place après les prochaines élections européennes, fin mai 2019. Les eurodéputés souhaitent que soit réduit le temps de transport des animaux vers l’abattoir, et que soient transportées « des carcasses plutôt que des animaux vivants », a relayé l’AFP. Pour cela, ils plaident « pour l'abattage local ou mobile, des installations de transformation de la viande à proximité du lieu d'élevage ou d'abattage à la ferme, des circuits de distribution courts et la vente directe ».

Abattage sur le lieu d’élevage : les Français très largement pour

Cette résolution va dans le sens des attentes des citoyens en matière de protection animale. Pour éviter les souffrances liées au transport des animaux et les scandales de maltraitance dans les abattoirs, plus de 4 Français sur 5 (82 %) souhaiteraient que les animaux d’élevage soient désormais abattus à la ferme par des professionnels (baromètre 2019, les Français et la cause animale, Fondation 30 Millions d’Amis / IFOP). Or, la France représente le 3e exportateur européen d’animaux vivants hors de l’UE pour l’élevage, la reproduction ou l’abattage.

Des bovins piégés dans un camion sous plus de 30°C

L’été 2018, 57 bovins français s’étaient retrouvés coincés à la frontière bulgaro-turque pendant 11 jours dans un camion de marchandises sous plus de 30 degrés Celsius. La Fondation 30 Millions d'Amis avait interpellé le ministre de l’Agriculture et lancé une pétition pour réclamer l’arrêt des transports d’animaux vivants en cas de fortes chaleurs.

« Chaque année, ce sont près d’un milliard de volailles et 37 millions de bovins, cochons, moutons, chèvres et équidés qui sont transportés vivants à l’intérieur de l’UE et vers des pays tiers. On ne peut admettre ces atrocités, s’était indignée Reha Hutin. Il est temps que l’opinion publique dans le monde se fasse entendre par ses dirigeants. ».

Commenter

  1. keria 04/03/2019 à 17:03:22

    Le problème avec les politiques, c'est qu'ils ont vite autorisé mais mettent du temps pour interdire. Ils ont un passé qui témoigne de leur dureté : on laisse faire ou soutient l'oligarchie quand on se montre lent, peu réactif et actif pour écouter les doléances du peuple. On sanctionne beaucoup ceux qui n'obeissent pas aux lois mais on ne remet pas en cause les lois dans leurs origines, leur valeur, leurs conséquences. On sait faire naître des problèmes mais on est bien plus embarassé pour les résoudre, plus flou à définir et appliquer des stratégies de solution. Les animaux : leur commerce mondial a pris son essor après la guerre avec les fermes-usines, les laboratoires etc...Il n'y avait pas autant de pratiques cruelles à leur encontre avant, bien que les moeurs des peuples étaient déjà criminels envers eux avec la pêche,l'élevage et la chasse comme seuls modes d'échange entre eux et nous. Une généralisation des tortures qui montrent aussi la bêtise et l'enlisement des hommes. Heureusement qu'il y a quelques assos pour porter leurs voix mais quelle lenteur de réaction et d'action de la part du législateur et des traders !

  2. guilaine 80 20/02/2019 à 07:29:24

    Il y a longtemps que sa devrais exister c est une honte de transporter tout c est pauvre animaux en pleine chaleur et je suis sur qu'il ne respecte pas le nombre de bêtes par camions il doit y avoir des contrôles avant qu'il parte on doit les respecter jusqu a la fin

  3. BABABIBI 19/02/2019 à 17:28:34

    Une première avancée vient d'être obtenue dans le domaine tragique du transport des animaux vivants. Les associations de défense des animaux se sont bien battues. Il convient cependant de rester vigilant, car la commission européenne (membres nommés) qui tend à décider de tout et pour tout le monde doit toujours se prononcer. Par ailleurs il n'y a pas tellement à se réjouir d'être le 3è pays européen exportateur pour l'abattage hors EU lorsqu'on connaît les 'conditions d'accueil' des animaux à destination...