Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Nos pulls en laine peuvent cacher une terrible souffrance animale !

La laine d'Australie est récoltée au prix de la souffrance des moutons. © Ornella / Fondation 30 Millions d'Amis

L’Australie est le premier producteur de laine au monde. Une jeune française de 26 ans a travaillé pendant plusieurs semaines chez un tondeur de moutons, dans l’État du New South Wales. De retour en France, 30millionsdamis.fr a recueilli son témoignage, qui dévoile l’horreur qui se cache derrière certains de nos pulls. Explications.

En Australie, pays qui exporte chaque année l’équivalent de 2,27 milliards d’euros de laine, les éleveurs de moutons possèdent d’immenses troupeaux formés de plusieurs milliers d’animaux. Lorsque vient le moment de récolter la précieuse toison, ils font appel à des prestataires extérieurs. Des tondeurs professionnels qui ont eux-mêmes besoin de main d’œuvre…

Au printemps 2018, Ornella a parcouru les 16 560 kilomètres qui séparent la France de l’Etat du New South Wales afin de rejoindre Willshear Hay, entreprise spécialisée dans la tonte. « Mon rôle était de ramasser la laine au sol », explique à 30millionsdamis.fr la jeune française de 26 ans. Si elle désirait avant tout bénéficier d’une expérience bien rémunérée à l’étranger, elle a vite déchanté : « Quand j’ai vu ce qu’il se passait, je n’arrivais pas à y croire. J’ai donc décidé de témoigner. »

Des coups tranchants pour tétaniser les récalcitrants

Et ce qu’elle a vu laisse perplexe ! Après une longue attente dans des hangars souvent surchauffés, les moutons doivent se plier au rythme infernal de la tonte : « Comme le prestataire est payé à l’animal tondu, ça peut aller jusqu’à une centaine de têtes en deux heures ! », s’insurge-t-elle. Les animaux sont donc brusqués pour accélérer la cadence. « Quand les moutons se débattent trop, ils leur donnent des coups avec le bout tranchant de la tondeuse pour les tétaniser », frissonne encore la jeune femme. Les plaies et coupures sont donc monnaie courante. Or, sans vétérinaire sur-place, les tondeurs se chargent de recoudre les animaux blessés… Au risque de causer de terribles infections qui emportent leurs victimes dans les jours suivants.

Deux à trois arrêts cardiaques par jour

Dans un coin, les corps des bêtes brutalisées. © Ornella

L’expérience est si traumatisante que le cœur de certains moutons n’y résiste pas. Ornella estime à deux, voire trois, le nombre d’arrêts cardiaques en une seule journée de travail. Et si un mouton glisse et se casse une patte ? « Le tondeur l’abat d’une balle dans la tête », répond-elle en ajoutant que les cadavres finissent alors « entassés dans un coin ». Quant aux agneaux, pourtant fragiles, ils ne sont pas plus épargnés. Bien que l’on ne récupère pas toujours leur laine, l’objectif est de les habituer le plus tôt possible à cette tonte.

L’Australie produisant un quart de la laine brute au niveau mondial selon son ministère de l’Agriculture, cette laine industrielle – dont la Fondation 30 Millions d’Amis avait déjà relaté les terribles conséquences – se retrouve en grande partie dans les pulls, manteaux et autres gilets vendus en France. Sans que le consommateur ne sache précisément quelle est le revers en termes de souffrance animale.

Commenter

  1. fatiha magnier 19/01/2019 à 23:52:24

    c’est horrible se qui leur font à ces pauvre bêtes c’est comme ceux qui travaille dans les abattoirs il n’on tout simplement pas de coeur ????

  2. puce62 19/01/2019 à 13:57:31

    Pauvre bêtes ! c'est d'une tristesse de lire de telles pratiques, et c'est toujours au profit de l'argent !!

    Je n'achéte pas de pull en laine et je ne consomme pas de viande.

    Idem pour l'angora, aprés avoir vu ce que l'on inflige à ces pauvres lapins !!! horrible.

    Comment peut-on trouver le sommeil en traitant ainsi les animaux??

    Heureusement qu'il y à dans ce monde une poignée d'humains qui eux oeuvrent pour les animaux et les aiment.

  3. mugiwara76000 17/01/2019 à 01:36:49

    Comme si le consommateur ne savait pas. Si c'est le cas, c'est grave. Dans toute industrie, l'animal est un objet. Pour faire du profit, le bien être et la douceur ne peuvent exister. Bien sûr que les moutons souffrent horriblement. Auparavant la tonte n'était pas aussi barbare, mais dans notre bonne société capitaliste pourrie jusqu'à la moelle les bêtes souffrent H24. Il faut faire attention à tout : nourriture, vêtement, cosmétique, tourisme, etc.

  4. VénusVanille 15/01/2019 à 23:35:05

    Quelle HONTE....encore un scandale que beaucoup ignorent!!!quel monde pourri par le fric!!au détriment de toute cette souffrance animale!!!ça fait mal de se sentir impuissant devant ces horreurs....les autorités devraient se remuer un peu pour agir!!!!!

  5. fripounet 15/01/2019 à 19:09:54

    J'ai lu votre article, c'est une horreur pauvres petites bètes, cela me fait penser à ces grands hangars ou l'on entassent par milliers des pauvres vaches, les conditions sont les mêmes "MALTRAITANCE, CRUAUTE ENVERS LES ANIMAUX""

    Pour ma part je n'achète plus de pull en laine depuis bien lontemps  et la viande  j'ai arrèté pour le respect et l'amour des animaux !!!

  6. pouguy 15/01/2019 à 18:35:37

    production, rentabilité, le reste on s'en f***, c'est la vie des industriels du 21ème siècles et des i**** qui achètent ces produits sans voir d'où ça vient et comment c'est fabriqué

  7. murgod@outlook.com 15/01/2019 à 18:22:17

    Les atrocités des Australiens sur les moutins sont bien connues. Lyn White, qui s'occupe de la défense des animaux en Australie, vient d'obtenie l'interdiction du transport de moutons vivants vers le Moyen Orient. Pour la laine, les propriétaires de moutons ont l'air encore plus réfractaires. Ce qui pourrait contribuer à les faire changer d'attittude serait le scandale que leur comportement suscite, non seulement en Australie mais surtout au niveau mondial. Manifester un soutien massif à Lyn White serait une (très) bonne chose.

  8. okathena 15/01/2019 à 17:19:11

    Il y a en France des gens qui ont des brebis et qui fabriquent des pulls en laine, j'ai vu ça je ne sais plus quand à la télévision, c'est de l'artisanat qu'il faut aider. En ce qui me concerne j'ai deux brebis que nous faisons tondre tous les ans et nous ne savons pas quoi faire de la laine, personne n'en veut parmi mes connaissances. Elles sont tondues bien et sans souffrir. Il ne faut pas acheter n'importe quoi, il faut vérifier la provenance, pour pas mal de choses du reste.

  9. chatmama 15/01/2019 à 14:27:01

    C'est pour cela que je suis vegan et ne porte aucun vêtement ni chaussures en cuir, en laine , en soie ou en alpaga !

  10. Nono974 15/01/2019 à 13:36:58

    C honteux c ignoble ils n'ont pas de cœur.