Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Interview

Caroline Janvier : « C’est moralement choquant d’utiliser un animal pour un spectacle »

Caroline Janvier (députée LaREM) compte prendre "pleinement part" à un éventuel groupe de travail pour l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques. © DR

La députée LaREM du Loiret s’est récemment engagée pour interdire la détention d’animaux sauvages dans les cirques, à l’occasion d’une question écrite au gouvernement. Sur la base du sondage de la Fondation 30 Millions d’Amis rappelant que 67% des Français sont favorables à une telle interdiction, la parlementaire entend jouer un rôle sur ce qui serait un changement majeur dans un quinquennat peu enclin à améliorer le bien-être animal.

Si le bien-être animal semble clairement ne pas faire partie des priorités de la mandature du Président Macron, des députés de la majorité tentent toutefois de s'en préoccuper. C'est le cas notamment de Caroline Janvier, député dans la 2ème circonscription du Loiret, qui a publiquement pris position contre la présence des animaux sauvages dans les cirques. Sa question au gouvernement n'a pour l'heure toujours pas reçu de réponse... 

Pourquoi avoir pris position contre la détention les animaux sauvages dans les cirques ?

Caroline Janvier. Il suffit d’être à l’écoute des gens pour s’apercevoir que la présence des animaux sauvages dans les cirques dérange de plus en plus. L’opinion publique se prononce ouvertement contre cette captivité comme le démontre le sondage de la Fondation 30 Millions d’Amis. S’il ne faut pas mettre tous les cirques dans le même sac, cela reste moralement choquant d’utiliser un animal dans le cadre d’un spectacle.

 

L’opinion publique est contre la captivité des animaux sauvages dans les cirques comme le démontre le sondage de la Fondation. Caroline Janvier

En quoi ce sujet vous tient-il à cœur ?

Je me souviens d’une image qui m’avait marquée étant petite. Celle d’un ours dans une cage totalement esseulé et l’air triste. J’ai également vécu au Kenya durant un an et demi. J’ai eu l’occasion d’observer les animaux dans leur état naturel. Cela m’aura marqué à vie. Le comportement n’est évidemment pas le même que lorsqu’ils sont en captivité. Il suffit de voir les éléphants qui bougent la tête de droite à gauche sans s’arrêter : c’est un marqueur de dépression chronique observable qu’en captivité et non en pleine nature.

Quels sont les réactions face à votre question posée au gouvernement ?

La plupart des réactions à ma question sont positives. Les Français sont prêts à un tel changement. Beaucoup de gens sont sensibles à la défense des animaux. Toutefois, beaucoup ne se sentent pas forcément écoutés. Il y a peut-être un décalage avec les politiques publiques. J’ai aussi eu des retours des circassiens mécontents. Je ne les pointe pas du doigt, il sera essentiel de les accompagner dans cette transition.

Quelle est l’actualité récente qui vous a le plus marqué ?

La décision courageuse prise par André-Joseph Bouglione d’arrêter les animaux sauvages dans son cirque. Que ce soit quelqu’un du métier qui fasse ce choix permet de donner plus de poids au débat. Il a pris ses responsabilités au risque de s’attirer les foudres de ses confrères. Il sera un précurseur.

Vous êtes issue d’une majorité à qui l’on reproche son manque de considération pour le bien-être animal. Avez-vous des soutiens dans votre démarche ?

Tout d’abord, nous avons une majorité issue de la société civile. Il n’y a donc pas d’idéologie de départ. Beaucoup de mes collègues sont sensibles sur ces questions et veulent faire avancer les choses sur le bien-être animal. Ce n’est pas parce qu’on est de la majorité qu’on ne pense pas au bien-être animal. Par exemple, je me suis personnellement beaucoup interrogée sur les pratiques industrielles, les modes de production… Peut-on continuer à accepter le broyage des poussins mâles par exemple ? 

 

Le départ de Nicolas Hulot est un signal qu’il ne faut pas prendre à la légère. Caroline Janvier

Quel pourrait-être le prochain progrès en termes de bien-être animal en France ?

Je pense que cela concernera justement la façon de produire. Le broyage des poussins me semble être un thème qui pourrait vite évoluer. Pour les cirques, il faut qu’un groupe de travail se forme, que des vraies études soient établies… Je suis prête à y prendre part.

Votre question était adressée à Nicolas Hulot qui a, depuis, quitté le Ministère de la Transition écologique et solidaire au profit de François de Rugy. Que vous inspire ce changement ?

Le départ de Nicolas Hulot est un signal qu’il ne faut pas prendre à la légère. Je me réjouis toutefois de la nomination de François de Rugy car je suis convaincue qu'il saura mettre ses compétences, son expérience et ses convictions au service d'une approche pragmatique de l'écologie, alliant impératifs économiques et urgence climatique.

Commenter

  1. phoenix35 01/10/2018 à 15:24:21

    Je suis un peu surpris de lire que 67% des Francais sont favorables a une telle interdiction, alors qu'autant de Français continuent de se rendre a des spectacles exploitant les animaux...

    Il faudrait une interdiction sur l'ensemble du territoire, comme dans de nombreux pays europeens.

     

  2. Bandy86 13/09/2018 à 23:05:20

    Les belles paroles ne suffisent pas, il faut agir ..... et vite le bien être animal en dépend

  3. mugiwara76000 13/09/2018 à 12:14:59

    Elle me fait rire, les impératifs économiques capitaliste et l\'urgence climatique ne peuvent se rejoindre.\nSoit on continue avec ce mode de production qui bousille la planète, soit on se bouge et on prend des risques. Enfin ce n\'est pas avec REM que ça va changer ...

  4. jess32 11/09/2018 à 19:42:01

    C’est horrible je ne pense pas comment des humains peuvent faire des choses aussi cruelles vous avec raison un animal ne doit pas être utiliser pour un spectacle

  5. jess32 11/09/2018 à 19:42:00

    C’est horrible je ne pense pas comment des humains peuvent faire des choses aussi cruelles vous avec raison un animal ne doit pas être utiliser pour un spectacle

  6. Jaïa 11/09/2018 à 19:22:52

    un grand Merci à vous Madame Janvier

  7. nanou2017 11/09/2018 à 16:51:08

    Non mais franchement on la croire !!!!

    C'est un peu comme la vidéo dans les abattoirs, c'était OUI AVANT les élections présidentielles puisque ça faisait parti des promesses électorales du nouveau président et puis finalement, APRES les élections c'est NON !!!

    La cote de popularité du président et de son parti étant en berne, il faut s'étonner de rien !!!

  8. hexenbeest 11/09/2018 à 15:16:41

    Je le dis depuis des années et surtout quand je signe une pétition pour empêcher un cirque de venir dans une ville. Il y a peu de point dans les pétitions arrêtant les villes d'accepter les cirques comme les cirques vont aller à une autre ville. L’objectif doit être d’interdire totalement les cirques avec des animaux en France, de persuader le propriétaire du cirque de s’arrêter et de donner les animaux à un sanctuaire.

  9. lotus2003 10/09/2018 à 23:31:52

    c\'est super ce qu\'elle dit, mais est-ce que Monsieur Ruby est vraiment pour l\'écologie, pour le glyphosate c\'est lui qui a fait barage et personne d\'autre. alors, j\'ai des doutes. Monsieur Macron est plutôt pour ceux qui votent que pour les animaux. Monsieur Ruby, s\'il est écologiste, est ce qu\'il aura assez de c****** pour dire ce qu\'il pense à notre Roi pour sauver notre planète et les animaux ou il fera le pantin. moi, j\'avais confiance à Monsieur Hulot et il m\'a déçue. les chasseurs ont gagner, les animaux sont encore les perdants. Madame Janvier peux dire ce qu\'elle veux, c\'est Monsieur Macron encore, une fois, qui décide. je trouve celà honteux

  10. seraphie 10/09/2018 à 20:19:37

    Je suis tout à fait d\'accord avec vous. Les animaux sauvages doivent être libre. \nMerci, Mme Janvier d\'avoir le courage de le dire haut et fort ce que nous savons tous même si bcp n\'ose pas le dire