Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Petite victoire des animaux sauvages contre les chasseurs et les piégeurs

Photo (martre) : © Christian Maurer - Fotolia.com

Le Conseil d'Etat a retiré six espèces sauvages de la liste des animaux nuisibles, empêchant ainsi qu’ils soient tués. Une décision importante dont se félicite la Fondation 30 Millions d’Amis, mais qui ne concerne malheureusement que quelques départements français.

C’est un grand pas pour des milliers d’animaux sauvages. Le Conseil d'Etat vient d'annuler le classement comme animaux « nuisibles » de six espèces d'oiseaux et de mammifères dans certains départements, estimant qu’il n’était pas justifié sur ces territoires (30/7/14). Une décision dont se sont félicitées la Fédération France Nature Environnement (FNE) et l’association Humanité et Biodiversité, les deux organismes qui avaient saisi la justice administrative sur ce dossier en 2012. Sont concernés la pie bavarde, la corneille noire, le geai des chênes, la fouine, la martre et la belette, des espèces souvent accusées de causer des dégâts dans les champs et les vergers.

Equilibre des écosystèmes

Loin d’être des nuisibles, ces animaux sont pourtant très utiles. « Les fouines, les martres, les belettes et surtout les renards chassent les rongeurs et jouent ainsi un rôle très important dans la régulation des petits animaux et l’équilibre des écosystèmes, explique Nelly Boutinot, administratrice de l’association Humanité et Biodiversité. Or la régulation des campagnols est très importante car ils représentent parfois un fléau par les dommages qu'ils causent à des prairies permanentes, voire à des récoltes. » Leurs prédateurs sont pourtant considérés comme indésirables et à ce titre, ils peuvent être tués tout au long de l’année, par de nombreux moyens tout aussi cruels les uns que les autres : le piégeage, le déterrage et même par l’emploi d’une arme à feu… sans que le permis de chasse ne soit obligatoire.

En prenant cette décision, le Conseil d’Etat a considéré que les menaces représentées par ces espèces dépendaient de la zone géographique où elles vivaient. « Dans le Var, le geai des chênes n’est plus considéré comme nuisible car il ne cause aucun dégât dans ce département, précise Nelly Boutinot. Sans oublier que ce mangeur de glands est un bon forestier qui plante des chênes gratuitement ! » Pour Dominique Py, responsable Faune Sauvage à FNE, « si le geai occasionne certains dégâts sur les vignes, il s’agit de méfaits minimes ». Malgré ce constat, de nombreuses espèces, parmi lesquelles le renard, figurent toujours sur cette fameuse liste. « Les chasseurs considèrent le renard comme un concurrent parce qu’il se nourrit de lapins… ce qui leur fait moins de lapins à chasser » poursuit Dominique Py.

Réglementation obsolète

Cette décision de la plus haute juridiction administrative est une bonne nouvelle pour les associations de protection animale qui n’ont de cesse de dénoncer, depuis de nombreuses années, l’obsolescence de la réglementation relative au nuisibles. « Au-delà de cette décision du Conseil d’Etat, c’est l’ensemble de la réglementation sur les « nuisibles », concept périmé, qui devrait être revu pour prendre en compte les réalités biologiques et privilégier les méthodes préventives, afin de mettre un terme aux destructions injustifiées de dizaines de milliers d’animaux sauvages chaque année » indique FNE dans son communiqué (5/8/14).

Une évolution qui pourrait trouver un écho prochainement. Alors que le classement des espèces nuisibles était jusque-là établi par les préfets, c’est désormais au ministère de l’Ecologie de déterminer, tous les trois ans, les animaux concernés. « Le ministère est moins sensibles aux pressions exercées par les chasseurs et les piégeurs, analyse Dominique Py. Et il est très probable qu’en 2015, lorsqu’il établira de nouveau la liste des nuisibles, il respectera cette décision du Conseil d’Etat ». Certaines espèces seraient donc, dans les départements concernés, hors de danger et ce de manière définitive.

En savoir plus sur le site de France Nature Environnement et le site de l'association Humanité et Biodiversité

Commenter

  1. DANY à Nice 09/08/2014 à 18:10:34

    Quand on considère que la présence française dans les "colonies" faisait que les petits "Indochinois", ou même les petits Africains, apprenaient à l'école que leurs ancêtres étaient les Gaulois ...... il est certain qu'on a vu perdurer des règlementations idiotes et abusives, établies même depuis les années 1930 (et instituées par de vieux barbons ignares de l'utilité de certaines espèces pour l'équilibre du biotope). Comment peut-on utiliser le terme de "nuisibles", alors que la chaîne des espèces s'équilibre par une prédation utile ...... sur un autre plan, de graves déséquilibres ont été causés par l'apport de certaines espèces (végétales ou animales). On doit faire face à la prolifération de grenouilles géantes et à la mort des abeilles à cause du varoa, &c... L'Australie a cru bien faire avec les crapauds-taureaux pour démoustiquer. A présent, ils finisssent par envahir jusqu'aux jardins des particuliers en secteur urbanisé.