Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Interview

« L’animal devient une question centrale de notre société »

Chaque mois, 30millionsdamis.fr donne la parole à une personnalité impliquée dans la protection des animaux et de la nature. Alors que le statut juridique de l’animal dans le Code civil est au cœur du débat public et politique, Patrice Rouget - philosophe et auteur de « La violence de l’humanisme »* (Ed. Calmann-Lévy) - bouleverse nos certitudes sur la condition animale.

Fondation 30 Millions d’Amis : Vous remontez à l’Antiquité pour expliquer la genèse du rapport de l’Homme à l’animal. Avons-nous fait des progrès ?
Patrice Rouget : Cette question remonte aux débuts de la pensée occidentale, c’est-à-dire à la philosophie grecque, et a continué de hanter la philosophie au cours de son histoire. C’est en effet un problème central, qui ne concerne pas seulement les animaux mais aussi, bien entendu, l’homme lui-même, qui  va se considérer différemment selon qu’il accepte, ou non, les points communs qu’il a avec eux. Mais on ne peut pas dire qu’il y ait un progrès : la philosophie s’est essentiellement appuyée, au cours de son histoire, sur une conception humaniste, qui sépare radicalement l’animal de l’homme. Certes, il y a eu des exceptions : des philosophes, des penseurs, des écrivains et des artistes se sont insurgés contre cette conception. Mais globalement, c’est elle qui a dominé.

F30MA : A quand datez-vous la prise en compte du bien-être animal dans notre société moderne ?
Patrice Rouget : On peut faire remonter cette prise de conscience à l’Anglais Jeremy Bentham* théoricien de la pensée utilitariste, qui propose d’évaluer les actions humaines en fonction de leur utilité, c’est-à-dire de la quantité de plaisir ou de bonheur qu’elles procurent. Sa remarque sur la question animale est restée célèbre : « En ce qui concerne les animaux, la vraie question est : peuvent-ils souffrir ? » Sa réponse, naturellement, était oui, et elle impliquait que les hommes devaient se soucier du sort des animaux, et ne pas leur infliger de souffrances inutiles. Pour Bentham, toute souffrance qui ne produirait pas, par ailleurs, un bonheur supérieur à elle, devrait être bannie. Cette conception est aujourd’hui assez largement répandue parmi les défenseurs des animaux, aux Etats-Unis en particulier. Elle justifie, par exemple, que l’on s’abstienne de tuer les animaux pour le simple plaisir de les manger, puisque dans ce cas, la disproportion entre la souffrance infligée et le plaisir procuré est trop grande. Elle marque donc indéniablement un progrès mais elle reste liée à l’idée que l’on doit évaluer le traitement des animaux, et l’éventuelle souffrance qu’il entraîne, en fonction du seul critère du profit que pourra en retirer l’homme. Cette conception ne considère donc pas le droit de vivre sa vie comme un droit fondamental et inaliénable pour les animaux.

 

« L’opinion publique est de plus en plus sensibilisée à la question animale.

Patrice Rouget

F30MA : Dans les faits pourtant, tous les animaux ne sont pas considérés de la même façon, certains étant même exploités. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?
Patrice Rouget : Le principe énoncé par Bentham est loin d’être respecté dans nos sociétés industrielles, où le traitement infligé aux animaux est intégralement dicté par la considération du profit financier et de la jouissance maximale, et où toutes les souffrances animales sont donc considérées comme « utiles ». C’est ainsi, par exemple, qu’on entasse des chevreaux dans des cages faites pour les volailles, de manière à les transporter en plus grand nombre, donc de façon plus rentable, ou encore qu’on égorge des animaux sans étourdissement dans un nombre toujours plus grand d’abattoirs, simplement pour gagner du temps. Ainsi, l’écart se creuse entre d’une part, les penseurs et l’opinion qui se soucient de la condition animale, et d’autre part les pratiques réelles qui sont de plus en plus massivement violentes à l’égard des animaux. Notre société, qui est de plus en plus soucieuse d’autrui, au moins dans les textes, lorsqu’il s’agit des hommes, est en même temps de plus en plus méprisante dans les faits vis-à-vis des animaux. Elle est ainsi prise dans une contradiction qui devient intenable. La question animale est en train de devenir une question centrale de notre société, une question à laquelle il nous faudra bien oser apporter une réponse acceptable.

F30MA : L’évolution du statut juridique de l’animal dans notre Code civil fait débat. Quelle réaction cela vous inspire ?
Patrice Rouget :
Il est absolument nécessaire que le statut juridique des animaux évolue dans le droit français comme il l’a fait dans d’autres pays européens, depuis parfois plusieurs années. Récemment, un groupe de députés a déposé un amendement proposant que les animaux soient considérés comme « des êtres vivants doués de sensibilité ». Cet amendement constitue indéniablement un progrès et l’on peut s’en réjouir. Mais on pourra aussi s’affliger qu’une telle évidence constitue un « progrès », ce qui donne une idée du retard que nous avons pris sur cette question ! Heureusement, les mentalités évoluent plus vite que le droit, et l’opinion publique est de plus en plus sensibilisée à cette question. Il n’en reste pas moins qu’il y a encore beaucoup à faire pour que nous retrouvions avec les animaux une relation de cohabitation harmonieuse qui nous serait aussi profitable qu’à eux.

*« La violence de l’humanisme », Patrice Rouget, Ed. Calmann-Lévy
**Jeremy Bentham, philosophe et réformateur britannique né en 1748 et mort en 1832

Commenter

  1. N1C0LAS 16/07/2014 à 17:57:54

    "...les souffrances animales sont donc considérées comme « utiles ». C’est ainsi, par exemple, qu’on entasse des chevreaux dans des cages faites pour les volailles, de manière à les transporter en plus grand nombre, donc de façon plus rentable, ou encore qu’on égorge des animaux sans étourdissement " ou encore qu'on les mange non pas par nécessité (l'alimentation végétalienne existe et est même largement conseillée par les organisations de santé) mais par plaisir. On finance les élevages et abattoirs parce que la viande c'est bon et non parce qu'elle est nécessaire. Notre droit au plaisir gustatif de la chair est jugé par beaucoup de gens comme étant supérieur au droit à la vie sans souffrances des non humains.