Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Sauvetage

Un lémurien détenu illégalement pris en charge par la Fondation

Un lémurien détenu illégalement pris en charge par la Fondation

Photo : © DR

Un primate détenu par un dresseur a été saisi - à titre conservatoire - par les autorités et acheminé par la Fondation 30 Millions d’Amis dans une structure spécialisée dans l’accueil d’animaux sauvages.

Un Maki catta - une espèce de petit primate originaire de Madagascar - a été saisi par les gardes de l’ONCFS* à Perpignan, dans les Pyrénées Orientales (1/3/14). Cette opération, réalisée à titre conservatoire, a été ordonnée par le procureur de la République. Elle fait suite à un contrôle des autorités sur une foire organisée dans la ville où l’animal était exhibé par son propriétaire. La Fondation 30 Millions d’Amis a été sollicitée pour la prise en charge et l’acheminement de l’animal vers « Tonga Terre d’accueil », une association spécialisée dans l’accueil d’animaux sauvages à Saint-Martin-la-Plaine (42) partenaire de la Fondation sur de nombreuses opérations.

Cinq infractions constatées

Le primate, un mâle adulte à l’âge indéterminé, appartient à un dresseur qui le montre régulièrement sur les foires et les salons. Lors de leur contrôle, les autorités ont relevé cinq infractions au Code de l’environnement, parmi lesquelles « absence de certificat de capacité » et « défaut d’origine ». Une infraction grave, puisque le Maki catta, qui appartient à l’Annexe 1 de la Convention de Washington (CITES), est considéré comme une « espèce en danger d’extinction » et son commerce est interdit. A ce titre, une preuve de son origine licite est indispensable afin d’écarter tout soupçon de trafic illégal.

La Fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte auprès du parquet de Perpignan et espère une confiscation de l’animal à titre définitif. Celui-ci, qui a passé 48 heures dans une clinique vétérinaire, est en bonne santé. « Il va très bien, indique Jean-Christophe Gérard, vétérinaire à Tonga Terre d’Accueil. Ce n’est pas un animal farouche, il a sans doute été habitué à l’homme depuis son plus jeune âge ».

Commenter

  1. fiora 06/04/2014 à 18:41:14

    TRES MIGNONNE  CETTE PETITE BETE

  2. jeanyves.quenaon@neuf.fr 20/03/2014 à 17:50:10

    Penser à l'animal, je suis d'accord, sauf qu'on a pas pensé à lui quand on l'a sorti de son milieu naturel. Un animal est un être à part entière. Il n'est pas là pour assouvir le besoin des humains et encore plus amuser la galerie, dans les foires et salons.

  3. gertrude94 19/03/2014 à 23:35:24

    Même s'il est interdit de posséder cet animal, qu'est-ce qui vous dit qu'il n'était pas heureux (car en bonne santé) et que son propriétaire lui manque beaucoup !  Cela me fait de la peine car dans tout ça, c'est à l'animal que je pense !

  4. fafafafa 14/03/2014 à 17:49:50

    encore un qui en a dans la tête