Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Nouvelle vie pour d’anciens animaux de laboratoires

Nouvelle vie pour d’anciens animaux de laboratoires

Photo : © Fondation 30 Millions d'Amis

Utilisés depuis des années pour des expériences scientifiques dans un laboratoire de recherche français, deux macaques ont été placés par la Fondation 30 Millions d’Amis et le Graal dans un sanctuaire en Belgique.

Grâce au Groupement de réflexion et d’action pour l’animal (Graal) et à la Fondation 30 Millions d’Amis, Simba et Abraham, deux macaques crabiers, vont enfin pouvoir reprendre la vie qu’ils n’auraient jamais dû quitter. Arrachés à leur terre natale - les Philippines pour Simba et l’île Maurice pour Abraham - les deux primates se sont retrouvés dans un laboratoire français où ils ont subi diverses expérimentations scientifiques. L’expérience a duré sept ans pour Simba, cinq pour Abraham. Aujourd’hui, par l’intermédiaire de la Fondation, ils sont en quarantaine au Natuurhulpcentrum, l’un des plus grands centres de reclassement pour animaux sauvages d’Europe du Nord situé en Belgique. L’opération a commencé en décembre 2013. C’est le laboratoire qui a contacté directement les défenseurs des animaux. « Ils nous ont dit qu’ils avaient deux macaques en fin de protocole et voulaient savoir si nous étions prêts à les récupérer. Cela fait près de dix ans que nous réhabilitons des animaux utilisés dans les centres de recherche français. Nous avons bâti une relation de confiance avec bon nombre d’entre eux et maintenant, ce sont eux qui font la démarche de nous contacter quand ils ont des chiens, des chats ou des primates en fin de période de test, au lieu de les euthanasier comme c’est l’habitude », déclare Marie-Françoise Lheureux, présidente du Graal.

Charte de réhabilitation

La sortie des animaux est très réglementée. « Les primates ont été soumis à  toute une série de tests afin de vérifier qu’ils n’étaient pas porteurs de virus contagieux pour l’homme », explique Marie-Françoise Lheureux. L’association suit aussi toute une série de clauses compilées dans sa charte de réhabilitation. Le document rédigé par des spécialistes du comportement des espèces animales doit favoriser la mise en place d’une transition douce pour les primates. A ce jour, Simba et Abraham semblent s’habituer doucement à leurs nouvelles conditions de vie. « Ils mangent bien et nous n’avons remarqué aucun signe de dépression », assure Benjamin Loison, responsable du service soins intensifs au Natuurhulpcentrum. Prochaine étape : la réinsertion des singes avec leurs congénères et un possible déménagement dans un autre établissement spécialisé dans la prise en charge des primates.

Commenter

  1. NEWDIMENSION 16/01/2014 à 12:28:25

    Oui 2 macaques sauvés c'est bien , mais les AUTRES !!!!! ARRETONS de faire des expériences sur les animaux....Et tout se qu'on nous cache !!! dèjà, ils le font sur les humains (chut faut pas le dire...) alors des animaux ...Tout le monde s'en fiche ! et vous dites que c'est un succès d'en sauver 2 !! c'est une honte oui. Attaquez les en justice! agissez !! ne vous contenter pas de ou d'avoir SAUVER 2 singes ! et combien sont encore ds des cages et meurent chaque jour? Faites les choses en profondeur!! Faut en parler à l'assemblée, contactez des privilégiés de sénateurs ou députés ..ah c'est vrai, ils ne vont pas se mouiller pour ça ! peur de perdre leurs privilèges.....PAUVRE FRANCE ! Tiens cest le surnom que je vais me donner, car NEWDIMENSION, ...nouvelle dimension...C'est pas aujourd'hui qu'ils vont se réveiller!

  2. kenzoamour 08/01/2014 à 23:31:34

    c' est malheureux de voir qu' ils se servent des animaux ...

    Je suis pour l' interdiction totale de ces actes cruels !

  3. Zara24 08/01/2014 à 15:59:33

    Cette fameuse "relation de confiance" est tout de même un grand débat: grâce à ça, les animaux de laboratoire ne sont pas euthanasiés et peuvent finir leur vie dans un cadre adapté à leurs besoins, de l'autre, cette "relation de confiance" fait interdire les organismes de protection animale à délivrer publiquement les noms des laboratoires s'étant servis d'animaux cobayes... Et, en attendant, ces fameux laboratoires continuent de se servir tranquillement de  singes (et autres..) et ils continuent, dans le même temps, à recevoir de l'argent de particuliers qui ne connaissent pas la triste réalité des choses...

    Le problème reste toujours le même: si les expérimentations animales étaient interdites, tout ce "mic-mac" n'existerait pas.

    Il ne faut pas croire, malheureusement, que des animaux ayant subi des expérimentations pendant presque 10 ans peuvent oublier leur passé du jour au lendemain. L'impact psychologique reste énorme, malgré tout l'amour des soigneurs donné par la suite.