Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Croatie : enquête policière sur la mort de 46 chiens dans un refuge pour animaux

Les autorités croates ont ouvert une enquête pour établir la cause de la mort de 46 chiens dont les dépouilles ont été découvertes dans un refuge pour animaux près de Zagreb, a-t-on appris mercredi de source officielle.

ZAGREB, 11 déc 2013 (AFP) - Les autorités croates ont ouvert une enquête pour établir la cause de la mort de 46 chiens dont les dépouilles ont été découvertes dans un refuge pour animaux près de Zagreb, a-t-on appris mercredi de source officielle.

"Nous sommes horrifiés par ce que nous avons vu" lorsque les animaux ont été trouvés mardi soir dans un refuge de la banlieue de la capitale croate, a déclaré Brankica Capek, responsable vétérinaire du Ministère de l'Agriculture croate, citée par l'agence de presse Hina. Des restes de 46 chiens de différentes races ont été transportés à l'institut vétérinaire pour déterminer la cause de leur mort, a précisé Mme Capek.

"Les procureurs et la police font une enquête et nous ne pouvons pas nous livrer en conjectures sur la cause de leur mort jusqu'à ce que nous ayons les résultats de l'autopsie", a-t-elle ajouté. Les responsables du refuge Astor où les dépouilles des animaux ont été découvertes, n'étaient pas joignables pour faire des commentaires.Les médias locaux ont rapporté que les chiens avaient été empoisonnés. Luka Oman, de l'organisation non-gouvernementale Amis des Animaux, espère que l'enquête "permettra de découvrir non seulement les auteurs de cet acte criminel, mais aussi leurs mobiles".

"Une telle chose n'est jamais arrivée en Croatie auparavant", a déclaré M. Oman, appelant les autorités à prendre des mesures plus sévères contre la cruauté envers les animaux. La législation de la Croatie, nouveau membre de l'UE, prévoit des amendes allant jusqu'à 15.000 kunas (2.000 euros) ou des peines de prison allant jusqu'à un an pour de tels actes de cruauté. "Pour une affaire aussi horrible, une telle punition ne suffit certainement pas", a jugé M. Oman.