Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Un projet d’éoliennes dangereux pour le grand tétras (Vidéo)

La Commission européenne s’inquiète du sort du grand coq de bruyère qui serait menacé par l’installation d’un parc éolien dans le Haut-Rhin. Plusieurs associations de protection animale partagent cette crainte et s’opposent au projet. 30millionsdamis.fr a interrogé l’une d’entre elles.

Dans un courrier du 25/6/13 que s’est procuré l’AFP, la Commission européenne demande à la France des précisions sur un projet controversé d'implantation d'éoliennes au col du Bonhomme (68) en raison d’« impacts potentiels » sur l'environnement. Les inquiétudes portent plus particulièrement sur le grand tétras - appelé aussi grand coq de bruyère - une espèce classée vulnérable et dont l’aire de répartition se situe tout près du lieu retenu pour la construction du parc éolien. Le site est en effet à proximité de sept zones protégées du réseau Natura 2000, créé afin de maintenir la diversité biologique des milieux disposant d’une faune et d’une flore exceptionnelle. « Outre le grand tétras, c’est tout le cortège avifaunistique qui est menacé, précise Françoise Preiss, chargée de mission au groupe Tétras Vosges (GTV). Prenez les chauves-souris par exemple : perturbées par les mouvements de l’air, elles ne s’orientent plus correctement et sont littéralement déchiquetées par ces appareils. »

Espèce en régression

C’est le maire de Kaysersberg (68), Henri Stoll (EÉLV), qui défend l’idée d’implanter cinq éoliennes d’une puissance totale de 11,5 MW dans cette forêt d’épicéas, qui selon lui a été désertée par le grand tétras depuis longtemps, appuyé en ce sens par le préfet du Haut-Rhin qui vient de donner son feu vert au défrichage du terrain. « Il s’agit d’une zone d’hivernage utilisée par le grand tétras, mais également un couloir de passage, conteste Françoise Preiss. Nous avons relevé de nombreux indices et les avons faits constatés par des personnes assermentées. » Un avis partagé par le ministère de l’Ecologie, qui a lancé en 2009 une stratégie nationale de conservation du grand tétras, à savoir un certain nombre de mesures et de précautions afin de protéger ses populations.

Cette espèce aviaire, emblématique des Vosges, est en régression continuelle dans la région depuis 30 ans selon l’ONCFS*. Dans les Alpes, elle a d’ores et déjà disparu. « Les risques de collisions avec les pales et les pylônes existent et représentent une cause de mortalité, poursuit la spécialiste. Aussi minime que soit cette cause, elle doit être prise en considération compte tenu du très faible effectif de la population vosgienne de grand tétras. » Et les éoliennes ne constituent pas l’unique danger auquel est confronté le gallinacé le plus grand d'Europe. Les activités humaines ont réduit et fragmenté considérablement son habitat, empêchant ainsi les individus de se rencontrer… et de se reproduire. « C’est un animal exigeant en terme d’habitat et de quiétude. La présence de cet oiseau fragile est donc révélatrice d'une biodiversité élevée, et c’est pour cela qu’il doit être protégé » poursuit Françoise Preiss.

Risques de collisions

En février 2013, les caméras de 30 Millions d’Amis avaient enquêté en Espagne, à quelques kilomètres du détroit de Gibraltar : elles avaient pu mesurer l’impact négatif des éoliennes sur les populations de rapaces, en particulier les vautours fauves, les milans et les aigles : le lieu était devenu une zone à risque pour des milliers d’oiseaux migrateurs. Un centre de sauvegarde a donc ouvert non loin pour prendre en charge les oiseaux souffrant de fractures. Et pour réduire les risques de collision, les éoliennes sont désormais régulièrement stoppées pour que les oiseaux migrateurs puissent traverser la zone en toute sécurité.

Une solution malheureusement inapplicable dans le cas du grand tétras, qui vit en permanence dans cette zone. « Le développement des énergies renouvelables est aujourd’hui incontournable, mais pas au détriment de nos espaces naturels et pas sans bilan environnemental global » conclut Françoise Preiss.

*Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

Photo : © f9photos - Fotolia.com 
Vidéo : © 30 Millions d'Amis