Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Le refuge de la Tuilerie

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

Le Kosovo veut mettre ses chiens errants à l'abri

Le maire de Pristina, Perparim Rama, veut réunir tous les animaux en attente d'être adoptés dans de grands refuges où ils seraient vaccinés et stérilisés. / ©AdobeStock

Un plan municipal vise à offrir un abri à tous les chiens errants de Pristina, la capitale du pays. Les associations de protection animale estiment à près de 4.000 le nombre de chiens errants, uniquement dans cette même ville.

C'est une vidéo qui a fait le tour du Kosovo: un homme tabasse un chien des rues, hirsute, encore et encore. L'individu ne semble pas s'inquiéter d'être vu, ni même filmé, tant la population de chiens errants est devenu problématique au Kosovo et les rend vulnérables. Personne ne sait si le chien a survécu ou non à cette séance de torture, mais ces images ont mobilisé les associations de défense des animaux.

Un plan d'adoption 

Le maire de Pristina, Perparim Rama, vient de lancer le programme "Un toit pour chaque chien" promettant une prime de 50 euros par mois (30% du salaire minimum) à qui veut bien adopter un chien. La vidéo "n'est pas un évènement isolé, c'est quotidien, partout au Kosovo", s'alarme sur Facebook Argjenta Dociqi, activiste pour la cause animale. Dans les zones rurales du Kosovo, les chiens errants sont encore plus nombreux, mourant de faim, de froid. Ou tués par les hommes.

À Pristina, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté fin mai 2024 derrière une banderole "Je n'avais pas la force de me défendre, soyez ma voix". Dans le cortège, Berta Meha, 11 ans, expliquait : "Si on fait du mal aux animaux, ils sont agressifs envers les humains" mais "si on les nourrit et qu'on ne leur fait pas de mal, ils ne seront pas agressifs"."S'occuper d'un chien, ça coute cher, et tout le monde ne peut pas se le permettre", explique à l'AFP le maire de Pristina. "C'est pour ça que nous aidons les familles qui s'engagent à adopter des chiens errants". Son plan ne consiste pas seulement à trouver des familles d'accueil. Il veut aussi réunir tous les animaux en attente d'être adoptés dans de grands refuges où ils seraient vaccinés et stérilisés.

Une lutte sur plusieurs années

Le ramassage des chiens a déjà commencé, et "continuera jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un seul dans la rue", affirme M. Rama.Sami Haxhaj a été l'un des premiers habitants de la capitale à adopter non pas un, mais dix chiens, via ce programme municipal. "Je veux faire quelque chose pour eux", explique le mécanicien de 52 ans, en montrant la rangée de niches et la cour où ses animaux peuvent désormais jouer sans danger pour eux, ou pour les autres. "Je suis heureux de leur avoir offert un toit, de la nourriture, et de l'espace", ajoute-t-il. Il espère d'ailleurs avoir bientôt la permission d'accueillir 10 chiens supplémentaires. Bajram Kazagiqi, un architecte âgé d'une soixantaine d'année, applaudit : "Si on veut prendre soin de nos habitants, alors on doit aussi s'occuper des chiens errants comme s'ils faisaient partie de la famille, parce qu'ils vivent aussi dans cette ville"

"Si les estimations du nombre de chiens errants dans la capitale sont correctes, alors avec environ 2 millions d'euros par an, nous pouvons sérieusement espérer résoudre le problème", assure le maire. Ajoutant qu'il fallait bien "que quelqu'un lance cette bataille". Pour la directrice de la Fondation pour le droit des animaux, Elza Ramadani, il faudrait aussi "se concentrer sur les causes du problème : l'absence de contrôle des naissances et les abandons". Elle ne s'attend donc pas à des miracles ni à une diminution immédiate du nombre de chiens errants : "Cela arrivera peut-être dans 10 ou 20 ans, quand nous aurons plus d'amour pour les animaux, et quand la société toute entière voudra les adopter". Les associations estiment à près de 4.000 le nombre de chiens errants uniquement à Pristina, la capitale du pays.

(Avec AFP)