Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

L’Islande fait le triste choix de la chasse commerciale

La chasse à la baleine nuit gravement au tourisme. C’est ce que ne semble pas comprendre l’ Islande qui depuis le 22 octobre dernier a repris la chasse aux cétacés.

La chasse à la baleine nuit gravement au tourisme. C’est ce que ne semble pas comprendre l’ Islande qui depuis le 22 octobre dernier a repris la chasse aux cétacés. Attendant avec impatience de reprendre la mer, la flotte baleinière islandaise compte déjà deux rorquals communs à son tableau de chasse. Pour rappel, cette espèce est menacée et sa survie gravement remise en cause si la chasse commerciale perdurait.

Le premier Rorqual commun chassé par l'Islande en 2006Après 20 ans de moratoire, le gouvernement islandais vient de fixer ses premiers quotas de chasse commerciale à la baleine. Au total se sont neufs rorquals communs et trente petits rorquals qui seront tués par les chasseurs islandais. Face à cette prise de décision, les protestations internationales continuent de s'accumuler, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Union Européenne ont notamment diffusé des déclarations publiques en ce sens.

Les rorquals communs ont été déclarés espèce menacée par l'UICN (l’union mondiale pour la nature) car ils ont été chassés massivement dans le passé et leur nombre est actuellement inconnu. Traditionnellement, les rorquals communs ne sont pas consommés par les Islandais, ce qui renforce les spéculations selon lesquelles l'Islande a l'intention de vendre la viande au Japon. Une thèse que le Japon réfute en refusant par avance tout achat de viande de Baleine.

Sur le plan mondial, le Japon, la Norvège et l’Islande continuent de chasser la baleine. Plus de 25 000 cétacés ont été tués depuis que l’interdiction a été instaurée en 1986. Le japon et l’Islande continuent également de prétendre que la majeure partie de leur chasse a des buts « scientifiques », bien que la viande des baleines abattues soit transformée et péniblement vendue sur leurs marchés nationaux.

Quand ces pays comprendront-ils que protéger les baleines et développer des programmes d’écotourisme autour de leur observation créé un marché bien plus rentable et durable que l’exploitation d’une viande qui ne trouve pas d’acheteurs ?

Le même Rorqual en train d'être découpé par les chasseurs

Vous souhaitez réagir cette information ? Contactez directement l’ambassadeur d’Islande en France :

Par courrier :

Son excellence Tomas Olrich
Ambassade d’Islande en France
8, avenue Kléber
75116 Paris

Par mail :

icemb.paris@utn.stjr.is