Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Faune

Attaqués par un requin, ils plaident en sa faveur devant l’ONU !

Attaqués par un requin, ils plaident en sa faveur devant l’ONU !

Alors que se tiendra du 9 au 17 octobre 2010 la « Semaine du Requin » visant à sensibiliser l'opinion à la sauvegarde de l'espèce, des survivants à une attaque de squales ont récemment témoigné devant l'ONU pour dénoncer le massacre dont est victime le plus gros des poissons ! Une prise de position courageuse saluée par la Fondation 30 Millions d'Amis.

Alors que se tiendra du 9 au 17 octobre 2010 la « Semaine du Requin » visant à sensibiliser l’opinion à la sauvegarde de l’espèce, des survivants à une attaque de squales ont récemment témoigné devant l’ONU pour dénoncer le massacre dont est victime le plus gros des poissons ! Une prise de position courageuse saluée par la Fondation 30 Millions d’Amis.

Attaqués par des requins, ils étaient 9 à s’exprimer devant l’Organisation des Nations Unies (13/09/10). La plupart a été grièvement blessée et a dû être amputée. Pourtant, malgré leurs séquelles, ils sont allés témoigner à l’ONU pour attirer l’attention des hauts responsables sur la raréfaction des espèces de requins. Une prise de parole digne et courageuse, qui a suscité l’admiration de par le monde. Dans un entretien accordé au Parisien (16/09/10), Yann Perras – qui a eu son pied arraché par un grand requin blanc en 2003, au Vénézuela – explique cette démarche étonnante : « Si nous avons été capable de faire le pas et de se détacher de cette image du requin assoiffé de sang et mangeur d’homme, le reste du monde est capable de le faire. »
Attaqués par un requin, ils plaident en sa faveur devant l’ONU

100 millions de requins massacrés par an

La situation des requins est aujourd’hui dramatique. Est pointée du doigt la cruauté des techniques employées, à l’instar du finning [de l’anglais fin, qui signifie nageoire, NDLR] : les requins sont capturés, leurs ailerons coupés, puis rejetés à la mer encore vivants. Eric Stéphan, chargé de mission scientifique à l’Apecs [Association pour l'étude et la conservation des sélaciens*, NDLR] explique que « cette méthode se généralise malheureusement de plus en plus, tant les ailerons rapportent beaucoup d’argent ».

Une pratique révoltante à laquelle s’ajoute la pêche accidentelle de nombreux poissons, coincés dans les filets de pêche, et qui constitue la première menace en Europe à l’encontre du requin. Cent millions de requins** sont décimés chaque année pour leur chair et leurs ailerons. 800 000 tonnes sont commercialisées chaque année. Des chiffres vertigineux qui résument à eux seuls le « délit de sale gueule » dont le requin est victime depuis des dizaines d’années, alors que l’on dénombre davantage d’accidents mortels liés à la foudre qu’aux requins. « La série de films "Les dents de la mer" a beaucoup contribué à véhiculer une image négative de l’espèce qui lui a été préjudiciable » argue Eric Stéphan.

1 requin sur 3 menacé d’extinction

Les instances nationales et internationales semblent ne faire que peu de cas de ce véritable carnage. Seules 3 espèces sur les 350 à 400 répertoriées sont protégées par la Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), et aucune ne bénéficie du statut d’espèce protégée en France ! On estime pourtant qu’une centaine est en voie de disparition, soit une espèce de requin sur trois. Et que la moitié sera menacée dans moins d’une décennie si rien n’est fait.

La prise de parole des « rescapés » va-t-elle permettre de faire bouger les choses ? Pour Eric Stephan, « il s’agit surtout d’un symbole, qui doit inciter le grand public à changer son a priori sur cet animal méconnu et mystérieux, qui fascine autant qu’il inspire un sentiment de peur ». Sa survie est pourtant indispensable à l’équilibre des océans : « Par son statut de super prédateur au sommet de la chaîne alimentaire, le requin joue un rôle de régulateur des espèces, poursuit Eric Stéphan. Sans compter qu’il privilégie les proies les plus faibles, comme les animaux malades, pour ses repas ». En nettoyant ainsi les océans, le requin joue un rôle essentiel. Sa progressive disparition aurait un effet dévastateur sur l’équilibre de l’écosystème.


*Sélaciens : ancien nom des poissons cartilagineux appartenant à la famille du requin
**Chiffres : Centre d'Actualité de l'ONU, PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement), 2009.


Photo : © Ian Scott - Fotolia.com

Commenter

  1. chypie2B 09/10/2010 à 21:15:28

    Il faut que ça bouge pour les requins ces animaux sont très importants pour l'écosystème puis malgré cette image c'est tellement magnifique un requin!!Wink