Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Législation

Conditions de transport des animaux d’élevage : des recommandations revues à la baisse !

Il est indispensable de privilégier le transport de carcasses plutôt que d’infliger des souffrances à ces êtres sensibles ! Image d'illustration ©Animal Welfare Foundation

Appelés à voter sur les conditions de transport des animaux vivants, les eurodéputés ont revu à la baisse les recommandations issues de la commission d’enquête (ANIT). Si quelques avancées – timides – sont à saluer, notamment l’extension du règlement actuel aux lapins, volailles et poissons, la Fondation 30 Millions d’Amis continue d’exiger des mesures beaucoup plus drastiques.

Déception ! Si le texte visant à renforcer le règlement européen relatif aux conditions de transport des animaux vivants – datant de 2004 – a été adopté, avec 557 voix pour, 55 contre et 78 abstentions (20/01/2022), la Fondation 30 Millions d’Amis déplore toutefois un cruel manque d’ambition pour lutter efficacement contre la souffrance animale. En effet, si les eurodéputés ont demandé l’extension du règlement européen actuel aux « lapins, volailles et poissons », ainsi que la nomination d'un commissaire européen « responsable du bien-être animal » et un plan d’action pour « passer au transport de viande plutôt que d'animaux vivants », en revanche, la plupart des recommandations issues de la commission d’enquête (ANIT) ont paradoxalement été revues à la baisse.

Le transport maritime, exclu des améliorations !

Les eurodéputés ont ainsi souhaité fixer à 8 heures la durée maximale de transport des animaux – une mesure réclamée par la Fondation 30 Millions d’Amis – mais uniquement à destination des abattoirs et par voie terrestre ou aérienne… excluant de facto les transports maritimes, qui font pourtant endurer aux animaux un véritable calvaire. Au total, plus de deux millions et demi de bovins, ovins et caprins sont transportés chaque année par la mer, depuis l’UE vers des pays tiers, dans des conditions barbares. Au mois de mars 2021, 130.000 moutons s’étaient retrouvés coincés dans des navires pendant une semaine lors du blocage du Canal de Suez. Quelques jours plus tôt, plusieurs centaines de veaux avaient été abattus au port de Carthagène (Espagne) après plus de deux mois d'errance en mer, à la suite d’un blocage administratif. Six mois auparavant, le naufrage du Gulf Livestock 1 causait la mort de plus de 6000 bovins ainsi que 40 membres d'équipage (09/2020), moins d’un an après le chavirage du Queen Hind dans lequel plus de 14.000 moutons avaient péri (11/2019).

Une faible protection des animaux non sevrés ou en gestation

« Ces recommandations ne font pas grand-chose pour mieux protéger les animaux des conditions très souvent épouvantables, et parfois mortelles, qu'ils doivent endurer pendant le transport au sein de l'UE ou lorsqu'ils sont exportés vers des pays tiers », a estimé pour sa part Léopoldine Charbonneaux, directrice de l'association de défense des animaux d'élevage CIWF, jugeant que le texte ne protège pas assez les animaux « non sevrés et en gestation ». Alors que la commission d’enquête prônait « l’interdiction des transports des femelles pendant le dernier tiers de leur gestation » ainsi que « l’interdiction des transports d’animaux non-sevrés jusqu’à 5 semaines et la limitation à 2 heures de transport maximum pour les autres animaux non-sevrés », les eurodéputés ont finalement décidé de « limiter simplement le temps de trajet des femelles en fin de gestation à 4 heures », et de « n’interdire que les transports d’animaux non-sevrés âgés de 4 semaines, à moins que la distance ne soit inférieure à 50 kilomètres », précise l’association Welfarm dans un communiqué. Des mesures à minima !

 

Le Parlement européen a décidé de renoncer à améliorer significativement le bien-être des animaux lors de ces trajets.
Welfarm

« Depuis 2004, les recherches scientifiques ont beaucoup évolué pour permettre de comprendre les souffrances provoquées par les transports de longue durée sur chaque espèce animale et comment les éviter », affirme Adrienne Bonnet, Responsable du Pôle Campagnes, Plaidoyer et Juridique chez Welfarm. L’ONG « regrette (donc) profondément la faiblesse de ce vote et le peu d’écho (reçu par) les discours de certains députés européens (à l’instar de Caroline Roose, Groupe des Verts/Alliance libre européenne ou encore Manuel Bompard, Groupe de la Gauche, NDLR), très en faveur d’une révision profonde des textes ». « Le Parlement européen a finalement décidé ce jour de renoncer à améliorer significativement leur bien-être lors de ces trajets », tance l’association.

La Fondation 30 Millions d’Amis reste mobilisée

Alors que ce texte voté par le Parlement européen devra être examiné par le Conseil de l’Union européenne ainsi que par la Commission européenne (pour une proposition législative prévue à l’automne 2023, NDLR), la Fondation 30 Millions d’Amis continue d’exiger une stricte limitation des transports de tous les animaux vivants à 8 heures par jour et l'arrêt des exportations des animaux vivants hors Union européenne, affirmant qu’il est indispensable de privilégier – voire généraliser – le transport de carcasses plutôt que d’infliger des souffrances à ces êtres sensibles. La pétition de la Fondation pour réclamer l’arrêt des transports d’animaux de boucherie en temps de canicule a d’ailleurs recueilli près de 87.000 signatures, et 81 % des Français se déclarent favorables à ce que les animaux de ferme soient abattus sur le lieu de leur élevage par des professionnels, pour éviter les souffrances liées au transport des animaux et les scandales de maltraitance dans les abattoirs (Baromètre Fondation 30 Millions d'Amis/Ifop, 2021).

Commenter

  1. AnneV 22/01/2022 à 20:13:35

    Les politiques, hors mis leurs émoluements excessifs, sont frileux concernant des êtres vivants et sensibles ! Leur "sensibilité" n'est pas extensible !!!!!!!!!!!!! Foie gras, champagne et salaires délirants, ils connaissent ! La souffrance des autres (humains et animaux) "On verra plus tard !!!! " Le parti "Animaliste" j"espère, fera un bon score, histoire de mettre un pavé dans la mare ! Sinon, je change de planète !!!!

  2. Marty luciana 22/01/2022 à 08:48:57

    les pauvre animaux il part a l'abattage sa ne sert a rien