Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

Ariège : la justice administrative suspend la chasse à la perdrix des neiges

Une association avait saisi le juge des référés pour obtenir en urgence la suspension de cet arrêté, autorisant les chasseurs à tuer dix perdrix des neiges entre le 3 et le 24 octobre 2021. ©Wonho Son -Pixabay

Le tribunal administratif de Toulouse a suspendu un arrêté préfectoral autorisant en Ariège la chasse à la perdrix des neiges ou lagopède alpin, un oiseaux de montagne menacé « à terme » de disparition.

L'association Comité écologique ariégeois avait saisi le juge des référés pour obtenir en urgence la suspension de cet arrêté du 1er octobre, autorisant les chasseurs à tuer dix perdrix des neiges entre le 3 et le 24 octobre. Or, "la fixation à dix du nombre de prélèvements ne permet pas de garantir" qu'ils "ne compromettront pas les efforts de conservation" de cet oiseau de montagne menacé "à terme" de disparition, écrit le juge dans sa décision rendue mercredi (14/10/2021). Il ordonne donc la suspension de cet arrêté jusqu'à ce que le tribunal administratif ait statué sur son éventuelle annulation, également demandée par le Comité écologique ariégeois.

Une "nouvelle victoire"

La préfète de l'Ariège avait demandé au tribunal de rejeter la requête de l'association, affirmant notamment que "au regard des faibles effectifs de prélèvements autorisés (...) durant une période très restreinte, il n'y a pas de risque de disparition de l'espèce ni de diminution sensible des effectifs". La Fédération départementale des chasseurs de l'Ariège notait aussi que "le quota retenu est très modeste" et demandait également le rejet de la requête. En revanche, France Nature Environnement a qualifié sur Twitter la décision du juge des référés de "nouvelle victoire".

(Avec AFP)