Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Transports d’animaux vivants : cet été, ils vont vivre l’enfer !

Bovins et ovins seront à nouveau menacés par les conditions catastrophiques des transports d'animaux./Photo d'illustration ©Adobe Stock-Ronald Rampsch

Comme chaque année, des milliers d’ovins et de bovins sont toujours transportés par camions et par bateaux à travers l’Europe, par des températures estivales parfois extrêmes. Si elle existe, la réglementation de l’Union est rarement appliquée faute de moyens, de contrôles et de sanctions dissuasives. La France restant aux abonnés absents, la solution pourrait venir des instances européennes. La Fondation 30 Millions d’Amis réclame, elle, l’interdiction des transports d’animaux vivants hors UE.

Des animaux entassés dans des camions surchargés sous des températures caniculaires pendant de (trop) longues heures… Ces scènes reviennent pourtant chaque été dans l’indifférence de certains gouvernements européens, dont la France.

Des transports routiers interminables

Si les transports d’animaux vivants ont lieu toute l’année, le calvaire prend une toute autre dimension en période estivale avec le mercure qui s’affole et les (trop nombreux) kilomètres avalés. « L’été, c’est la grande saison des transports, regrette Léopoldine Charbonneaux, directrice du CIWF France (Compassion in World Farming) contactée par 30millionsdamis.fr. Ils sont particulièrement fatigants pour les animaux, stressants avec parfois des températures extrêmes et des problèmes d’abreuvement. Qu’on se le dise, plus un transport est long, plus il sera source de problèmes. »

En théorie, la réglementation européenne CE1/2005 est censée protéger ces animaux, imposant « une attention particulière portée à l‘aptitude des animaux au transport, aux conditions de transport, aux contrôles vétérinaires, au traitement des animaux et aux différents modes de transport ».

 

Plus un transport est long, plus il sera source de problèmes.

Léopoldine Charbonneaux, directrice du CIWF France

 

« Dans la pratique, on en est loin, rappelle Léopoldine Charbonneaux. L’application du règlement revient aux pays. La réalité, c’est un manque de contrôle et de volonté politique. Les sanctions ne sont pas dissuasives. Le personnel est très peu formé, les temps de repos pas respectés… »

Si le pays de départ est « responsable de l’application jusqu’au bout », le flou est de mise une fois les frontières européennes traversées. Les « carnets de routes sont parfois irréalistes », de nombreux employés « ne prennent pas en compte les horaires de fermeture des préfectures délivrant les autorisations ». « De la Bulgarie à la Turquie, les temps d’attente sont terribles par exemple, relate la directrice de CIWF France. Et une fois la frontière passée, il n’y a plus aucun suivi. »

Les transports maritimes, « des navires poubelles »

En mer, les conditions des animaux transportés choquent tout autant. On l’a vu avec les 130 000 moutons bloqués dans le Canal de Suez fin mai 2021. Ou encore la triste odyssée des centaines de bovins de l’Elbeik et du Karim Allah abattus au port de Carthagène (Espagne) après plus de deux mois d’errance en mer suite à un blocage administratif de la Turquie à la mi-décembre 2020.

« La grosse différence entre les camions et les bateaux, c’est qu’en mer, il n’y a pas de limitation d’heure, rappelle Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis. Ces transports maritimes sont de véritables navires-poubelles. C’est un enfer pour les animaux. ».

Dans une enquête poussée, l’association Robin des Bois, Animal Welfare Foundation et Tierschutzbund Zürich ont souligné les manquements gravissimes à bord des 78 bétaillères maritimes agréées par l’Union européenne. Parmi elles, seules 5 étaient réellement conçues à cet effet. « En mer, une machine-outil est transportée avec plus de soins qu’une vache et un lot d’ordinateurs avec plus de précautions qu’un troupeau de moutons », a lâché un responsable de l’enquête.

La commission denquête de l’UE, une lueur d’espoir ?

 

En mer, une machine-outil est transportée avec plus de soins qu’une vache!

Association Robin des Bois

Seule éclaircie à ce sombre tableau, l’UE a également lancé de son côté une commission d’enquête en juin 2020 qui devrait rendre ses conclusions à la fin 2021. « C'est un premier pas important qui va nous donner les moyens de nous pencher sur les raisons de ces souffrances endurées par les animaux », s'était félicitée l'eurodéputée (Verts/ALE) Caroline Roose.

Une bonne nouvelle que souligne également CIWF indiquant que « les avancées viendront de l’Europe ». « Nous attendons beaucoup de cette commission d’enquête, explique Léopoldine Charbonneaux. Après des années sclérosée, la Commission européenne commence à s’activer. C’est une volonté que nous n’avions pas vue jusque-là. »

Toutefois, les ministres de l’Agriculture des 27 Etats réunis le 28 juin 2021 ne se sont pas prononcés en faveur de l’interdiction des exportations d’animaux à destination des pays tiers, s’inquiète Welfarm dans un communiqué. L’association de défense des animaux de ferme regrette « la position du Conseil de l’Union européenne, qui se contente d’une série de mesures partielles, dont l’objet consiste à protéger juste un peu plus les animaux pendant le transport ». L'Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas avaient pourtant réclamé l’interdiction, à l’échelle de l’Union européenne, du transport de bétail sur de longues distances vers les pays tiers, par camion et par bateau.

Et la France ?!

La France, elle, ne devrait pas jouer le rôle de locomotive sur le sujet, tant les gouvernements successifs ont été absents du débat autour des transports d’animaux vivants. Même si le cabinet du ministre de l’Agriculture a affirmé dans les colonnes du Parisien qu’un « décret viendra prochainement concrétiser les annonces gouvernementales en améliorant notamment les conditions de transport par voie maritime ». Durant l'été, l'association Welfarm relance son application « Truck Alert » permettant de signaler les transports d'animaux vivants par plus de 30°C, dans le but d'obtenir l'interdiction de ces trajets par fortes chaleurs et la suspension des exportations d'animaux à destination des pays tiers de l'Union européenne.

La Fondation 30 Millions d’Amis milite depuis de nombreuses années pour une limitation des transports d’animaux vivants à 8 heures par jour et pour l'arrêt des exportations hors Union européenne. La pétition de la Fondation pour réclamer l’arrêt des transports d’animaux de boucherie en temps de canicule a recueilli près de 85 000 signatures, alors que 81 % des Français se déclarent favorables à ce que les animaux de ferme soient abattus sur le lieu de leur élevage par des professionnels, pour éviter les souffrances liées au transport des animaux et les scandales de maltraitance dans les abattoirs (Baromètre Fondation 30 Millions d'Amis/Ifop, 2021).

Commenter

  1. Clairette2 29/07/2021 à 23:00:14

    Drôle de vie d'être veaux,  vaches, cochons, moutons et j'en passent - Rien ne bouge concernant le transports de ces pauvres bêtes entassées les unes sur les autres et qui vont finir dans les camps de la mort (camps de concentration pour animaux) - l'homme est bien cruel 

  2. pouguy 29/07/2021 à 17:31:51

    à quand le décret va etre aplicable ? dans 10 ans peut etre, et l'europe qu'est-ce qu'elle fout, on paie ces gens à rien foutre

  3. nous pour eux 28/07/2021 à 17:58:15

     

    Un «décret viendra prochainement concrétiser les annonces gouvernementale »,MAIS ON NE NOUS DIT PAS DE QUELLE ANNEE !Depuis des lustres que ça dure ……

     

  4. catherinebambi 28/07/2021 à 16:55:40

    Ces transports d'animaux, surtout par de fortes chaleurs, m'ont toujours déséspérée.

    Apparemment beaucoup de gens ne voient l'horrible souffrance qu'ils cotoient chaque jour dans ces camions de l'horreur.

    Qui mettra fin à tout cela.

    Autant de souffrance ne peut aider le monde à fonctionner.

     

  5. icare7 28/07/2021 à 11:33:57

    " un décret viendra prochainement sous peu " = cela fait des lustres que l'on nous balance ces balivernes et RIEN est fait pour réduire la souffrance animale !

    Que fait ce ministre de l' Agriculture ? Enfin losqu'on voir celui de la " jusrice" mis en examen, on peut s'interroger sur le sérieux et la compétence de ces individus ! Pauvre France !

  6. mamy evette 28/07/2021 à 11:05:22

    J'ai vraiment l'impression que les choses sont ancrées et ne sont pas prêtes de bouger.

    Il faut peut-être d'autres moyens pour mettre fin à toutes ces souffrances ???

  7. Bandy86 28/07/2021 à 10:12:53

    Tous ces transports sont honteux, ce n'est qu'une question d'argent. Nous devons encore et encore nous battre pour sauver ces animaux. Cela va être long, très long mais il faut garder espoir et éduquer nos enfants dans la protection des animaux. Mais aussi diminuer voir même arrêter de manger les animaux, ce sera un grand pas de fait pour les protéger.

  8. AnneV 22/07/2021 à 17:56:46

    Il en faudra des mois (années) de batailles pour que ces animaux, destinés à mourir pour ceux qui mangent encore de la viande, soient respectés ! On y arrivera ! L'Europe ou la mobilisation des citoyens mais on y arrivera !