Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

Dubaï dit renforcer la lutte contre la possession illégale d'animaux sauvages

Des images postées sur des réseaux sociaux montrent régulièrement des habitants des Émirats jouant dans leurs jardins privés avec des lions ou des léopards. ©capture écran Instagram

Les autorités de Dubaï ont annoncé la formation d'une équipe spéciale dédiée à la lutte contre la possession illégale d'animaux sauvages et dangereux dans l'émirat du Golfe, où cette pratique reste très populaire chez certains propriétaires de villas cossues.

L'annonce intervient quelques semaines après des images diffusées sur les réseaux sociaux de ce qui ressemblait à un gros félin noir circulant dans un quartier résidentiel [selon les médias locaux, l'animal était en fait un chat domestique, NDLR], alors qu'une loi de 2016 interdit de posséder et de commercialiser des animaux dangereux aux Emirats arabes unis, dont Dubaï est l'une des sept composantes. De "nombreux cas de violation au cours des dernières semaines" ont été rapportés, selon les autorités qui disent avoir "reçu plusieurs plaintes du public à cet égard" .

"Le commandement général de la police de Dubaï et la municipalité de Dubaï ont dévoilé une équipe conjointe pour mettre en oeuvre la loi fédérale de 2016 réglementant la possession d'animaux dangereux", a indiqué la police de Dubaï dans un communiqué (15/06/2021). Elle assure que les autorités oeuvrent déjà à "éloigner (ces bêtes) des zones résidentielles en les transférant dans leurs habitats naturels ou dans des centres de protection animale compétents et agréés".

Des lions et des léopards dans les jardins privés

Des images postées sur des réseaux sociaux montrent régulièrement des habitants des Emirats et d'autres monarchies du Golfe jouant dans leurs jardins privés avec des lions ou des léopards domestiqués. D'autres conduisent leurs véhicules avec des guépards dangereux placés sur le siège passager. En vertu de la loi de 2016, les contrevenants peuvent être condamnés à une peine allant jusqu'à six mois d'emprisonnement et/ou à une amende de 500.000 dirhams (environ 112.000 euros).

(Avec AFP)