Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Actualités

Ardèche : le meurtrier du coq Marcel condamné à cinq mois avec sursis

L'ex-propriétaire du gallinacé reste traumatisé d'avoir retrouvé son coq tué à la carabine et embroché sur une barre de fer. Image d'illustration - ©Kazi Faiz Ahmed Jeem /unsplash

Le tribunal correctionnel de Privas a condamné un habitant de la commune de Vinzieux (Ardèche), à cinq mois de prison avec sursis pour avoir tué en mai dernier Marcel, un coq qui vivait dans la propriété voisine.

L'accusé, qui a reconnu les faits, a également écopé de 300 euros d'amende et d'une interdiction de port d'arme durant trois ans. "Cela ne réparera jamais ce qui a été commis", a commenté à l'AFP l'ex-propriétaire du gallinacé Sébastien Verney, encore traumatisé d'avoir retrouvé son coq tué à la carabine et embroché sur une barre de fer. "Mais pour nous l'objectif était vraiment qu'il y ait un acte fort au niveau de la justice face à ses atteintes au patrimoine sensoriel rural de plus en plus agressé", a-t-il ajouté (7/12/2020).

Peu après les faits, M. Verney avait créé une page Facebook qui a recueilli de nombreux témoignages et marques de soutien, incitant ce dernier à lancer la pétition "Justice pour le coq Marcel", afin de "sensibiliser et d'apaiser les campagnes". Elle a, à ce jour, mobilisé près de 100.000 signataires.

Sensibiliser et apaiser les campagnes

Aujourd'hui, le combat de cette famille ardéchoise continue à travers l'association "Laissez-les chanter ! Protégeons le patrimoine rural", qui recense les atteintes au patrimoine sensoriel en France. Elle en a comptabilité une quarantaine en deux ans.

En 2019, le coq Maurice sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime) avait aussi été au centre d'un conflit judiciaire lancé par des voisins qui se plaignaient de son cocorico matinal. La justice avait finalement autorisé le coq à continuer de chanter. L'affaire avait incité l'Assemblée nationale à voter en janvier une proposition de loi introduisant la notion de "patrimoine sensoriel" des campagnes dans le droit français. Elle attend toujours d'être présentée aux sénateurs.

(Avec AFP)