Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer


 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Débat

Handicap : une campagne pour davantage de chiens d'aide à la personne

450 chiens d'assistance, la plupart de race labrador, golden retriever et berger allemand, sont remis chaque année. Trop peu, selon les associations. ©Adobe Stock

(Avec AFP) - La Confédération nationale des organisations de chiens d'aide à la personne (Canidea) lancera une campagne de sensibilisation pour faciliter l'accessibilité des espaces publics et favoriser le recours aux chiens guides, à l'occasion de la Journée mondiale de mobilités et de l'accessibilité le 30 avril 2020. La Fondation 30 Millions d'Amis rappelle que l'accessibilité est un droit.

Cette campagne vise à sensibiliser les conseils départementaux et les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) aux aptitudes de ces chiens guides, d'assistance et de médiation, dont les différentes spécialités sont présentées dans une brochure qui leur sera remise. Aveugles, sourds ou encore diabétiques : dans un pays comptant près de 12 millions de personnes atteintes d'un handicap, Canidea fédère douze associations qui éduquent et remettent gratuitement des chiens guides et d'assistance.

Un total de 450 chiens, la plupart de race labrador, golden retriever et berger allemand, sont remis chaque année, "trop peu"."Il est extrêmement difficile d'accentuer les remises de chiens d'aide à la personne car leur éducation est règlementée. L'aide animalière a commencé il y a une dizaine d'années et on en constate aujourd'hui les profits et les avantages", commente Paul Charles, président de Canidea.

Une inégalité territoriale

L'inégalité d'accès aux espaces publics avec un chien guide est préjudiciable pour les enfants diabétiques ou sourds.
Paul Charles, Canidea

"Il y a une inégalité territoriale pour certains handicapés qui selon la région où ils habitent n'ont pas le droit à la carte mobilité inclusion et ne peuvent avoir un chien avec eux en permanence leur permettant l'accès à des espaces publics", déplore M. Charles. "C'est préjudiciable pour les enfants diabétiques ou sourds qui ont besoin de cette aide animalière", ajoute-t-il. Les chiens sont éduqués dans une perspective d'aide et de soin pour stimuler les bénéficiaires sur les plans cognitif, émotionnel, social et psychomoteur et bien se comporter dans les espaces publics.

Quelque 220 chiens d'aveugle, capables d'apprendre plus d'une cinquantaine d'ordres, sont remis chaque année. Le chien "écouteur" connaît la langue des signes. Il détecte des sons spécifiques, comme les pleurs d'un bébé et dirige son maître vers la source du bruit. Pour les handicapés moteur, soit 1,5 % de la population, le chien réalise des gestes compliqués voire impossibles à accomplir pour son maître, ouvrir ou fermer un tiroir et une porte. En moyenne, 70 chiens d'assistance à mobilité réduite sont remis par an.

Les acteurs privés doivent eux-aussi réagir

Quant au chien d'assistance pour diabétiques de type 1 qui concerne 20.000 enfants de moins de 20 ans, il détecte les variations de glycémies (hypoglycémies et hyperglycémies) et avertit son maître de la survenue de la crise par un coup du museau. Depuis 2018, 10 de ces chiens sont remis en moyenne chaque année.

La Fondation 30 Millions d'Amis, réagissant aux 3 refus successifs de prise en charge d'une personne non-voyante et de son chien guide par 3 chauffeurs Uber, réclame également l'exemplarité des acteurs privés en la matière. L'accessibilité est un droit !

Commenter

  1. nanou2017 13/03/2020 à 18:27:56

    Personnellement, j'ai vu un type malvoyant tabassé son chien dans la rue parce que cette pauvre bête s'était sans doute trompé de chemin, j'ai eu beaucoup de mal à ne pas intervenir. Plus tard, j'ai revu ce chien, il était très maigre avec le poil sale et d'une tristesse à pleurer

    C'est bien d'encourager les gens à ne pas traiter les animaux comme des jouets ou comme des meubles mais ce ne sont pas non plus des outils

    Donc, quand on confie un chien à un handicapé et que cette personne le maltraite, on est aussi responsable que lui de maltraitance