Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Enquête

Des bovins exportés par la France abattus dans des conditions atroces

Vaches laitières, taureaux, moutons, agneaux... Plus de 80 000 animaux de rente sont exportés de la France vers les pays du Maghreb et du Moyen-Orient chaque année. ©Animals international /Welfarm

Une nouvelle enquête de l’organisation Animals international, relayée par l’association Welfarm, révèle les conditions atroces dans lesquelles sont abattus des bovins d’origine française, exportés vers les pays du Maghreb et du Moyen-Orient. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui demande la fin de l’exportation des animaux vivants et la limitation de leurs transports, s’indigne des pratiques en vigueur et en appelle au ministre de l’Agriculture Didier Guillaume pour mettre fin à toute cette cruauté.

Suspendu par les pattes, traîné par les orbites oculaires, ligoté, saigné sans contention… Tel est le monstrueux traitement réservé à un jeune taureau né dans les Ardennes, transporté puis abattu au Liban. Une vache laitière provenant de l’Ain, exportée quant à elle vers le Maroc, ne connaît pas un sort plus enviable : elle ne succombera qu’après une interminable attente sous une chaleur étouffante, au milieu des cadavres de ses congénères. Ces deux animaux, parmi de nombreux autres bovins et ovins maltraités, ont été filmés par l’organisation Animals international au cours d’une série d’enquêtes entre 2017 et 2018 dans des abattoirs de « pays tiers » (hors Union européenne).

Attention, certaines images peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ainsi que des personnes non averties. ©Animals international /Welfarm

Relayée par l’association Welfarm pour la protection des animaux de ferme, la vidéo se concentre sur le destin de ces deux animaux d’origine française, pour soulever un problème en réalité bien plus vaste. Chaque année, plus de 80 000 bovins et ovins sont exportés par la France au Maghreb et au Moyen-Orient. « La vache laitière que l’on voit a passé 5 ans à produire du lait. Elle a parcouru des centaines de kilomètres jusqu’au port de Sète, puis elle a subi plusieurs jours de transport par bateau, avant de reprendre un camion jusqu’à l’abattoir marocain, précise Adeline Colonat, chargée de la campagne contre l’export d’animaux vivants chez Welfarm. Son cas est représentatif de ce qui se passe dans ces "pays tiers". »

Des animaux saisis par les yeux, ligotés, suspendus

 

Les autorités ferment les yeux dès l’instant où les animaux montent sur le bateau.
Adeline Colonat, Welfarm

L’association Animals international a réalisé, au total, une cinquantaine d’enquêtes dans les abattoirs d’Algérie, du Liban, du Maroc, de Tunisie et d’Israël au cours des 10 dernières années, dressant à chaque fois un constat effrayant. « Saisir les animaux par les yeux, les ligoter, les suspendre conscients, les saigner sans contention mécanique… Tout cela est interdit en France, mais très fréquent dans les abattoirs de ces pays, se désole Adeline Colonat. Pour les éleveurs français, c’est pourtant un débouché comme un autre. » Selon Welfarm, en 2018, les « pays tiers » du pourtour méditerranéen ont importé 2,8 millions de bovins vivants, soit deux fois plus qu’en 2012.

Avec ces images choc dont la diffusion accompagne une lettre adressée au gouvernement français, Welfarm réclame aujourd’hui la suspension du transport d’animaux vivants dans les pays tiers, au profit du transport de carcasses. « Tout est une aberration dans le fait de transporter des animaux vivants : on leur fait endurer des trajets longs, et ils sont abattus dans des pays sans réglementation pour les protéger. C’est un non-sens que d’exporter de la "viande sur pattes" !, s’exclame Adeline Colonat. Nous voulons aussi souligner l’hypocrisie de la France. Les autorités savent très bien ce qui se passe là-bas, mais elles ferment les yeux dès l’instant où les animaux montent sur le bateau. »

Les services vétérinaires doivent agir à leur niveau

 

C’est un non-sens que d’exporter de la "viande sur pattes".
Adeline Colonat, Welfarm

Si le ministère de l’Agriculture est le destinataire de cette demande, c’est bien l’ensemble du système qui est aujourd’hui visé. « Pour nous, c’est une responsabilité partagée entre les exportateurs, le gouvernement et les éleveurs, mais aussi les vétérinaires de la DDPP [direction départementale de la protection des populations, NDLR], qui autorisent le départ des camions. », affirme la chargée de campagne, rappelant qu’en Allemagne, des vétérinaires ont récemment refusé de donner leur accord pour le départ de camions de vaches gestantes à destination de l’Ouzbékistan. « Nous aimerions que les vétérinaires français s’interrogent par rapport à leur code de déontologie, lorsqu’ils valident les carnets de route selon la durée du trajet et de la météo, ajoute-t-elle. L’été dernier, ils ont autorisé le départ de centaines de poulets pour la Pologne, en pleine canicule ! ». Les autorités allemandes avaient retrouvé environ 500 poulets morts dans le camion.

En janvier 2019, le Parlement européen a fait parvenir à la Commission européenne un rapport au sujet des transports d’animaux sur de longues distances, constatant de multiples souffrances lors de l’abattage dans les pays tiers, et recommandant par conséquent de privilégier le transport de carcasses plutôt que d’animaux vivants. La Fondation 30 Millions d’Amis, qui avait interpellé le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume pour suspendre le transport des animaux vivants pendant la canicule, milite pour une limitation des transports d’animaux vivants à 8 heures par jour et pour l’arrêt des exportations hors Union européenne.

Commenter

  1. HATIJOH 29/11/2019 à 15:32:24

    A QUAND UNE MARCHE POUR LA VIE ET CONTRE LA BARBARIE ? 

    LES POLITIQUES ONT LEUR PART DE RESPONSABILITE, LES ELEVEURS AUSSI QUI LAISSENT PARTIR LEURS BETES!

     

  2. Mimine31 26/11/2019 à 21:21:39

    Je ne suis absolument pas surprise par cette horreur. Nous sommes gouvernés par des individus qui sont plus pressés de pondre des réformes qui mettent les gens sur la paille que de faire preuve d'un minimum d'empathie pour ces pauvres bêtes. Chapeau aussi aux eleveurs qui se foutent éperdument de la façon dont sont abattues ces pauvres bêtes. Ces images sont le reflet de ce que la France devient. J'ai vraiment honte d'être un être humain.

  3. pepedom 22/11/2019 à 17:47:49

    scandeleux   honteiux j en ai les larmes au yeux et nos politiques que font ils rien a part fermer les yeux sur ce massacre 

    la race humaine devient des assassins  comment peu t on tué  des animaux dans ce pays sans hygiene sans respect pour l animal [***]

    hé vous les politiques sorté de vos bureaux et bouger vous le c** pour que cela arrête

  4. Bandy86 22/11/2019 à 02:25:13

    Je n'ai pas osé regarder la vidéo, les titres des paragraphes m'ont suffit pour avoir les larmes.

    Cela n'est pas prêt de s'arrêter, il y a de l'argent en jeux, donc on sait tous que ce qui rapporte ne s'arrête pas comme ça. tous ces articles me scandalisent et me mettent en colère à chaque fois, même si nous faisons tout notre possible pour arrêter tout ça, rien ne bouge. Tant que notre gouvernement ne s'investira pas !!!! Nos représentants politique ont peur d'affronter les pays du maghreb, donc ils se fichent pas mal du sort des animaux envoyés las-bas. C'est plus facile de fermer les yeux que de voir la vérité. Nous sommes dans un pays de HONTE.

  5. BABABIBI 20/11/2019 à 21:59:32

    Vu précédemment cette horrible vidéo avec WELFRAM.

    La situation est dans l'impasse puisque nous n'aurons jamais un politique courageux pour s'opposer à ces pratiques barbares.

    Ils ont la trouille de ces gens-là pour eux, pas pour nous.

    Vigilance Halal a récemment dénoncé ces mêmes pratiques plus près de chez nous, dans les abattoirs de la Seine-et-Marne (Bravo Monsieur Coppé !)

  6. ZIMBA 20/11/2019 à 00:04:40

    Abominable ! Toute cette souffrance animale me fend le coeur. L'être humain ne mérite pas de s'appeler "homme", mais "espèce sauvage", "destructeur", "criminel", "indifférent à toute souffrance".

  7. AnimeauxEnDanger14 19/11/2019 à 19:40:17

    Quant il s'agit d'argent il n'y a pas de scrupul pour les animaux ,pour certaint l'argent avant tout .

  8. v2v 19/11/2019 à 19:25:52

    Insupportable, je n'ai pas eu la force de voir l'intégralité de la vidéo. L'espèce humaine n'évolue décidément pas ! La législation devrait évoluer en interdisant l'exportation d'animaux (toutes espèces confondues), permettre l'abattage sur le lieu d'élevage et en cas d'impossibilité, le transport devrait être limité à l'abattoir le plus proche.

  9. pouguy 19/11/2019 à 18:04:39

    vu les photos ce n'est pas en france, quel horreur ces images, je croyais que ce qui se passait en abattoir était surveillé faut croire que non

  10. Christian.galliano@wanadoo.fr 19/11/2019 à 17:41:11

    En France il y a des lois pour un abattage plus respectueux des animaux, mais aujourd'hui plus de la moitié des animaux abattus dans notre pays ne sont pas étourdis pour la viande halal ( soit disant abattage rituel), pas besoin d'aller chercher les horreurs faites aux animaux dans les pays du Maghreb à quelques choses près les animaux subissent les mêmes atrocités dans notre pays , alors commençons à faire le ménage chez nous avant de vouloir donner des leçons aux pays de ce monde.