Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Enquête

L’enfer des truies en cages dans les élevages en Italie

Inséminées deux fois par an, les truies restent piégées dans des cages métalliques une grande partie de leur vie. ©Animal Equality /Capture d'écran

Des truies immobilisées dans des cages métalliques, couvertes de plaies, leurs porcelets pataugeant au milieu des déchets et des cadavres... L’association Animal Equality Italia révèle une nouvelle enquête consacrée aux élevages de porcs en Italie (03/09/2019). Des révélations similaires, qui concernaient des porcs élevés pour la production de jambon de Parme, avaient été rendues publiques par Envoyé Spécial sur France 2 en octobre 2018. La Fondation 30 Millions d’Amis soutient l’Initiative citoyenne européenne contre les élevages en cages.

« L’excellence italienne »… Vraiment ?! Régulièrement dénoncée par les associations de protection animale, la production de charcuteries d'Appellations d’Origine Protégée (AOP) italiennes à base de porc – fait aujourd’hui l’objet d’une nouvelle enquête de l’association Animal Equality. Tournée dans une ferme du nord de l’Italie entre janvier et mai 2019, la vidéo des lanceurs d’alerte montre des porcelets grelottant parmi les déchets, les insectes et les cadavres de leurs congénères, tandis que leurs mères se trouvent enserrées dans des cages métalliques les privant de tout mouvement.

« Malheureusement, à chaque fois que nous nous rendons dans un élevage de cochons – environ une fois par an, nous trouvons des lieux d’une saleté extrême, des animaux blessés et un sol jonché de cadavres, se désole Chiara Caprio, responsable de la communication chez Animal Equality Italia, interrogée par 30millionsdamis.fr. Et pourtant, 90 % des porcs sont vendus comme des produits de haute qualité* ! ». Parmi les 8 millions de cochons abattus chaque année en Italie, 80 % proviennent du nord du pays – en particulier de la région de Brescia, où ces images ont été tournées. En octobre 2018, un reportage de l’émission Envoyé Spécial sur France 2 – « Jambon de Parme, une vie de cochon ! » (4/10/2018) – faisait des révélations similaires et dénonçait les conditions déplorables d’élevages de truies en Italie.

Les cases de gestation toujours autorisées dans l’UE, y compris en France

Interdites au Royaume-Uni depuis 1999, les cases de gestation sont toujours autorisées dans les Etats de l’Union européenne – y compris en France – au cours des 4 premières semaines et la dernière semaine de gestation. Les truies étant inséminées deux fois par an, elles restent donc piégées une grande partie de leur vie. En Italie, plus de 500 000 truies subissent cette privation de mouvement. « Les cases de gestation sont légales, mais les critères précis sont en "zone grise", car rien ne les réglemente spécifiquement, explique Chiara Caprio. Les cages sont donc si petites que les truies peuvent à peine bouger la tête. En permanence gestantes, il leur devient impossible de se lever, ce qui cause des escarres et des plaies au ventre. »

Si la production de porc en Italie a connu une baisse ces dernières années – 8 millions de cochons abattus en 2018 contre 13 millions en 2002, un récent accord avec la Chine risque de changer la donne à l’avenir. « Les éleveurs de porcs sont déjà très dépendants de l’export, car la demande italienne ne suffit pas. Les consommateurs européens étant de plus en plus sensibilisés au bien-être animal à travers les enquêtes des associations, l’industrie agro-alimentaire – très puissante en Italie avec une importante part du PIB – développe des stratégies pour réagir », analyse Chiara Caprio.

L’initiative citoyenne européenne contre les cages

La Fondation 30 Millions d’Amis se scandalise du traitement aujourd’hui infligé à ces êtres vivants sensibles et contribue à l’Initiative citoyenne européenne la fin des cages dans l’Union européenne initiée par l’association CIWF. Pour donner à cette "super-pétition" toutes les chances d’aboutir, il est encore temps d’ajouter votre signature.

Commenter

  1. AnneV 05/09/2019 à 18:01:13

    Je suis végétarienne (et Dieu sait si j'aime la viande) et ne le regrette pas 1 seconde ! Par ailleurs, il y a plus de végétariens que de chasseurs : A quand le lobbie des "respectueux des animaux" ?