Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Maltraitance

Des veaux piégés et isolés dans des niches plastique à plus de 40°C !

Stressés par l'isolement dans leurs niches opaques, les veaux sont piégés sous le soleil en pleine canicule. ©DR

Dans une exploitation de vaches laitières de l’Isère, des veaux ont été cloîtrés dans des niches individuelles en plastique des heures durant… Avec la canicule, les jeunes bovins laissés en plein soleil ont dû supporter une chaleur étouffante avoisinant les 46°C ! Une véritable torture dénoncée par la Fondation 30 Millions d’Amis, qui a alerté les services de l’État.

C’est un lanceur d’alerte qui s’est adressé à la Fondation 30 Millions d’Amis pour signaler des veaux piégés en plein soleil… sous des températures supérieures à 40°C ! Dans cet élevage de l’Isère qui compte une centaine de vaches laitières, les veaux – séparés de leur mère pour permettre à l’exploitant de revendre le lait – sont enfermés dans des niches individuelles en plastique opaque : « Chaque année je vois les petits veaux tous seuls dans ces niches, et cela me brise le cœur, se désole le lanceur d’alerte. C’est scandaleux pour ces animaux qui ne demandent qu'à vivre près de leur mère, au milieu des prés ! »

Les veaux isolés souffrent d’un stress intense

Ne pouvant se voir qu’en glissant leur cou à travers un interstice entre des barreaux, et surtout, privés de contact tactile – pourtant essentiel à ces animaux sociaux –, les veaux isolés souffrent d’un stress intense. La Directive européenne sur la protection des veaux est pourtant très claire : elle interdit les logettes individuelles pour les veaux âgés de plus de 8 semaines, conformément aux demandes des associations de protection animale et à leur mobilisation au niveau européen.

Entre 0 et 8 semaines, ces cases peuvent être utilisées afin de réduire la propagation des maladies, mais à condition d’être dotées de « parois ajourées permettant un contact visuel et tactile direct entre les veaux » (art. 3, directive 2008-119-CE). Pourtant, certains éleveurs emploient encore des niches individuelles avec 3 parois sur 4 entièrement opaques, excluant tout contact direct : « Il est difficile d’évaluer en pratique si ces niches sont utilisées dans le cadre de la dérogation, à savoir en cas de problème sanitaire », explique le Dr Estelle Mollaret, vétérinaire pour l’association Welfarm contactée par 30millionsdamis.fr.

Et même lorsque l’absence de maladie est prouvée, il est facile d’éviter les sanctions. Si le ministère de l’Agriculture prévoit que la privation de contact visuel entre veaux ne doit pas excéder une journée, l’éleveur dispose de deux semaines pour régler un défaut de contact tactile* ! Une éternité pour ces animaux envoyés à l’abattoir à l’âge de 6 mois.

Piégés dans la fournaise

En pleine période de canicule, les veaux de cet élevage seraient restés cloîtrés dans leurs niches sous les rayons brûlants du soleil… L’atmosphère intérieure confinée atteignant un seuil critique d’environ 46°C ! Une fournaise pour ces animaux d’à peine quelques semaines, surtout quand on sait que la zone de confort conseillée pour un veau varie entre 5°C et 25°C. En l’espèce – et sous réserve que l’isolement des veaux étaient bien nécessité par des raisons sanitaires – l’exploitation a enfreint la réglementation en exposant ces animaux directement sous le soleil : « Les niches étaient en pleine chaleur, alors qu’il aurait été facile de les protéger », confirme le lanceur d’alerte.

Près de deux millions de veaux sont abattus chaque année en France, dont la plus grande partie provient du cheptel de vaches laitières, selon l’association Welfarm. La Fondation 30 Millions d’Amis a de son côté alerté les services vétérinaires de l’Isère sur la situation de l’exploitation mise en cause.

 Pour le contact visuel et tactile chez les veaux, à l'exception des loges ou des niches destinées à l'isolement des animaux malades, une non-conformité sera relevée : en l'absence de contact visuel entre veaux à l'exception du premier jour ; en l'absence de contact tactile, à minima 2 par 2 à travers les barrières, au-delà de 2 semaines. » Fiche protection et bien-être des animaux, ministère de l’Agriculture.

Commenter

  1. puce62 15/07/2019 à 20:24:18

    Pauvres petits!!! C'est ignoble de laisser ces pauvres bébés sous une chaleur torride!!

    Il faudrait pouvoir mettre cet éleveur à leur place et il comprendrait vite ce que c'est que de griller au soleil!!

    Comme si ce n'était pas déja suffisant de les enlever à leur mère pour être engraissés.

    Je suis végétarienne et oui ça m'énerve toutes ces horreurs faites aux animaux !!

    Comme ses pubs à la con où il est dit "mangez du veau"!! voir des poulets qui dansent c'est n'importe quoi !!! 

    Entièrement d'accord avec  ALAGALOPADE@GMAIL.COM et NPAGNARD@GMAIL.COM

     Il serait temps que le gouvernement fasse quelque chose pour sanctionner ce type d'horreur !!

    Il faudrait mettre cet article sur youtube pour informer plus de monde toujours et encore.

     

     

     

     

     

  2. jancia 13/07/2019 à 21:38:39

    Malheureusement on lit de plus en plus d’horreurs faites sur les animaux à croire que l’être humain n’a plus rien d’Humain! !!!

  3. 10loups 11/07/2019 à 19:55:43

    Voilà des années que je ne mange plus de viande de veau car chaque fois que j'aperçois ces niches plastiques dans les fermes, je frémis d'angoisse. C'est l'horrible engraissage qui perdure. On en voit encore pas mal de ces niches et je me demande si elles ne servent vraiment qu'à éviter les infections. Elles sont toujours opaques sur 3 côtés... On m'a dit aussi que s'ils ne se faisaient pas engraisser en France, ils partaient le faire en Italie ? Dans quelles conditions ?...

    Par contre j'ai eu un agriculteur à côté de chez moi qui laissait les veaux "sous la mère" c'est-à-dire dans les près avec elles jusqu'à 6 mois ; puis c'était l'abattage (en espérant qu'il ne soit pas rituel). Donc les veaux avaient 6 mois de vie normale. Un veau de 6 mois c'est déjà gros, de beaux petits taurillons pour les mâles. Les petites génisses ont plus de chance car souvent elles sont gardées pour agrandir le troupeau ou le renouveler. 

  4. alagalopade@gmail.com 11/07/2019 à 10:15:30

    Manger du veau, qu'elle dit la PUB .....

    Vous savez, ce petit veau retiré à sa mère à la naissance, qui n'a jamais connu le pis maternel mais la tétine caoutchouc avec le lait en poudre. Et s'il ne veut pas apprendre à téter ce biberon, tant pis pour lui.... Il doit grossir, enfermé dans cette prison de plastique, qu'il fasse chaud, ou froid, loin de tout contact protecteur ou réconfortant. L'engraissement des veaux est une maltraitance infinie sur toute la chaine, de la naissance à l'abattage , avec parfois à peine nés transportés dans des camions en métal pendant des heures sous le soleil pour partir en italie ou plus loin encore, sans repos, sans abreuvement. 

    Manger du veau, qu'elle dit la PUB : transposer Manger de la souffrance...... 

    Que les services vétérinaires fassent leurs travail et que cet éleveur maltraitant soit lourdement condamné. On peut toujours réver..... d'un monde meilleur pour les animaux

  5. mayaguigui 10/07/2019 à 22:47:00

    Cecie une honte , ont ne peut pas laisser des bêtes enfermer dans une case encore moins avec une tel chaleur pauvres bêtes !!!!

  6. pouguy 10/07/2019 à 19:22:02

    c'est comme ça que marche l'élevage intensif que les écologistes laissent faire, heureusement qu'il y a des associations pour dénoncer ce genre d'élevage lamentable. un animal c'est comme un humain, un bébé doit vivre avec sa mère et pas dans une cage

  7. murgod@outlook.com 10/07/2019 à 17:27:08

    La cruauté se love vraiment partout.

  8. npagnard@gmail.com 10/07/2019 à 13:31:56

    Tous ces éleveurs de bovins disent aimer leur animaux, non mais quelle rigolade ! Déjà, comment peut-on élever des veaux en les séparant de leur mère alors qu'il est prouvé qu'ils ont  un énorme besoin d'être ensemble. De plus, leur laisser que 6 mois de vie est une honte, pauvres bébés tout ça pour de l'argent. Pauvre humain qui n'a plus que le nom. Je ne mange plus du tout de viande depuis quelques années et j'espère, sans faire de prosélitisme, que beaucoup vont s'y mettre. On vit très bien, il y a tellement d'autres choses à manger.

    Ces pauvres sadiques d'éleveurs devraient lire le livre "Paroles d'animaux" , écouter ce qu'ils ont à nous dire de Karine Lou Matignon. Ils changeraient peut-être un peu leurs façons de faire, enfin, j'en doute mais on peut toujours rêver !

  9. lolipope94@gmail.com 10/07/2019 à 11:51:01

    Rien d autre a dire après avoir lu tous ces commentaires a part que ceux qui font ça ne sont de des grosse pou******** pour rester polie, quelle honte mais quelle honte, et moi aussi je ne mange pas de viande et de moins en moins de poisson une fois par mois et encore, tout ça à cause de cette mal traitance, ils se sont tiré eux même une balle dans le pied 

  10. scootifle 10/07/2019 à 10:11:20

    Faut pas croire que tous les éleveurs aiment leurs bêtes, certains n'en n'ont rien à faire sauf du PROFIT alors ceux là je ne les plains pas si ils n'arrivent pas à boucler leurs fins de mois, au moins il y a une justice. Quant aux vétérinaires ils font ça pour le FRIC toujours ce sale FRIC car cela rapporte et les animaux rien à foutre.

    Pour ma part je ne mange plus de viande et surtout pas les bébés, veau, agneau etc... et j'en suis fière.

    Quant au lait on dit que les gens en cosomme de moins en moins d'après la TV, alors qu'on arrête d'en jetter laissons le pour les bébés animaux. On devient complètement C sur cette terre et surtout des assassins.