Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Protection

Après leur rencontre avec F. de Rugy, les ONG attendent des mesures fortes et concrètes

Les ONG ont travaillé sur 4 thèmes : cirques avec animaux sauvages, delphinariums, élevage pour la fourrure et zoos. ©Spencer Wright/Flickr ; Andrea Izzotti/AdobeStock ; M. Georgys/AdobeStock.

À l’issue de la concertation lancée par le ministre de la Transition écologique et solidaire (24/04/2019), la Fondation 30 Millions d’Amis et 17 autres ONG de protection animale ont notamment réclamé l’interdiction de la détention des animaux sauvages dans les cirques et les delphinariums ainsi que l’interdiction des élevages de visons destinés à la fourrure.

Dix semaines de travail acharné, quatre commissions… et des attentes sociétales fortes. Alors que la concertation entre le ministre de l’Ecologie, la Fondation 30 Millions d’Amis et une vingtaine d’autres organisations de protection animale touche à sa fin, les ONG ont présenté leurs propositions sur les quatre thèmes de travail : animaux sauvages dans les cirques, cétacés dans les delphinariums, élevage de visons pour la fourrure et parcs zoologiques. Face à l’impossibilité absolue de satisfaire les besoins physiologiques et comportementaux des animaux sauvages en captivité, elles réclament une interdiction de détention des animaux sauvages dans les cirques et les delphinariums, ainsi que l’interdiction des élevages de visons destinés à la fourrure.

L’amélioration de la condition animale passe par des mesures ambitieuses

L’amélioration de la condition animale ne passe pas par l’agrandissement ou l’enrichissement des cages ou des bassins, des promesses à respecter la législation existante, que déjà nul n’est censé ignorer, ou encore des interprétations anthropocentriques de ce que pourrait ou devrait être le bien-être animal. Aucune norme complémentaire ne permettra de rendre ces pratiques acceptables et justifiables. En revanche l’amélioration de la condition animale passe par des mesures ambitieuses et des engagements forts, qui prennent en compte les besoins et intérêts propres à chaque espèce, la réalité des situations, les alternatives existantes et les attentes de la société civile. L’argument économique, pris en compte par les organisations en proposant des mesures de transition, ne saurait en aucun cas être un frein aux nécessaires progrès vers une société plus juste envers les animaux.

Bien-être animal : une demande sociétale forte

Les organisations de protection animale ne fondent pas leurs arguments sur une vision philosophique du bien-être animal mais sur des données scientifiques, qui démontrent, en plus des pathologies et blessures visibles, les souffrances psychologiques des animaux sauvages détenus en captivité. Ces demandes tiennent compte de leur expérience sur le terrain, des failles d’application des réglementations actuelles qu’elles ont pu constater, des attentes sociétales et politiques grandissantes, de l’impact pédagogique négatif des spectacles avec animaux sauvages et des enjeux de protection de la nature. De plus, ces demandes d’interdictions sont soutenues par un nombre croissant de Français et d’élus1.

« Défendre la cause animale, c’est servir le progrès humain »

La préoccupation pour la cause animale n’est plus l’apanage des seules organisations de protection animale ; c’est devenu un enjeu éthique et politique. Le ministre d’État a dit en lançant cette concertation : « Défendre la cause animale, c’est servir le progrès humain. (...) On ne peut plus aujourd’hui prétendre à l’humanisme sans prendre en compte pleinement le bien-être animal ». La France doit s’engager sur cette voie du progrès, pour une société plus juste, plus respectueuse et responsable. Le gouvernement doit se donner les moyens d’agir concrètement, au-delà des discours incantatoires sur l’importance de la prise en compte du bien-être animal. François de Rugy l’a souligné le 3 juillet : « Ce n’est pas parce que les choses existent depuis longtemps qu’elles doivent être immuables. ». Les organisations ne demandent qu’à le croire et attendent à présent des actes concrets et forts.

1 - Des attentes claires de la société civile et de nombreux élus :
• 67 % des Français souhaitent l'interdiction de l'exploitation des animaux sauvages dans les cirques (sondage Ifop pour la Fondation 30 Millions d’Amis - février 2019).
• Au niveau national, en 2 ans, ce sont 4 propositions de loi et 33 questions écrites parlementaires qui ont été adressées au Ministre de la Transition écologique et solidaire par des députés et sénateurs concernant la présence des animaux sauvages dans les cirques.
• Au 24 juin 2019, 361 communes veulent une interdiction totale de l’utilisation des animaux sauvages dans les cirques (Source Code Animal).
• 7 Français sur 10 sont opposés à la captivité des dauphins et des orques dans des parcs aquatiques.
• 86 % de nos concitoyens estiment que le gouvernement devrait plutôt encourager et accompagner la création de sanctuaires ou refuges marins pour accueillir ces cétacés captifs et les réhabituer à la vie sauvage.
• 8 Français sur 10 sont fermement opposés sur la présence d’ours polaires dans les zoos situés dans des régions méditerranéennes. (sondages Ifop pour C’est Assez ! et les fondations Brigitte Bardot et 30 Millions d’Amis - novembre 2018).
• 9 Français sur 10 considèrent que la protection des animaux est une cause importante.
• 65% des Français n'ont pas confiance dans le gouvernement actuel pour faire face aux lobbies.
• 60% sont mécontents du gouvernement en matière de protection animale. (sondages Ifop pour AnimalPolitique - janvier 2019).

Organisations signataires
AVES France (Christophe Coret, 07 81 20 82 11) - C’est assez ! (Christine Grandjean, 06 74 03 89 77) - Campaign Against Canned Hunting (CACH) France et Green Cross France et Territoires CCFT (Julie Lasne, 06 82 85 49 40) - Code Animal (Alexandra Morette, 06 25 72 14 99) - Confédération Nationale Défense de l'Animal (Florian Sigronde, 07 61 78 53 43) - Convergence Animaux Politique (Melvin Josse, 06 71 10 68 47) - Fondation 30 Millions d’Amis (Christel Petit, 06 14 43 11 72) - Fondation Assistance aux animaux (Patricia Lortic, 06 77 39 17 92) - Fondation Brigitte Bardot (Elodie Gérôme-Delgado, 01 45 05 94 58) - L214 - La Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences (LFDA) (Nikita Bachelard, 01 47 07 98 99) - La Société Protectrice des Animaux (SPA) (Emilie Massard, 06 73 23 63 16) - Les Pisteurs (Céline Paterre) - Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) (Allain Bougrain-Dubourg, 06 11 15 18 18) - One Voice (Muriel Arnal) - Paris Animaux Zoopolis (Amandine Sanvisens, amandine@zoopolis.fr) - Réseau-Cétacés (Sandra Guyomard, 06 22 66 84 67).

Commenter

  1. pietrouse 11/07/2019 à 00:32:33

    Il prefere manger du homard !

  2. murgod@outlook.com 10/07/2019 à 17:18:06

    Le non respect de la protection animale, sous tous ses aspects, et envers TOUS les aniamux, est intolérable.

  3. PATNO 09/07/2019 à 20:15:33

    Rappelez moi c'est qui ce de rugy? Ah oui le larbin qui se lave au glyphosate qui bouffe de l'aluminium au petit dej  il a des gosses? Ca le dérange pas qu'ils n'aient pas d'avenir? Comment on peut se prétendre écolo et ministre je comprendrais jamais il y a le feu mais regardez autour de vous bon sang c'est déjà trop tard hélas 

  4. getine 09/07/2019 à 19:18:28

    Je souhaite de tout coeur que vous soyez entendus, mais il me semble que le gouvernement ait du mal à entendre les défenseurs de la cause animale. Il n'y a qu'à voir les avantages accordés aux chasseurs !

  5. invariant 09/07/2019 à 18:49:18

    En matière de défense animale les actions à mener sont hélas très nombreuses et toutes sont dignes de l'être.

    Seule la dignité politique manque à l'appel. On ne peut qu'espérer que nos dirigeants et autres parlementaires écoutent pour une fois un peu plus l'opinion publique et un peu moins les lobbies, mais cà......

  6. icare7 09/07/2019 à 18:44:29

    Il serait grand temps que les politiques s'intéressent au sort et au bien-être des animaux ( domestiques ou sauavages ) ! Trop de laxisme de leur part et de celle de la " justice " !

  7. mookie 09/07/2019 à 18:14:34

    avec un pseudo ministre opportuniste de rugy,c'est pas gagné mais faut toujours continuer le combat et vous ferez un don.

    merci a vous et toutes les autres associations

  8. wik 09/07/2019 à 18:02:11

    ce serait une super nouvelle mais pour la fourrure c est tous les animaux qu il faut protéger

  9. brb 09/07/2019 à 17:23:10

    Bien... si c'est suivi d'effets.

    Mais ne pourrions-nous pas aussi et même d'abord s'occuper de réformer la chasse ?

    Est-il sensé de laisser des dizaines de milliers de gens avides de tuer, souvent avinés, au comportement souvent agressifs envers les non-chasseurs et même en période de chasse fermée, se croyant avoir tous les droits, se balader avec des armes létales et s'en servir librement en pleine nature ?

    Rappelons quand même que l'on emm... sans arrêt la totalité des citoyens  à chaque entrée de supermarché ou de lieux public (ne parlons même pas des manifestations) pour oser avoir dans sa poche ou dans son sac un petit canif, qui pour ma part m'a sauvé la vie un jour.

  10. Hélène A 09/07/2019 à 17:12:13

    Ces combats sont formidables, c'est totalement légitime de défendre des êtres sans défense !

    Aussi, pourquoi se focaliser uniquement sur les visons et non pas sur TOUS les animaux exploités pour leur fourrure, comme les lapins angoras par exemple dont on sait que, même en France, leurs poils leur sont arrachés à vif  ???

    Encore une fois, je salue sincèrement votre travail, il y a tellement à faire !