Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Justice

Deux hommes condamnés pour des combats de coqs clandestins en Gironde

Les combats de coqs se pratiquent malheureusement encore légalement dans l'ex-région Nord-Pas-de-Calais, à la Réunion et aux Antilles françaises. ©Pixabay (image d'illustration)

Bordeaux, 9 mai 2019 (avec AFP) - Une peine de prison aménagée et des amendes ont été prononcées jeudi pour des combats de coqs organisés dans un gallodrome clandestin en Gironde. La Fondation 30 Millions d'Amis s'insurge du fait que la "tradition" barbare des combats de coqs soit encore autorisée dans plusieurs régions françaises.

Six mois de prison ferme, et 12 mois avec sursis, assortis d'amende, avaient été requis devant le tribunal correctionnel de Bordeaux contre deux hommes de 35 et 44 ans, pour des combats organisés en 2017 à Gauriaguet. Selon l'un des prévenus, les paris y générèrent jusqu'à 24.000 euros.

Le procès, pour "création d'un gallodrome", "tenue d'une maison de hasard", et "sévices graves ou acte de cruauté envers un animal", constituait une rare affaire de combat de coqs portée devant la justice dans le Sud-Ouest.

Les combats de coqs autorisés lorsque la "tradition" est "ancrée"

Les combats de coqs sont interdits en France, autorisés seulement dans des régions où la tradition est ancrée, (l'ex-région Nord-Pas-de-Calais, la Réunion, les Antilles notamment) et uniquement dans des gallodromes déjà existants.

Des gallodromes clandestins existeraient pourtant "partout", y compris dans le Sud-Ouest, a assuré à l'audience l'un des prévenus, membres de la communauté des gens du voyage. "Je ne pensais pas que ça prendrait une telle ampleur", a avoué son associé, assurant qu'il ne "pensait pas participer à une manifestation illégale".

Des cadavres de coqs mutilés sur un terrain

Leur "pit" (arène), qui a fonctionné au moins trois mois en 2017, était installé dans un immeuble en construction. Il accueillait jusqu'à dix combats par session, 50 spectateurs, avec une entrée à 15 euros (100 pour les propriétaires de coq) et les paris pouvaient atteindre 800 euros sur un seul animal.

Le public cible était tenu au courant des combats via Whatsapp, un "rabatteur" les guidait depuis la route nationale, une activité sous surveillance policière depuis un signalement par une voisine : elle s'exaspérait de trouver des cadavres de coqs mutilés sur son terrain. Les coqs de combat sont équipés d'ergots métalliques, cinq à six volatiles mourraient pas session.

Pour la fin des spectacles cruels avec animaux

Le gallodrome "n'a pas marché parce qu'il y avait trop de cris, et que c'était mal organisé", a avoué avec naturel un des prévenus. "Vous avez oublié de mettre un service d'ordre, en fait ?", a ironisé la procureure. "C'est ça". Le tribunal a condamné un prévenu, au casier chargé, à deux mois de prison aménagée moyennant port d'un bracelet électronique et à une amende de 5.000 euros, son associé à 20.000 euros d'amende, dont 15.000 avec sursis.

Si les combats de chiens sont heureusement interdits en France, la Fondation 30 Millions d'Amis déplore que de nombreux autres spectacles cruels – tels que les combats de coqs mais aussi la corrida et les cirques avec animaux sauvages – soient encore pratiqués légalement dans notre pays.

Commenter

  1. tigresie 14/05/2019 à 10:48:21

    Pauvres coqs !

     

    Les poules n'attirent que peu de compassion. Elles véhiculent encore aujourd'hui cette triste image d'animal stupide, maladroit, pas intéressant (trop "rural", peut être).

     

    C'est vite oublier que si cet oiseau ne vole pas, ne se défend pas, c'est à cause de notre travail de sélection pour le rendre docile, facile à contenir et surtout rentable. 

    Pourtant, la science a étudié cette espèce si facilement disponible. Il en ressort que les poules sont loin d'être bêtes. 

    Elles peuvent différencier, mémoriser des dizaines d'individus amis. Leurs attachements sont forts. Il existe des témoignages de poules qui se laissent mourir parce qu'une poule amie a disparue, même si elles sont entourées de nombreuses autres cocottes. 

    Et que dire de cette confiance qu'elles accordent à l'humain, vers qui elles viennent demander des caresses malgré toutes les misères qu'il leur fait ? 

    Leurs gloussements qui nous font tant rire codent en réalité des mots, un comportement de communication particulièrement avancé.

    Elles nomment ainsi leur nourriture, leurs prédateurs. Disent quand elles veulent pondre, quand on les gêne, appellent leurs amies lorsqu'elles se trouvent seules ou en danger, nomment leur soigneur. 

    Plus leur message est important, plus elles crient fort. Elles savent nuancer leurs propos. 

     

    Doit on laisser un tel animal souffrir dans l'indifférence ?

    Les combats de coq sont anecdotiques à côté des élevages en batterie ou hangars, où ces gentils animaux agonisent des semaines, des mois pour nous nourrir. 

    Mais, tout rares qu'ils sont, ces combats sont ignobles, et d'autant plus regrettables par leur inutilité. 

    On peut se divertir, gagner de l'argent par tant d'autres moyens !

     

     

     

    J'ai des poules dans mon jardin. Comme beaucoup, je les ai ajoutées à ma vie pour manger des oeufs sans honte, avant tout. 

    Et bien ces oiseaux ne cessent de me surprendre. Elles me donnent une affection à laquelle je ne m'attendais pas, et dévoilent une beauté que je ne soupçonnais pas. Les poules, c'est vite devenu une vraie passion, et de vraies compagnes. 

    Je n'imagine pas qu'on puisse les côtoyer tous les jours, les élever, les toucher sans ressentir ça. 

    L'humanité va vraiment mal... 

     

  2. rdav 13/05/2019 à 16:37:07

    Il faut vraiment changer tout ça ! Allez voter le 26 mai !

  3. nosferatu 13/05/2019 à 10:42:40

    sus a l'horreur du sang des innoncents verse pour le plaisir des sadiques!!! Neanmoins je tiens a preciser que les combats de chiens sont certes interdit en France mais tout autant developpe et engendrent des paris bien plus importants. Encore une fois merci a notre valeureux gouvernement de surtaxer le peuple et de fermer les yeux sur ces bas-fonds grace auxquels il pourrait rembourser la dette publique! Apres tout peut etre en sont-ils acteurs ou spectateurs... Bien a vous Amis des betes!

  4. mugiwara76000 11/05/2019 à 18:12:25

    Les peines sont ridicules. 6 mois ferme pour des mises à mort c'est pathétique. La France à vraiment une justice de m**** pour les animaux.

  5. gavroche69 11/05/2019 à 17:00:12

    C'est là qu'on voit bien que si la technologie ne cesse d'évoluer, les mentalités humaines ont bien du mal à le faire. J'ai même l'impression que c'est en train de régresser pas mal en ce moment.

    Les horreurs commises au nom de ces traditions barbares dont plein d'arriérés n'arrivent pas à se sortir c'est consternant et ça concerne tous les pays.

    Le pire étant que la justice et nos dirigeants se foutent jupitèrement (qualificatif adapté à notre cher président) de tout ça voire le cautionnent au nom de ces fameuses traditions. On le voit bien pour les corridas entre autres.

    Et oui, "la corrida c'est bon pour le tourisme et les chasses présidentielles c'est bon pour la diplomatie" a dit notre cher président qui est aussi un grand défendeur de la chasse à courre et de la chasse tout court. Il est un homme peut-être physiquement jeune (ça lui passera) mais monstrueusement vieux dans sa tête (ça empirera sûrement).

    Ça va baptiser en grande pompe un pauvre panda qui n'a rien demandé et ça adopte un chien mais ça c'est juste pour faire la une de la presse people et rien d'autre.

    Je me demande combien de temps il va falloir attendre pour que revienne à la mode cette merveilleuse tradition des combats à mort de gladiateurs.

    Nul doute qu'il y aurait du public pour lever ou baisser le pouce et que ça ferait peut-être le "prime time" des chaînes de TV.

    Bon, j'exagère peut-être un peu.

    Quoi que...

  6. AnneV 10/05/2019 à 20:06:25

    Ce n'est pas Macron qui interdira ce genre de "divertissement" !!!! Il est obstinément "contre" lui et son 1er Ministre, à toute avancée, même infime, concernant la protection ou le bien être animal !! C'est sidérant !

  7. guilaine 80 10/05/2019 à 18:44:49

    Bravo je suis très contente qu'ils soient condamné il y a rien a faire faut toujours se faire de l'argent sur le dos de toute sorte d animaux on vie vraiment dans un monde cruelle sa me révolte