Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Etude

Des animaux contaminés au plastique à... 11 km sous la mer !

Selon une étude, 100 % des espèces étudiées dans la fosse des Mariannes – d'une profondeur de 10 998 m sous la surface – avaient du plastique déversé par l'Homme dans leur intestin postérieur. /©AdobeStock

A près de 11 000 mètres sous les mers, des scientifiques ont fait une effrayante découverte : si loin de la surface, les amphipodes sont aussi contaminés par le plastique déversé par l'Homme. 30millionsdamis.fr résume les conclusions de cette étude alarmante.

C’est un travail qui aura duré 9 ans. Entre 2008 et 2017, 6 tranchées hadales (cavités des abysses) de l’Océan Pacifique ont été étudiées. Grâce à des véhicules sous-marins, les scientifiques y ont récolté 90 amphipodes (petits crustacés) qu’ils ont analysés. Le résultat, publié dans la revue Royal Society, est sans appel. Sur la totalité de ces animaux, pas moins de 72 % contenaient au moins une microfibre de plastique dans leurs entrailles. On note même que 100 % des espèces étudiées dans la fosse des Mariannes – la plus profonde (10 998 m sous la surface) – avaient du plastique présent dans leur intestin postérieur.

Barquettes en polystyrène et sacs plastique en polyéthylène

Une découverte majeure, qui rend la lutte contre la pollution de notre environnement par les plastiques plus cruciale que jamais. « Une partie de moi s'attendait à trouver quelque chose mais pas au point d'avoir 100 % des individus du lieu le plus profond du monde ayant des fibres dans leurs entrailles. C'est énorme ! », explique à l'AFP Alan Jamieson, chercheur en écologie marine à l'université britannique de Newcastle. Il est important de signaler que 95 % des particules détectées correspondent au polystyrène des barquettes (fréquemment utilisées pour emballer les aliments dans les fast-food) et au polyéthylène des sacs en plastique (bannis des caisses de supermarchés en France depuis 2016 ).

Selon les auteurs de l’étude, 5 milliards de pièces de plastique flotteraient dans nos océans. Se dégradant, ces morceaux finissent par tomber au fond de l’eau et se retrouvent dans l’estomac d’espèces que beaucoup n’imaginaient pas touchées. Ces microplastiques mesurent entre 0.1 μm et 5 mm. Autrement dit, ces fragments et fibres sont d’une taille plus petite ou similaire aux proies habituellement ingurgitées par ces amphipodes, eux-mêmes premières proies des océans. Une catastrophe, puisque ces microplastiques sont dits biodisponibles, rentrant plus facilement dans la chaîne alimentaire des profondeurs. À noter que ces 6 sites étudiés sont à des milliers de kilomètres les uns des autres. Cela démontre qu’une contamination générale de nos océans est bien plus probable qu’une simple infection localisée dans certaines parties de notre planète bleue.

Pollution et réchauffement des océans : un cocktail macabre

Si l’impact sur la chaîne alimentaire de cette zone hadale est méconnu, il est aujourd’hui établi que les animaux plus proche de la surface subissent de plein fouet notre pollution. On peut notamment citer les tortues luths qui confondent les sacs plastiques avec des méduses ou les baleines qui ingèrent du plastique de même taille que le plancton.

A cela s'ajoute le sinistre bilan d'une étude publiée dans la revue Nature Climate Change, qui indique que le réchauffement des eaux est à ce jour plus fréquent et plus intense qu’auparavant, conséquence des canicules marines. Leur impact sur la faune des eaux peu profondes est terrifiant : dévastation des prairies sous-marines et des coraux dont dépendent nombre de poissons et ormeaux.

Des études qui se suivent, aux résultats dramatiques semblables qui résonnent comme d’ultimes avertissements...

Commenter

  1. murgod@outlook.com 12/03/2019 à 19:54:12

    C'est désolant et n'augure rien de bon pour l'avenir.

  2. petitepuce1 07/03/2019 à 15:48:21

    Depuis des décennies les industriels fabriquent du plastique et ceux ou celles qui ne respectent pas l'environnement les jettent n'importe ou et ils se retrouvent dans les océans.

    Aujourd'hui après plusieurs années d'étude on tire la sonnette d'alarme pour nous expliquer que cette énorme pollution se retrouve non seulement en surface mais aussi à des dizaines de km de profondeur.

    Premièrement si tout le monde respectait l'environnement il n'y aurait pas cette énorme pollution que ce soit en mer et sur terre et deuxièment les industriels auraient du réfléchir dès le début sur le devenir des plastiques.