Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Sauvetage

16 molosses saisis dans un élevage clandestin

L'un des 16 chiens secourus par la Fondation 30 Millions d'Amis sur ordre de la Justice. © Fondation 30 Millions d'Amis

La Fondation 30 Millions d’Amis est intervenue dans un élevage clandestin de Bull Terriers et d’American Bullies en Haute-Saône, sur instruction du parquet. Seize chiens ont été secourus, et la Fondation a porté plainte pour abandon volontaire et pour mauvais traitements.

Le sauvetage des chiens filmé par la Fondation 30 Millions d'Amis, intervenue dans un élevage clandestin de Haute-Saône.

Conjonctivites purulentes, maladies de peau et comportements anormaux… Douze chiens de race Bull Terrier, trois American Bullies et un Bouledogue français, détenus dans un élevage clandestin à Luxeuil-les-Bains, à une trentaine de kilomètres de Vesoul (70), présentaient ces symptômes révélateurs d’un terrible manque de soin. La Fondation 30 Millions d’Amis et des représentants de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) ont procédé au sauvetage de la totalité des animaux de cet élevage, à la demande de la Justice.

Détresse psychologique profonde

Parmi les nombreuses irrégularités constatées, les abris censés protéger les chiens des intempéries étaient sous dimensionnés. Les chiens passaient leurs nuits dans un local de chaufferie jonché d’excréments. Plus grave encore, une femelle avait perdu la vue de son œil gauche, tandis qu’un mâle tournait constamment en rond pour s’attraper la queue, un mouvement stéréotypé indiquant une profonde détresse psychologique. Enfin, les puces d’identification de certains chiens n’étaient pas répertoriées.

En dépit d’une absence totale de sociabilisation, les animaux se sont toutefois laissé guider avec douceur vers les véhicules. « Les bébés ont sept mois. Ce sont des chiens très gentils, tout dépend de la manière dont on les éduque », explique Armandine, Responsable adjointe au refuge 30 Millions d’Amis de la Tuilerie (77). « Les chiens récupérés aujourd’hui sont mignons comme tout, ils n’ont pas une once d’agressivité », confirme Arnauld Lhomme, responsable des Enquêtes à la Fondation 30 Millions d’Amis.

La vente d’animaux de compagnie sur internet favorise les dérives

La gérante avait pourtant l’interdiction d’exercer toute activité d’élevage, suite à une précédente condamnation par le Tribunal de commerce de Vesoul. Pour contourner cette décision, elle avait pourtant relancé son commerce de façon clandestine, au nom de sa fille, présente sur les lieux au moment de la saisie. Interrogées sur le piètre état de santé des animaux, les deux femmes ont nié tout manque de soin. « Mes chiens sont entretenus… Enfin, ils ne sont pas mal en point ! », déclarait la mère devant les enquêteurs. Des propos contestés par l’examen vétérinaire.

Les chiots de cet élevage faisaient l’objet d’annonces sur un site de vente en ligne entre particuliers. « On est dans l’animal-objet : le seul but ici est de faire des profits pour arrondir les fins de mois », se désole Arnauld Lhomme. En dépit d’un durcissement en 2016 des lois réglementant la vente d’animaux en ligne, internet reste malheureusement la première animalerie de France, avec toutes les dérives que cela peut comprendre.

En attendant le jugement de l’affaire par les tribunaux, les animaux ont été recueillis au refuge 30 Millions d’Amis de la Tuilerie, en Seine-et-Marne. Si vous souhaitez devenir famille d’accueil pour leur offrir la douceur et l’attention qu’ils méritent, contactez le 01 64 00 15 45.

Commenter

  1. aniwatata 06/06/2019 à 08:37:14

    IL faut de la prison ferme pour cette "personne" et interdiction à vie de détenir des animaux, et une fois de plus, stopper ce putain de commerce sur internet, ou plus de surveillance, plus d'action, et bravo à 30 millions d'amis.

  2. aniwatata 06/06/2019 à 08:30:48

    IL faut une police spéciale pour surveiller tout ce pu**** de trafic, RAS LE BOL!!!! 

  3. colchike@hotmail.fr 17/12/2018 à 12:05:37

    Une fois de plus, un grand merci pour eux. Les peines maximales devraient êtres appliquées avec obligation de suivi des maltraitants. Des contrôles réguliers des élevages professionnels ou familiaux et de toute personne ayant des chiots ou chatons à donner ou vendre. La stérilisation mâle/femelle devrait être obligatoire pour tout particulier. L'identification obligatoire devrait être faite systématiquement par les vétérinaires lors des visites ainsi que lorsqu'ils sont trouvés et recueillis par les refuges aux frais des propriétaires.

  4. FRENI 06/12/2018 à 21:10:05

    Pourquoi la Grande Bretagne et l'Allemagne ont interdit la vente d'animaux sur internet et la France ne peut elle en faire autant...

    A quand plus de contrôles des élevages professionnels et particuliers (cas présent)

    Bravo et merci à 30 M Amis pour tous ces toutous qui, nous leur souhaitons, vont trouver des foyers accueillants et aimants..

     

  5. petitpoussin 04/12/2018 à 21:13:14

    bravo à vous 30 millions d'amis. Il faut absolumennt agir durement contre les sites internet qui acceptent les annonces de vente d'animaux. il fautfaire changer la loi pour faire interdie ça. 

  6. pouguy 04/12/2018 à 18:47:24

    j'espère qu'il sera puni sévèrement, mais je n'y crois pas vu la justice que l'on a en france car elle elle se f*** éperduement des animaux quand on voit les peines qu'elle donne

  7. mookie 04/12/2018 à 17:08:57

    Y A toujours des c***** pour explioter purement mercantile les Animaux et les hommes.j'espère de la prison ferme pour ces E......  .

  8. Marlifonc 04/12/2018 à 15:15:27

    On prend les mêmes et on recommence ! C'est à désespérer de l'espèce humaine...

  9. cricri84200 04/12/2018 à 13:43:16

    encore et encore...se servir d etres vivants  considérés encore comme des "meubles" malgré le slois votées...merci mille fois pour eux mais tant que la justice, le gouvernement n ouvrira les yeux  sur ce qu ils subissent et appliquera les peines adequates , cela continuera malheureusement  :'(

  10. sophiedu33460 04/12/2018 à 13:27:24

    Malgré une condamnation précédente ce m**** à contourner la loi. De toute évidence il n'y a pas de suivi et de vérification une fois la condamnation tombée ... C'est malheureusement le cas également des gens qui sont sous tutelles et vivent dans des conditions déplorables avec des animaux. AUCUN SUIVI voilà la justice actuelle. Donc une interdiction de détenir des animaux ... Un travail d'intérêt général dans un refuge serait déjà un début de condamnation "intelligent". Mais ont est encore loin d'avoir des textes de loi dans ce sens ...