Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

A la veille du sommet de Copenhague sur les changements climatiques, une étude Australienne sur la consommation énergétique de nos animaux domestiques sonne l'alerte. Tout au long de son existence, un chien de taille moyenne serait deux fois plus énergivore qu'un 4x4 ! La Fondation 30 Millions d'Amis s'indigne de cet opus qui jette l'opprobe sur nos animaux de compagnie.

A la veille du sommet de Copenhague sur les changements climatiques, une étude Australienne sur la consommation énergétique de nos animaux domestiques sonne l'alerte. Tout au long de son existence, un chien de taille moyenne serait deux fois plus énergivore qu'un 4x4 ! La Fondation 30 Millions d'Amis s'indigne de cet opus qui jette l'opprobe sur nos animaux de compagnie.

Un couple d'architectes néozélandais, Robert et Brenda Vales, spécialistes des modes de vie durables pour l'université Victoria à Wellington, la capitale néo-zélandaise, a publié une étude sur la pollution engendrée par les animaux de compagnie. Ou plus exactement, leur empreinte carbone. Cette étude, parue sous forme de livre, a d'ailleurs été baptisée "Mangez votre chien, un guide pour un mode de vie durable" (sic !). Bilan : les chiens et les chats, en plus de dévaster des niches écologiques et d'aider à la propagation des pires virus, seraient des gouffres d'énergie.

Entre un chien et une voiture, lequel pollue le plus ?
<rmiphone>Du chien ou de la voiture, lequel pollue le plus ?</rmiphone>

Et c'est preuves à l'appui que le couple défend sa position. Pour mesurer une empreinte carbone, les Vales ont analysé les différents composants de la nourriture de chacun des animaux de compagnie. Ils ont ainsi calculé qu'un chien de taille moyenne consomme 90 grammes de viandes et 156 grammes de céréales dans sa ration quotidienne déshydratée, soit près de 300 grammes par jour. Une fois réhydratée, cette nourriture multipliée par autant de jour qu'en contient l'année donne une consommation de 164 kilos de viandes et 95 kilos de céréales. A ce premier calcul, il faut additionner le suivant à savoir que pour produire 1 kilo de poulet par an, il faut compter 43,3 m2 de terre, et 13,4 m2 pour faire produire 1 kilo de céréales. A partir de ces données, on peut calculer l'empreinte carbone de l'animal. C'est ainsi qu'on s'aperçoit qu'un chien de taille moyenne laisse une empreinte carbone de 0,84 hectares, chiffre qui s'élève à 1,11 hectares s'il s'agit d'un berger allemand.

La pollution industrielle reste la première source de gaz à effet de serreDans le même temps, les Vales ont roulé pendant un an avec un 4x4 Toyota Land Cruiser - l'un de ces tous terrains urbains tant décriés par les écologistes - lui faisant parcourir 10 000 kilomètres à une vitesse raisonnable. A leur grande surprise, celui qui consommait le plus d'énergie n'était pas l'automobile, mais le chien ! L'empreinte carbone du véhicule, après la conversion des gigajoules d'énergie nécessaires à son fonctionnement, est de 0,41 hectares, soit moitié moins que l'animal.

Qui consomme quoi ?

Pour les deux universitaires néo-zélandais, l'empreinte carbone d'un chien - on vient de le voir - serait comprise entre 0,84 et 1,11 hectares ; celle d'un chat, de 0,15 hectare, soit un peu moins qu'une Golf Volkswagen ; de 0,014 hectare pour le hamster, soit seulement deux fois moins qu'un écran Plasma ! Quant au canari, son empreinte carbone serait de 0,007 hectare contre 0,00034 hectare pour le poisson rouge...

Les Etats-Unis sont, avec 76 millions de chats et 61 millions de chien, les premiers possesseurs d'animaux domestiques loin en tête devant la France qui est en deuxième position avec 9 millions de chiens et 11 millions de chats. En additionnant les populations félines des 10 premiers pays propriétaires de chats, il faudrait une surface de 400 000 km2 - soit un peu moins de la superficie de la France, le plus grand pays d'Europe - pour pouvoir satisfaire aux besoins en nourriture de ces félins. Quant à assouvir les besoins du Top 10 canin, il faudrait une superficie équivalente à l'Alaska, soit deux fois et demi la France !

Environnement en péril

Selon qu'ils sont carnivore, omnivore ou végétarien, les animaux ne laissent pas la même empreinte carboneL'impact environnemental des animaux de compagnie ne s'arrêterait pas là. Les déjections félines et canines pourraient être la cause d'une grave augmentation du nombre de germes et de bactéries dans les rivières et les cours d'eau. Ainsi à Nashville, Tennessee, des scientifiques américains ont relevé une inflation remarquable des germes présents dans les cours d'eaux de la ville le lendemain de pluies diluviennes. Germes présents en particuliers dans les selles de chats.

Ce sont d'ailleurs ces mêmes selles qui sont incriminées dans la contamination par la toxoplasmose des mammifères de bord de mer, en Californie. Une épidémie de décès suite à d'importantes tumeurs au cerveau a particulièrement touché ces populations en 2002. Premières à en pâtir, les loutres, puis les dauphins et les baleines. Des espèces pourtant protégées. La contamination s'est faite parce que les propriétaires de chats avaient pris l'habitude de vider les litières dans les toilettes, dont les eaux usées partaient directement dans l'océan.

Conclusions

L'homme va-t-il devoir sacrifier son meilleur ami ?La Fondation 30 Millions d'Amis s'est - bien sûr - interrogée sur l'impact d'un tel argumentaire. "Les scientifiques aiment s'amuser et cette étude, pour intéressante qu'elle puisse être, n'est pas réalisée selon un protocole scientifique sérieux, plaide Reha Hutin. Elle semble directement viser les propriétaires de chiens et de chats. C'est cette mire qui est dangereuse et nous ne devons pas oublier qu'on peut faire dire aux chiffres ce que l'on veut. Malheureusement, ces scientifiques n'ont pas mesuré l'impact positif des animaux sur leur maître : baisse de la tension, diminution des maladies cardiovasculaires et des dépressions, facilité de sociabilisation...  Il faut instruire à charge et à décharge !"

Pour la Présidente de la Fondation 30 Millions d'Amis, "Si chacun fait des efforts, à son niveau, il n'y a pas de raison pour que le sort de la planète ne s'inverse pas ou tout du moins, ne s'améliore pas. Il ne faut pas oublier non plus que, pour les bons gestes comme pour le reste, le bon exemple vient souvent de plus haut...". A bon entendeur, rendez-vous au sommet de Copenhague dès jeudi 3 décembre 2009 !

Commenter

  1. babeth 21410 06/12/2009 à 17:46:36

    c est du grand n importe quoi ces deux universitaires devraient mesurer

    ce que les humains ont fait pour degrader la planete

    pour moi ce sont deux êtres abject

     

    LES ANIMAUX NS SOIGNENT APAISENT LES GENS QUI ONT DE LA TENSION

    AIDE LES PERSONNES AGEES ET J EN PASSE

  2. Emeraudeeyes 06/12/2009 à 09:05:43

    Au lieu de vivre en harmonie avec la nature, l'homme pour vivre plus confortablement, plus vieux en a abusé...les déforestations abusives, l'abus d'utilisation de matières premières, les rejets de produits chimiques, les virus qui accidentellement ou pas sortent des laboratoires, l etc...
    A quoi servira de vivre centenaire si nous devons vivre sous des globes dans des villes aseptisées aux fleurs, arbres en plastique avec des animaux domestiques qui ne seront plus que des robots ? et entourant cette bulle, le désert, des terres brûlées où l'air sera devenu irrespirable où toute vie quelle qu'elle soit aura disparue ?

    Nous sommes tous responsables à des degrés différents de ce qui nous arrive...nous avons voulu avoir une vie facile alors est venu l'électricité, les appareils ménagers, électroménagers, des appareils multimédias pour mieux communiquer avec tout le monde etc....un meuble ne plaît plus, qu'importe si il est abîmé on le jette et on coupe de nouveaux arbres pour en faire d'autres....on ne se contente plus d'une ou deux tenues mais il faut une grande garde-robe...on jette de la nourriture....etc....les moeurs ont changés, nos mentalités ont changés...on croyait les ressources de notre terre inépuisable et on a dépensé à l'excès...on pensait qu'elle se protégeait seule et on n'a guère fait attention à la protéger...

     Nous aurions dûs prendre exemple sur la faune et la flore qui chasse, tue, utilise l'eau, l'oxygène avec parcimonie, juste ce dont ils ont besoin en respectant tout le temps l'équilibre.

    L'homme en veut toujours plus et c'est son orgueil, cette envie destructrice qui le tuera, lui, la faune, la flore et sa planète.

    Le jour où l'homme prendra conscience qu'à chacun des niveaux, il est responsable et qu'il acceptera cela, peut-être ralentira-t-il le processus mais à mon avis maintenant que le processus est entamé il est trop tard et rejeter la faute sur les autres n'avancera à rien, ne donnera pas meilleure conscience !

     

     

  3. creucreu 05/12/2009 à 20:29:40

    Je pense qu'il est important de préciser que le réchauffement climatique est une "maladie" que la Terre a depuis sa création et que l'effet de serre a toujours été présent, bien qu'en faible quantité, et qu'il a permis la propagation de la flore, et donc à l'homme et aux animaux de vivrent. Biensûr, l'homme est responsble et je me refuse à croire que les animaux polluent le plus. On a commis tellement de cruautés envers eux, on ne va pas en plus les renier... Undecided!!! D'ailleurs, ils étaient les précepteurs de la Terrre, de quel droit on les accuserait aujourd'hui dans le but  de trouver à tout prix un coupable? Il n'y a pas de coupable, il faut seulement que nous agissions, et vite... A nous de nous remettre en questions et de défendre leur cause, car eux plus que nous souffrent aujourd'hui de tous ces dérèglements climatiques.

    Enfin, pour ceux et celles qui ne seraient pas convaincus par mes propos, sachez que je tiens mes sources d'un célèbre explorateur, dont le nom m'échappe, ayant parcouru les endroits les plus meurtris par le réchauffement climatique, et je veux bien le croire, la preuve! :)

    Bien à vous!

  4. Claire_Alexis 05/12/2009 à 10:51:15

    Les humains aussi rejette du Methane, de l'hydrogène, de l'azote et du gaz carbonique.

     Donc faut arrêter ausi avec les vaches, tous les être vivants, mammifère rejette du methane .........

  5. anonyme 04/12/2009 à 00:49:32

    Si le seul animal qui pollue est la vache car elle rejette du Méthane quand elle proute,sinon les humains sont en grande partie responsables de ce qu'est devenu la Terre aujourd'hui.

  6. Claire_Alexis 03/12/2009 à 19:10:01

    tient ils ont oublié de parler que c'est depuis que les humains sont sur terre, que la planète ce dégrade drole de coincidance.

    Et il faut savoir que les dejection humain possède pas mal de parasite (tel que Entamoeba hystolitica, giardia intestinales, d'autre oxyure spécifique de l'homme). Mais il passède aussi de nombreuse bactérie (les clostridiums, les staphilocoques .....)

    Je me demande où ils ont fait leur études, car même moi qui n'a pas un niveau élevé, je sais que souvant les parasite sont spécifique d'hote, et que nous ne somme pas souvent sensible au même bactérie et virus......

     Et que l'homme et le plus gros destructeur que la terre ai connu. Quand on voit des laboratoire jeté les produit biologique et chimique par l'evier alors que c'est interdit, je suis pas sur que se soit réellement la caisse des chats qui pose problème ...................

  7. modérateur 03/12/2009 à 11:30:40

    « Bonjour,

    Le sommet de Copenhague débute aujourd’hui (3/12/09) avec soixante-cinq Chefs d’Etat.
    J’espère que la seule chose qui sortira de cette rencontre ne sera pas juste une attaque en bonne et due forme contre nos animaux de compagnie telle que pourrait le laisser penser l’étude des Vales qui semble vous avoir – comme à nous tous – révoltés !

    Amicalement, Reha HUTIN »

     

  8. Cécile60 02/12/2009 à 10:02:29

    Du grand n'importe quoi. Je ne comprends pas la propension des humains à vouloir éliminer les causes de pollution les plus naturelles du monde, mais sans jamais s'interroger sur les pollutions causées par lui-même. Voilà qui me rappelle une étude sur la pollution des pets des moutons (sic). Bien sûr, less êtres vivants polluent tous plus ou moins. Mais il me semble que le carburant utilisé pour les avions ou tout autre moyen de transport représentent des pollutions non naturelles et par conséquent beaucoup plus dangereuses pour l'équilibre de la nature.

  9. Emie1983 01/12/2009 à 20:15:51

    Pfff C'est n'importe quoi sérieux! Qu'est ce qu'ils n'inventeraient pas, faut toujours que ce sois la faute des animaux.

    Désoler les animaux n'envoient pas de pesticides, de gaz de voiture et autre m... que les humains propage partout. Pour ce qui est des différents virus qu'on a eu que ce sois la grippe porcine, la grippe aviaire ou autre ben moi j'accuse plutôt des humains qui chercherais à exterminer les gens tout comme ce p... de vaccin contre la grippe A.

    Puis moi pour avoir étais en contact avec des animaux toute ma vie et en particulier des chats j'aurais du être malade depuis longtemps surtout que même quand il arrivé que un de mes chats morde ou griffe, je n'ai jamais désinfecter et jamais je ne me suis fait vacciner pour mes chiens pareil.

    Aujourd'hui encore je ne me fait pas de vaccin, je vie avec 12 chats et j'ai pas une seul maladie en plus d'être végétarienne (qui d'après les gens les végétariens sont plus susceptible que les autres d'être faible et d'avoir des maladies) et bien non j'ai rien du tout alors que pleins de gens autour de moi qui ne vivent avec aucun animal et qui ce font vacciner  ou désinfecter pour un rien et qui mange de la viande attrape tout ce qui passe et sont plus mou à côté de moi.