Fondation 30 Millions d'Amis

Fondation 30 Millions d'Amis
Faites un donFaire un don

La Ferme des Aubris

La Ferme des Aubris, un havre de paix pour les équidés maltraités ou abandonnés

Le refuge de la Tuilerie

Refuge "la Tuilerie" un havre de paix pour les animaux sortis de l'enfer

 €

Votre don ne vous coûte que
XXX après réduction fiscale

Insolite

Lâcher de Papillon sur Paris

Lâcher de papillons à Paris à l'initiative du Muséum national d'Histoire Naturelle

A la mi-juillet 2009, une expérience de "lâcher de papillons" faisant appel au public va être organisée en région parisienne. Une opération vivement saluée par la Fondation 30 Millions d'Amis, baptisée Papitrame et menée de front par le Muséum national d'Histoire Naturelle, l'association Noé Conservation et NatureParif.

A la mi-juillet 2009, une expérience de "lâcher de papillons" faisant appel au public va être organisée en région parisienne. Une opération vivement saluée par la Fondation 30 Millions d'Amis, baptisée Papitrame et menée de front par le Muséum national d'Histoire Naturelle, l'association Noé Conservation et NatureParif. Ce n'est pas tous les jours que l'on peut assister à un lâcher de plusieurs centaines de papillons en pleine région parisienne. Et pourtant, un jeune scientifique s'est lancé dans l'organisation de ce rendez-vous pas comme les autres. Doctorant CNRS au Muséum, Benjamin Bergerot a rangé ses cannes à pêche après l'étude des communautés de poissons pour devenir chasseur de papillons, plus particulièrement les papillons des villes, à l'occasion de sa thèse.
Ces petits insectes lui servent de bio indicateur en milieu urbain et périurbain. Leur présence ou leur absence est révélateurs d'une certaine pollution. Et comme plusieurs têtes valent mieux qu'une, Benjamin Bergerot a choisi de mettre ses concitoyens à contribution en leur proposant d'observer et de compter les papillons, qui à son balcon, qui dans son jardin, qui dans le parc d'à côté...
Aussitôt repéré, l'insecte est décrit, répertorié à l'aide d'un petit site Internet et toutes ces données sont ensuite retraduites par le Muséum pour répondre à d'autres problématiques. Chacun peut participer et décrire ce qu'il a vu le plus précisément possible. Et peut-être que, parmi les papillons que vous verrez, tomberez-vous sur l'un de ceux qui devraient être lâchés dans les tous prochains jours.
Pour la Fondation 30 Millions d'Amis, Benjamin Bergerot explique comment participer à l'opération Papitrame. Benjamin Bergerot doctorant CNRSFondation 30 Millions d'Amis : Qui peut participer ?
Benjamin Bergerot :
Tout le monde ! Il s'agit simplement de compter et de répertorier les papillons qui nous passent sous le nez. F30MA : Y a-t-il une espèce en particulier à laquelle il faut prêter plus attention ?
Benjamin Bergerot : Les papillons lâchés pour l'opération Papitrame sont des piérides du choux. Ce sont des papillons blancs assez grands, donc assez aisément repérables. C'est une espèce indigène qui se disperse facilement, chaque papillon peut parcourir entre quelques centaines de mètres et plusieurs dizaine de kilomètres en une seule journée. Il va y en avoir environ 300 et chacun d'entre eux portera un numéro sur l'aile (voir notre photo). Si vous en voyez un, il vous suffira simplement de noter son numéro sur la carte mise à disposition du public sur notre site Internet. F30MA : C'est la première fois que vous faites appel au public pour réaliser une expérience scientifique ?
Benjamin Bergerot :
C'est assez novateur en effet, même si l'observatoire des papillons est déjà en place depuis deux ans. Il faut avouer que la logistique de ce genre d'opération est assez lourde. Ca demande plus d'un an de mise en place pour que tous les œufs éclosent en même temps puis que toutes les chrysalides se transforment en papillons en même temps aussi. Bref, que tout soit prêt... piéride du choux numérotéeF30MA : Quel est le but de cette opération ?
Benjamin Bergerot :
Observer le déplacement des papillons en milieu urbain. Ce sont des insectes relativement centraux dans notre écosystème et on peut les utiliser comme une sorte de témoin de notre environnement. F30MA : Combien de temps va durer l'opération ?
Benjamin Bergerot :
Le même temps que la durée de vie de la piéride, soit à peu près un mois. Une fois les papillons lâchés, on attend une quinzaine de jours, et là, les gens sont invités à regarder dans leur jardin, sur leur balcon pour observer les papillons et les répertorier. A la mi-août, nous devrions avoir collecté toutes les informations. Celles-ci seront ensuite utilisées par le Muséum national d'Histoire Naturelle.

Lâcher de papillonsF30MA : Où ce lâcher aura-t-il lieu ?
Benjamin Bergerot :
Il y a trois endroits prévus. Au Jardin des Plantes et dans le Parc Jean Moulin-Les Guilands en Seine-Saint-Denis, l'autorisation nous a été confirmée. Je reste encore discret sur le troisième endroit car nous attendons les autorisations, il se pourrait bien que ce soit aussi en plein Paris.

F30MA : Sait-on exactement quand aura lieu le lâcher de papillon ?
Benjamin Bergerot :
D'un jour à l'autre ! Mais je ne peux pas vous dire cela exactement car nous dépendons avant tout de la bonne volonté de nos chenilles. Il faut encore attendre un peu et vous rendre régulièrement sur le site du muséum. Avec un peu de chance ce week-end...